Colloque international : Les chemins politiques de la transition écologique

Organisateurs : UMR5600 Environnement, Ville, Société (Université de Lyon) Laboratoire de Changement Social et Politique (Université Paris 7, Denis Diderot, Mines-Télécom

 27 et 28  octobre 2014 à l’ENS Lyon, site Descartes

La nécessité de passer d’un mode de développement destructeur de la nature à un autre qui serait plus « vert » ou plus « durable » a été réaffirmée par l’ensemble des Etats de la planète lors du Sommet de Rio +20 en juin 2012 (lien). D’où l’emploi à quatre reprises du terme « transition » dans le texte de base proposé comme point de départ aux négociateurs. Le flou demeure cependant sur ce dont il s’agit. L’idée de « transition », par exemple en physique ou en économie, renvoie au passage d’un état bien défini vers un autre état bien défini. Or en matière de « transition écologique » si un accord se fait peu à peu sur la nécessité d’intégrer les écosystèmes dans la gouvernance des sociétés, et donc en creux sur le diagnostic d’un mode de développement qui est en l’état peu compatible avec cet objectif, pratiquement toutes les autres enjeux font débat, tant en termes théoriques que pratiques. L’examen des propositions faites par les diverses sciences depuis plusieurs décennies en témoigne : ce qu’il faut entendre par « écologisation » du modèle dominant de société fait problème. Ceci pose en creux la question de ce qui fait obstacle, et amène à interroger ce dans quoi nous sommes pris : est-ce la modernité ? Le capitalisme ? Le libéralisme ? L’anthropocentrisme ? Si à l’évidence se posent des questions de rapports de force, les diagnostics sont nombreux et contradictoires.

La problématique de la transition ne se limite pas à l’échelle globale, elle est reprise à tous les échelons de l’action collective, sous une diversité de dénominations. Des ouvrages militants, tels que Transition écologique, mode d’emploi (Hopkins, 2011) mettent l’accent sur la double crise économique et écologique, arguant la nécessité d’un débat public. D’autres cherchent au contraire à engager la lutte, comme à Notre-Dame-des-Landes, ou dans une Ardèche menacée par l’extraction des gaz de schiste. Ici comme ailleurs cette notion renvoie à des actions qui peuvent paraître s’exclure et se critiquer les unes les autres, ce qui pose la question du contenu exact de l’enjeu. Quelle place du politique ? De la société civile ? De l’économie ? De notions (ré)émergentes, telles que le « bien commun » ? S’agit-il d’une disparition des idéologies (« tous écolos ! ») ou au contraire d’un ré-enchantement de la politique, au sens d’une référence à un grand récit, à un sens de l’histoire ? La « transition » n’est-elle qu’un nouvel avatar de la guerre des mots, les trente dernières années ayant vu l’apparition, l’usage et l’absorption d’autres notions pouvant sembler proches sinon identiques (développement durable, crise écologique, décroissance, résilience, etc.) ? Quel est le rapport de ces publics aux partis dits verts, qui ont longtemps dominé la scène, sur ces questions, mais semblent désormais jouer le rôle d’un repoussoir, au bénéfice de courants éco-socialistes, éco-marxistes, éco-libertaires, d’un côté, et de l’autre un « capitalisme vert » qui semble ne pas perdre de temps avec la sémantique ? En termes sociogéographiques, le cadre de la transition écologique s’applique-t-il de façon égale à tous les territoires et à toutes les luttes à travers le prisme uniformisant de la mondialisation, faisant abstraction des histoires et des ancrages politiques locaux, notamment en rapport avec les contextes postcoloniaux ? Enfin, comment différencier l’engagement du militantisme, lorsque le changement s’applique à toutes les dimensions de la vie des personnes, et quel est le rôle de la contrainte, qu’elle soit économique, écologique ou politique ?

Les propositions de communications feront 5000 signes maximum et sont à envoyer avant le  10 juin 2014 à l’adresse anahita.grisoni@ens-lyon.fr . Les propositions qui mettront en relation une analyse théorique et un travail empirique seront privilégiées. Le résultat de la sélection sera transmis aux candidats à la fin du mois de juin 2014.

