Genre et espace – Présentation des travaux d’Hélène Guétat

Hélène Guétat est professeure de géographie à l’Université Jean Moulin-Lyon 3

Cette intervention a pour intention de présenter comment je questionne et j’utilise les rapports sociaux de genre dans la géographie que je pratique. Je ne m’inscris pas dans une géographie du genre qui supposerait une catégorisation de plus de la discipline géographique. En revanche, j’essaye de comprendre comment et pourquoi les rapports sociaux de genre sont un outil euristique pour appréhender l’organisation de l’espace et comment, inversement, passer outre les questions d’organisation genrée de l’espace affaiblit la finesse de l’analyse géographique, notamment autour des questions de l’habiter, du développement qui abordent les questions de rapports de pouvoir notamment.

Les questions de « genre » m’intéressent en tant que rapports sociaux traduits dans et par l’espace.

  • « On ne naît pas homme ou femme mais on le devient » (S. Beauvoir) bien sûr : le genre est donc une construction sociale
  • Comment les rapports de genre conditionnent la construction des identités sexuées traduites par l’organisation des espaces, les accès (en tant que droit, capacité, effectivité) aux savoirs, pouvoirs, connaissances, compétences, apprentissages, capitaux ?
  • Comment les rapports de genre sont qualifiés dans le temps et l’espace : quel est donc l’historique de leur construction et comment ils se différencient dans le monde d’aujourd’hui ?
  • Quels sont les éléments qui font bouger les systèmes de représentations du masculin et du féminin ?
  • Intersectionnalité des rapports sociaux

Les analyses entre espace et rapports sociaux de genre permettent de :

  • Comprendre l’organisation des espaces à différentes échelles (pièce, maison, rue, quartier, espaces de travail, activités de loisirs, etc.). Rendre visibles les organisations sexuées de l’espace (espace exclusif, partagé, de confrontation, etc.)
  • De lire et analyser la complexité des rapports hommes / femmes :
    • Union et désunion
    • Identique et différent
    • Rapports à la fois d’amour, de compassion/communion, d’interdépendance (de l’ordre de l’intérêt et du don de soi), de rapports de pouvoir et de domination (d’ailleurs pouvant être parfois tout aussi contraignants pour les hommes que pour les femmes)
    • Reproduction des rapports de pouvoir autant par les hommes que par les femmes elles-mêmes
  • Individu géographique (expérience, phénoménologie) et approche par le collectif (construction des attitudes, apprentissages, savoirs, pouvoirs, droits)
  • Dimension politique et éthique: travailler sur les rapports de genre est aussi un engagement qui renvoie aux questionnements autour de l’égalité ou (peut-être) de l’équité
  • Comprendre les enjeux de développements actuels : effets locaux des changements climatiques, agrobiodiversité, accès aux ressources (eau, foncier, plantes), mondialisation (migrations, circulations, articulations mondes marchands/non marchands)

Je pars de mes pratiques de géographes intégrant dans ses méthodes et ses réflexions théoriques les questions de genre et de développement rural. Cette géographie pratiquée se confronte de longue date avec l’interdisciplinarité par une thèse en socio-économie du développement et une longue pratique de travail commun avec la sociologie et l’anthropologie.

Lire la suite en téléchargeant le fichier séminaire CRGA 11 mai 2011, Lyon (PDF).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.