Propositions de sessions

1)      Rupture ou continuité : atelier 1) rupture sociale, atelier 2) rupture épistémologique

2)      Formes de la transition : atelier 1) transformations sur le territoire, atelier 2) pratiques de consommation et transition

3)      Conservatisme ou émancipation ? : atelier 1) spiritualité et transition atelier 2) une vision apolitique de l’histoire ?

4)      La transition vers quoi ? Considérations anthropologiques, écologiques et politiques

Bibliographie

ARNSPERGER, Christian, « Fonder l’économie écologique, Crise environnementale, crise économique et crise anthropologique », Revue d’éthique et de théologie morale, 2013/HS (n° 276)

COUTROT, Thomas, FLACHER, David, MEDA, Dominique (dir.),  Pour en finir avec ce vieux monde. Les chemins de la transition, Utopia, Paris, 2011

FREMEAUX, Philippe, KALINOWSKI, Wojtek, LALUCQ, Aurore, Transition écologique, mode d’emploi, Les petits matins, Paris, 2010

HOPKINS, Rob, Manuel de Transition : de la dépendance au pétrole à la résilience locale, Les Éditions écosociété,‎ 2010

JUAN, Salvador, La transition écologique, Eres, Paris, 2011

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Parution : Villes et énergie en pays émergents

Le numéro 93-94 de la revue Flux vient de paraître, avec un dossier portant sur “Energie et villes des pays émergents : des transitions en question” coordonné par Sylvy Jaglin et Eric Verdeil. Les articles sont principalement issus d’une journée tenue en décembre 2012 à l’AFD dans le cadre des séminaires SERVED. Mais cela s’inscrit aussi plus largement dans des recherches menées pour une part dans le cadre du programme TERMOS/GOUVENUS , ainsi que pour les travaux des membres lyonnais (Laurence Rocher, Elvan Arik, Hugo Bolzon et Eric Verdeil), dans d’autres projets (COLLENER, UTIQUE et POUDEV).

Voici la table des matières du numéro. Continue reading

Posted in Non classé | Leave a comment

Appel à communication Villes de l’Est, villes de l’Ouest, quels processus spatiaux?

Colloque international

 Organisé par le Groupe de Recherches International du CNRS « Espaces et réseaux urbains »

 Villes de l’Est, villes de l’Ouest, quels processus spatiaux?

LE HAVRE,  29 – 31 octobre 2014

De profondes transformations politiques, économiques et sociales se produisent en Europe Centrale et Orientale depuis la fin du 20ème siècle. Les villes occupent une place essentielle dans les mutations que traversent les États, notamment post-soviétiques et post-socialistes. Elles sont les pôles de diffusion de l’innovation et des évolutions de la société. A l’échelle du continent européen, les villes sont en effet au coeur des transformations multiscalaires qui se manifestent sur l’ensemble du territoire et affectent tous les aspects de la société. Ces transformations se caractérisent par des mutations fonctionnelles, des évolutions structurelles et sectorielles ainsi que des modifications des formes d’organisation sociale. Au début du 21ème siècle la question de la gouvernance se pose de plus en plus dans les villes européennes, en raison de l’expansion urbaine et de l’étalement urbain. Dans plusieurs pays un nouveau découpage administratif et de nouvelles formes de gouvernance sont mis en oeuvre, par exemple en France se développent la coopération intercommunale, les communautés d’agglomération et finalement les métropoles. Qu’en est-il des espaces urbains en Europe Centrale et en Russie?

Toutes les sciences humaines apportent leur contribution à l’analyse de ces processus. Continue reading

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Sociétés, espaces et cultures cinématographiques en Europe médiane

Un cinéma à Lodz

Un cinéma à Lodz

Plusieurs membres de l’axe ACREOR de l’UMR EVS participeront à la Journée d’étude Sociétés, espaces et cultures cinématographiques en Europe médiane

Vendredi 21 mars 2014 à l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, Paris 75006

Organisation:  EVS et GDR CNRS “Connaissance de l’Europe médiane” intitulée “Sociétés, espaces et cultures cinématographiques en Europe médiane” Continue reading

Posted in Actualités / News | Commentaires fermés

Séminaire (15 avril 2014 ) Les territoires face aux changements climatiques. Une première génération d’initiatives locales

574093_Bertrand_RocherUne présentation discussion du livre de Bertrand François et Rocher Laurence éd., 2013, Les territoires face aux changements climatiques. Une première génération d’initiatives locales, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang.

aura lieu à l’ENTPE / Rives (salle D114) le 15 avril 2014 de 12h à 14H. La discussion sera introduite par Emmanuel Martinais

Présentation de l’éditeur:

Les contributions réunies ici s’intéressent aux modalités de prise en compte et aux conditions de manifestation des changements climatiques à l’échelle locale à partir de réflexions complémentaires sur les processus d’institutionnalisation et l’évolution des référentiels d’action, ainsi que sur des études de terrain.
Des analyses centrées sur les politiques publiques spécifiquement dédiées à l’enjeu des changements climatiques (étudiées de façon générale en France et plus particulièrement aux niveaux des régions et de deux métropoles – Paris et Lyon) sont croisées avec l’analyse de situations où l’enjeu du climat arrive « par la marge », via la gestion des risques dans les milieux littoraux ou par le biais de mobilisations sociales (mouvement des « Transition Towns »).
Cette diversité de points de vue permet de nourrir une discussion sur l’évolution de concepts clés associés à l’action territoriale, tels ceux de vulnérabilité, d’adaptation et de durabilité, potentiellement remis en cause par l’impératif d’agir localement sur les changements climatiques. Ce qui conduit à interroger en quoi la question du climat vient changer – ou au contraire, faire perdurer – les assises de l’action locale et environnementale et les préceptes du développement durable. Continue reading

Posted in Actualités / News, Résumés | Leave a comment

Séminaire sur le livre : Le gouvernement des catastrophes (27 mai)

le-gouvernement-des-catastrophesLe mardi 27 mai 2014, le séminaire ACREOR sera consacré au livre récent de Sandrine Revet et  Julien Langumier, Le gouvernement des catastrophes (Karthala, 2013). La discussion sera introduire par Marie Augendre (EVS, Lyon 2).

Le séminaire aura lieu au laboratoire RIVES (ENTPE, Vaulx en Velin), salle à préciser, de 12h à 14h.

A propos du livre et de ses auteurs

Événements exceptionnels appelant une réponse rapide, les catastrophes se gouvernent. Elles impliquent les autorités locales et nationales, des organisations non gouvernementales, des experts et des scientifiques, des agences multilatérales et les habitants eux-mêmes. Elles mettent en jeu des instruments et des dispositifs variés de politique publique.

La grippe aviaire à Hong Kong en 2009, les coulées de boue d’Alma Ata au Kazakhstan dans les années 1960, le Tsunami de 2004 au Sri Lanka, les inondations du Rhône en France de 2003 et celles qui ont touché Santa Fe en Argentine en 1999, la contamination à la dioxine de 1976 à Seveso, en Italie : six cas singuliers, parmi de nombreux autres, dont l’analyse comparée permet de dégager continuités et similitudes du gouvernement des catastrophes. Les enquêtes historiques et ethnographiques montrent comment les sinistrés, trop souvent réduits à leur condition de victimes, soumettent les mesures et les procédures qui leur sont appliquées à la critique. Elles interdisent de s’en tenir à la seule problématique de la « culture du risque » des populations affectées. Elles éclairent les multiples appropriations et transformations dont les dispositifs de gouvernement font l’objet. Elles révèlent les contextes politiques, sociaux et économiques des catastrophes pour réinscrire ces événements, singuliers et traumatisants, dans le temps long et la densité des configurations sociales.

Sandrine Revet est anthropologue (SciencesPo-CERI). Elle a notamment publié Anthropologie d’une catastrophe (Presses de la Sorbonne nouvelle, 2007) à propos des coulées de boue au Venezuela, en 1999. Elle poursuit une enquête sur le gouvernement international des catastrophes sur des terrains latino-américains et au sein des organisations internationales. Julien Langumier est ethnologue (UMR CNRS Environnement, ville et société). Il a notamment publié Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastrophe (ENS Éditions, 2008) au sujet des inondations des Basses plaines de l’Aude. Il développe une ethnographie des institutions pour saisir les interactions entre politiques publiques et pratiques des populations.

Sur le site de l’éditeur

Posted in Actualités / News | Leave a comment

Atelier des doctorants ACREOR le 14 mars 2014

Interventions pour l’atelier doctorant du vendredi 14 mars 2014 – 14h-17h

Lieu : Salle 604, 18 rue de Chevreul, 69003 Lyon.

Fabien Mazenod, doctorant en Géographie-aménagement, CRGA, Univ. Lyon 3.

« Production de bâti et gestion des populations. Le rôle de l’Istituto Nazionale delle Assicurazioni (INA) à Rome entre 1922 et 1945 »

Mon propos est d’analyser le renouvellement du centre-ville (rénovation, réhabilitation) et l’urbanisation des périphéries de Rome entre 1922 et 1945 à travers les investissements d’un des plus puissants acteurs du secteur immobilier : l’Istituto Nazionale delle Assicurazioni, société d’assurances-vie créée en 1912. Il ne s’agit non seulement de dresser un portrait de l’activité immobilière de l’entreprise, mais surtout de comprendre l’influence de ce type d’acteur dans la production de bâti et la gestion des populations de toute une ville dans un contexte politique, démographique, économique et social bien spécifique. Grâce aux recherches combinées dans les archives de l’INA et dans les archives publiques, j’ai pu dresser une liste exhaustive de plus de 80 immeubles achetés ou construits par l’institut sur le territoire romain entre 1922 et 1945. Ce travail d’inventaire n’avait jamais été effectué. Avec ses investissements dans la ville, l’INA participa à la tertiarisation du centre-ville et au développement de périphéries résidentielles causant d’importants déplacements de population. Se précisent trois postures de l’institut : l’INA constructeur, l’INA bailleur de fonds et l’INA aménageur. Contrairement à l’argumentaire traditionnel à propos de l’urbanisme fasciste (Insolera, Cederna, Benevolo, etc.), les transformations de Rome ne résultaient pas de la seule volonté autoritaire du régime mais aussi des stratégies d’investissement d’opérateurs tels que l’INA. Il faut replacer la fabrique urbaine de la Rome fasciste dans le cadre du marché immobilier.

Mélanie Merey, doctorante en Géographie, ISTHME, Univ. de Saint-Etienne.

” Pour la mise en place d’un dispositif de suivi et de gestion participatif du patrimoine : le cas des chemins du Pilat ”

Depuis janvier 2013, le laboratoire ISTHME (Image, Société, Territoire, Homme, Mémoire et Environnement) et le Parc naturel régional (PNR) du Pilat ont initié un projet de recherche-action visant à élaborer un dispositif de suivi permanent et de gestion participative des chemins du Pilat.
Les chemins sont le support de nombreuses activités économiques et de loisirs impliquant un grand nombre d’acteurs (usagers et gestionnaires) ayant des cadres de pensées et de valeurs différents.
Par ailleurs, l’évolution rapide des pratiques et des technologies associées aux activités de pleine nature ainsi qu’aux modes d’exploitation des milieux agricoles et sylvicoles sont à l’origine de nouveaux besoins et risques (dégradations et conflits) que les structures gestionnaires doivent être en mesure de gérer et d’anticiper au mieux.
Afin de bâtir des hypothèses de modélisation cartographique réalistes et de simuler des scénarios de gestion acceptables, nous avons choisi de nous baser sur un diagnostic participatif des chemins réalisé à l’aide d’une application websig et d’animer des réunions de coconstruction à différentes échelles du territoire (PNR, communautés de communes, collectivités territoriales).
Les résultats du diagnostic nous ont permis de définir les critères entrant en compte dans la formation de situations concrètes insatisfaisantes ainsi que, de mieux comprendre les représentations collectives du patrimoine de chemin du Pilat susceptibles de faire varier les points de vue sur les choix de gestion.
Les premières analyses des résultats obtenus ainsi que les perspectives et problématiques de recherche qu’elles ouvrent pourront vous être présentées au cours de cet atelier. Toutes remarques, propositions ou conseils seront les bienvenus pour enrichir la démarche mise en œuvre

Posted in Actualités / News, Résumés | Commentaires fermés

Autour de la démolition urbaine

Séminaire ACREOR, séance du 14/2 de 14h à 17h, UMR, salle 604, 18 rue Chevreul 69003 Lyon

Mongeard Laetitia, Veschambre Vincent : La démolition : un nouvel objet pour la géographie et les SHS ?

La démolition en tant que processus technique intervenant sur des structures et remettant en circulation des matériaux est traditionnellement un objet d’étude en génie civil. On observe au cours des dernières années une présence de plus en plus grande dans le champ des SHS, en relation avec l’évolution du recours à la démolition dans le cadre du renouvellement urbain et/ou de la rénovation urbaine.  À partir de l’étude de corpus de publications, appels à communication, thèses et dictionnaires disciplinaires, nous proposons d’interroger la place de la démolition dans les SHS et plus spécifiquement en géographie et tenterons de définir ce qui nous semble pouvoir constituer un nouvel objet de recherche (voire un nouveau concept), longtemps resté en creux des analyses des études urbaines.

Bianca Botea,  Démolitions et changements urbains : regards à partir des approches du temps et du « passé ».

La question du temps et en particulier du passé intervient régulièrement dans des situations de rupture et de changement vécues par les individus comme des situations d’épreuve. Ces rapports au temps et productions du passé peuvent être examinés comme des analyseurs des expériences des  différents acteurs urbains face aux transformations de leur quartier. Mais ils permettent aussi de saisir les conceptions du changement visibles sur ces terrains de transformations urbaines et de distinguer entre deux visions : une approche « cinétique » du changement et une approche des attachements. La réflexion s’appuie sur une étude menée sur le contexte des démolitions dans le quartier de la Duchère, avec une ouverture sur une autre recherche ciblant un contexte de crise industrielle dans une ville frontalière de Roumanie.

Posted in Actualités / News, Résumés | Leave a comment

Territoires en partage. Politiques du passé et expériences de cohabitation en Transylvanie

Vient de paraître : TERRITOIRES EN PARTAGE. Politiques du passé et expériences de cohabitation en Transylvanie, de Bianca BOTEA, aux éditions Petra

La fabrication de la Transylvanie comme paysage mémoriel et patrimonial s’enracine dans un événement historique ancien, un changement de frontières étatiques en 1920. Ce dernier a fait émerger des narrations officielles différentes voire conflictuelles rattachées à deux constructions nationales et à deux pays voisins. Que reste-t-il aujourd’hui de cette mémoire historique renvoyant à une expérience nationale traumatique, d’une part, et à un haut-lieu d’histoire et de gloire nationales, d’autre part ? Comment un espace à contours flous et sans assise administrative donne-t-il lieu à une catégorie sensible et performative ? À l’heure de l’élargissement européen, cette réflexion ne relève plus uniquement d’une logique de changement de frontières mais révèle des tensions relatives à la cohabitation sur un même territoire d’une diversité de populations. Cet ouvrage, fondé sur une recherche réalisée principalement dans la ville de Cluj-Napoca en Roumanie, nous mène à travers plusieurs lieux, musées, fêtes urbaines, structures associatives, espaces ordinaires de la ville qui, aujourd’hui, participent de ce paysage mémoriel et patrimonial compétitif se déployant à une échelle locale, nationale, transfrontalière et transnationale. Là, peuvent s’observer des phénomènes de production ou d’actualisation du passé, permettant de s’interroger sur les dynamiques de renouvellement du nationalisme, du régionalisme et de l’ethnicité en Europe, ainsi que des conceptions du territoire associées à ces pratiques. Enfin, ils mettent en avant la complexité des processus de fabrication de l’espace public en contexte plurilinguistique et pluriconfessionnel.

Bianca Botea est maître de conférences en ethnologie à l’Université Lumière Lyon 2 (Centre de Recherches et d’Études Anthropologiques). Elle mène actuellement des recherches en Roumanie et en France sur les transformations des espaces urbains en lien avec les problématiques mémorielles. Elle interviendra dans le séminaire ACREOR le 14 février prochain (voir ici)

Isbn : 978-2-84743-079-0 – 28 €, 350 p. + cahier photo couleur 12 p., décembre 2013.

Sur le site des éditions Pétra: http://www.editionspetra.fr

 

Posted in Actualités / News, Résumés | Leave a comment

Matériaux premiers : futur eldorado pour le secteur de la construction ?

mat premFabrice Bardet (EVS/RIVES/ENTPE) et Taoufik Ben Mabrouk (ENTPE) présentent le projet PRIMATERRE

En mars 2013 a débuté à l’ENTPE le projet PRIMATERRE, un important programme
de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) – Programme
« Villes et bâtiments durables » qui associe le laboratoire de sciences sociales (EVS-RIVES) au laboratoire de génie civil (LTDS-LGCB) de l’ENTPE. L’objectif est d’étudier les verrous à lever pour organiser le développement de la construction en matériaux premiers (terres, pierres) qui apparaît de plus en plus comme un marché émergent prometteur.
Focus sur une alliance stratégique inédite.

Poursuivre la lecture dans ce fichier PDF.

Posted in Textes | Tagged , | Leave a comment

Démarches comparatives en situation de recherche internationale. Regards croisés entre histoire, géographie et anthropologie

Dans le cadre du séminaire ACREOR, cette séance se tiendra le 7 février à 14 h, salle 604, UMR 5600, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Intervenantes: Fatiha Belmessous (EVS / RIVES); Elise Roche (EVS / ITUS); Teresa Tapada Berteli (Université de Barcelone)

Les recherches comparatives dans un cadre international se sont multipliées dans les sciences humaines et sociales ces dernières années, soit parce que les objets de recherche résultent de processus qui se jouent au-delà du cadre national, soit parce qu’il apparait nécessaire au chercheur de se décentrer par rapport à son propre univers de référence. Plus pragmatiquement, il s’agit également de répondre aux demandes formulées par des institutions publiques ou privées. En dépit de cet engouement, des difficultés récurrentes jalonnent le travail de mise en relation des données recueillies sur chacun des terrains étudiés. En effet, si la comparaison ne se limite pas à explorer terme à terme les différences et similitudes entre les cas étudiés, pas plus qu’elle ne réside dans la mise en évidence de l’infinie diversité des configurations possibles, comment mettre en œuvre un travail de généralisation tout en rendant compte des spécificités de chaque cas ? Quelles échelles de comparaison privilégier ? Quelles catégories d’analyse mobiliser et sous quelle forme ?

A partir de situations vécues par trois chercheures en sciences humaines et sociales, cette séance de travail questionnera les enjeux de la comparaison, à partir d’une déclinaison de leurs terrains d’étude comme du cadre d’inscription de leurs démarches comparées et en faisant appel à des échelles d’analyse contrastées, spatiales ou temporelles.

Posted in Actualités / News, Résumés | Leave a comment

Une politique régionale pour une ‘Société Harmonieuse’ : la politique chinoise comparée à la politique de l’Union européenne

Dans le cadre des activités de la composante BioGéophile / ACREOR / EVS / ENS de Lyon

Séminaire de ZANG Shumei, Maître de conférences à l’ECNU (East China Normal University, School of Advanced International and Area Studies) et professeure invitée à l’ENS de Lyon et à l’UMR EVS.

Le jeudi 30 janvier 2014 de 14h à 16h en salle de Réunion n°2 du site Buisson (ENS Lyon)

Résumé :
Le 18e congrès national du Parti communiste chinois (nov.2012) a mis un accent particulier sur la construction de la « Société Harmonieuse ». Cette option, révélatrice des disparités et des dysfonctionnements de plus en plus évidents au sein de la société et de l’espace chinois, s’accompagne d’une priorité donnée à la politique de développement régional. Nous traiterons de ce sujet dans la conjoncture actuelle, et en introduisant un regard comparatif avec la Politique Européenne de Cohésion (en nous référant à notre travail de thèse). Continue reading

Posted in Actualités / News, Résumés | Leave a comment

L’Amérique des skid-rows : quand la récupération des déchets devient un moyen de lutte pour la survie et la reconnaissance de groupes marginalisés

Séance annulée en raison de contraintes majeures dans l’emploi du temps des intervenants. Une nouvelle date sera reprogrammée ultérieurement.

En quoi la circulation de déchets ménagers aussi banals que des cannettes vides peut-il éclairer, voire transformer, le rapport au territoire et aux institutions de certains groupes marginalisés ? C’est à cette question que l’on propose d’apporter des éléments de réponse, à travers cette séance (et deux interventions) portant sur le quartier du Downtown Eastside à Vancouver (environ 16.000 habitants), sorte de « quartier de relégation » qui, comme dans d’autres villes nord-américaines, se situe en plein centre de la ville, à deux pas du quartier des affaires et des zones touristiques.

Benoît Raoulx, géographe, UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés, Caen

Les coupes successives dans les budgets d’aide sociale de la province ont contribué au développement de petites activités de survivance autour notamment de la récupération de cannettes et de bouteilles dans les poubelles (scavenging ou binning). Une association de recyclage baptisée United we can s’est constituée autour de visées d’empowerment : concrètement, il s’agit de faire mieux se connaître et reconnaître des populations marginales de plus en plus paupérisées. Au-delà d’un petit revenu complémentaire (de l’ordre de 5 dollars par tournée quotidienne), ces activités informelles permettent aux personnes qui s’y impliquent de développer un savoir-faire spécifique basé sur la circulation dans la ville. Dans quelle mesure ces activités peuvent-elles leur permettre également de devenir des acteurs reconnus de l’action municipale en matière de recyclage, à l’heure où le nouveau maire de Vancouver entend faire de la ville l’un des fleurons écologiques de la côte Pacifique ?
Benoït Raoulx est l’auteur du film Traplines qui sera montré pendant la séance.


Résumé: A Vancouver, sur la côte pacifique du Canada. Peter and Doe vont relever leur piège, leur trapline. Ils fouillent les poubelles pour ramasser canettes et bouteilles à 5 ou 20 cents. Le produit est ramené au dépôt de l’association United We Can, situé dans le quartier le plus pauvre. Ces trappeurs des villes fréquentent discrètement les allées de service dans les quartiers résidentiels et s’adaptent aux rythmes de la ville, développant ainsi un savoir-faire géographique. A partir des marges, le film porte un regard sur le coeur de la société.

Anaïk Purenne, sociologue, UMR CNRS 5600 Ville Espace Société, Lyon

Récemment, ces activités informelles, et en particulier la revente des petits objets de récupération qui ne sont pas recyclés par United we can, ont fait l’objet d’opérations policières qui se sont traduites par un nombre élevé de contraventions pour infractions aux règlements municipaux sur le commerce de rue. L’un des motifs invoqués par les policiers pour justifier cette sévérité accrue est que les activités informelles des vendeurs de rue, serviraient de « couverture » à la vente illégale de produits stupéfiants. Des mobilisations sociales initiées par des groupes s’inscrivant dans une tradition d’activisme radical ont à leur tour pris pour cible ces activités répressives pour dénoncer la criminalisation de la misère et le rôle de la police dans l’aggravation des inégalités.

Les enjeux qui se cristallisent autour du recyclage de certains objets (à la fois les circuits formels de collecte de ces objets et leur « seconde vie » dans l’économie informelle) peuvent ainsi constituer un prisme intéressant pour saisir le rapport à la ville de populations perçues comme aux marges de celle-ci.

La séance aura lieu le vendredi 17 janvier 2013 à 14h salle 604 de l’UMR 5600, 18 rue Chevreul 69003 Lyon

Posted in Actualités / News, Résumés | Leave a comment

Programme de séminaire 2013-2014

Le thème ACREOR de l’UMR Environnement Ville Société présente une première esquisse programme annuel de son séminaire. Celui-ci se tiendra principalement dans la salle de réunion de l’UMR EVS (salle 604, 18 rue Chevreul 69007 Lyon) mais certaines séances seront organisées par le laboratoire RIVES à l’ENTPE et d’autres encore par la composante BioGéophile à l’ENS de Lyon.

Vendredi 8/11 – 14h-17h – Chantiers urbains de la transition énergétique :

  • Elvan Arik, doctorant EVS-ITUS : Le chauffage à Istanbul : transition énergétique, transition urbaine
  • Eric Verdeil, EVS : Politiques urbaines de l’électricité. Réflexions basées sur des recherches en cours au Liban, en Jordanie et en Tunisie.

Vendredi 13/12 – 14-17h   –   Recyclage et usages des terres rares. Présentation du projet CIRCAMAT

Vendredi 10 /1 – 14h-18h   Pérégrinations en territoire radiocontaminé. Regards croisés Hors séminaire ACREOR mais ouvert aux personnes intéressées, organisation Marie Augendre (télécharger le programme (PDF))

Vendredi 17/1 – 14h-17h      La circulation des déchets dans l’Amérique des skid-rows

  • Benoit Raoulx (Caen)
  • Anaik Purenne (RIVES-ENTPE)

Vendredi 7/2 – 14-17h              Fatiha Belmessous / Elise Roche / collègue barcelonaise : le comparatisme dans les études sur l’habitat

Vendredi 14/2 – 14h-17h           Autour de la démolition urbaine

  • Bianca Botéa-Coulaud (anthropologue, CREA, Lyon 2) : Démolitions et changements urbains : regards à partir des approches du temps et du « passé »
  • Vincent Veschambre et Leatitia Mongeard : La place de l’objet démolition en géographie et en SHS

Vendredi 14/3 – 14-17h               Doctorants

Mardi 18/3 (déplacé au mardi 27 mai)– 12-14 h (RIVES/ENTPE à Vaulx en Velin)   Discussion sur la gouvernance des catastrophes : Julien Langumier / Marie Augendre

Vendredi 11/4 – 14-17h               Doctorants

Vendredi 13/6 – 14h-17h             A.S. Clémençon : “Le lotissement, du peu planifié au tout planifié”. Discussion introduite par Eric Charmes

 

Posted in Non classé | Leave a comment

L’activité de démolition dans l’espace urbain : quels impacts, quelles relations ?

Séance du séminaire ACREOR / Gravats-Recybéton, le 3 juin 2013

Présentation préparée par Lise Serra et Laetitia Mongeard

Synthèse de l’intervention

Respectivement architecte en fin de doctorat d’urbanisme et aménagement sur le chantier comme projet urbain et en début de doctorat de géographie sur le recyclage des déchets de démolition, Lise Serra et Laetitia Mongeard ont cherché à mettre en relation leurs recherches pour analyser les impacts de la démolition dans l’espace urbain.

A partir des nombreux aspects définissant la démolition, furent étudiées non pas les impacts ou encore les nuisances de la démolition sur son environnement urbain mais les relations existantes entre ces deux concepts. La démolition fut notamment abordée en tant que chantier, outil d’aménagement, techniques, profession ou encore filière économique.

Les concepts de démolition et d’espace urbain – lyonnais dans le cas spécifique des recherches en cours – ont été confrontés à travers les dimensions qui les caractérisent : dimensions partagées par les deux concepts telles que les dimensions sociales, économiques ou encore spatiales et temporelles, et dimensions spécifiques à chacun – dimension technique pour la démolition, politique pour l’espace urbain par exemple.

Cette analyse fut alors mise en perspective par les terrains de recherche des intervenantes, et par la lecture de la démolition en tant que processus : de l’élaboration du projet urbain à l’après démolition, en passant par les étapes techniques qui (dé)composent la démolition. A chaque étape, les espaces en jeu diffèrent, du quartier au chantier, la valeur symbolique de la démolition par ses « témoins » évolue, de même que les acteurs en présence, et la matérialité en jeu change de forme et ainsi d’enjeux spatiaux (déplacement, stockage).

En termes de méthodes de travail, le croisement de deux thèses à travers un objet précis, ici, la démolition dans l’espace urbain lyonnais, permet de questionner autrement des sujets insérés dans un champ disciplinaire et d’ouvrir de nouvelles perspectives à chacune des deux études. En termes de résultat, cette analyse a permis de mettre en évidence la spécificité de la démolition en tant que chantier : son rapport à la mémoire par la suppression de traces.

Support de la présentation

 

Posted in Comptes rendus, Séminaires | Tagged , , , , , | Leave a comment