Genre et espace – jeune recherche en cours

Séminaire CRGA 11 mai 2011 – compte rendu de séance assurée par Fleur Guy

Les deux interventions résumées ci-dessous présentent les recherches en cours d’une étudiante de Master 2 et d’une doctorante. Les deux recherches, bien que très différentes, interrogent les relations entre genre et espace.

L’introduction de cette séance peut être lue ici.

Pour écouter les interventions ou les télécharger (intervention de Nelly Bachelot: 00:03-10:07 Débat: 10:09-25:54 – intervention de Fleur Guy: 27:56-40:26 Débat: 40:34-56:36)

Développement individuel et spontané du moto-pompage autour du Sankarani – Stratégies paysannes d’occupation du sol : une approche par le genre ?

Nelly Bachelot, Master 2 – Université Lyon 3, sous la direction Michel Mietton, en collaboration avec l’IRD, Bamako (Mali)

  1. Présentation du terrain et des problématiques de recherche

Le Sankarani, affluent du fleuve Niger supérieur, est situé à 150 km au sud-ouest de Bamako (Mali). Au niveau climatique, cette vallée est caractérisée par l’alternance de deux saisons avec une pluviosité très contrastée, à l’origine d’une forte variabilité du rythme d’écoulement du Sankarani:

Mai-Octobre (saison des pluies) : période de crue

Novembre-avril (saison sèche): période de basses eaux

En 1982, la construction du barrage hydroélectrique de Sélingué modifie de manière importante l’hydrologie de ce fleuve, notamment en aval du barrage. Le barrage écrête les crues et soutient l’étiage : le débit est plus important qu’avant la construction en période sèche. Les petits affluents qui étaient à sec sont désormais en eau. Ces changements hydrologiques contribuent au développement d’une nouvelle activité agricole de rente et à une recomposition de l’espace agricole.

Suite à la construction du barrage, l’équipement individuel en moto-pompe se développe pour la culture des bananiers et du maraichage sur les berges du Sankarani, complémentaires de l’agriculture pluviale traditionnelle et de l’agriculture irriguée.

Les parcelles irriguées par moto-pompage sont situées sur les berges du Sankarani et éloignées des zones d’habitation, elles sont encloses par des haies vives ou sèches pour éviter la pénétration par du bétail. On observe donc un emboccagement de ces berges depuis le début des années 80. Ces parcelles peuvent être cultivées toute l’année car elles sont irriguées et constituent un front vert entre la plaine et la Sankarani.

Un des objectifs de cette étude est d’analyser le système d’attribution du sol sur ces berges dont la valeur foncière est nouvelle suite à a construction du barrage : qui a accès aux parcelles des berges ? Qui sont les bénéficiaires des recompositions  de l’espace agricole?

2. Approche par le genre

Ces remarques sont issues d’observations de terrain réalisées l’an dernier. On constate que ces parcelles sont exclusivement cultivées par des hommes à toutes les étapes (préparation du sol, plantation, entretien, récolte, transport, vente).

L’acquisition de la technique d’irrigation par moto-pompage est une spécificité masculine. Cette technique permet de mobiliser des ressources hydriques de manière plus intensive que manuellement, et la possibilité d’accès de la plaine à la ressource hydrique est filtrée suite à la constitution de ce front vert.

La recomposition de l’espace agricole révèle des inégalités d’accès aux ressources selon le genre, en lien avec la maîtrise de l’utilisation du sol dominé par les hommes. Le fort contrôle des hommes sur les ressources hydriques et agricoles leur permet de mettre en place des nouvelles stratégies de production, innovantes. Il y a une différenciation des stratégies en fonction du genre.

3. Conclusion :

L’introduction d’une nouvelle technique bouleverse les rapports aux ressources et  les rapports sociaux au sein de la société paysanne, notamment les rapports hommes-femmes. L’approche par genre permet de réfléchir aux perspectives de développement de ces cultures irriguées par moto-pompage et questionne la gestion des ressources, le rôle du développement de ces pratiques dans le renforcement ou l’affaiblissement  des sociétés paysannes.

4. Réactions/Débat :

Les réactions faisant suite à cette intervention concernent les points suivants :

Poursuite de thèse ?

Difficulté car le terrain n’est pas accessible pour des raisons de sécurité. Discussion autour des possibilités de financements, contrat doctoral, collaboration avec l’IRD.

Retour sur la différenciation de l’occupation de l’espace, sur les causes de l’accès différencié aux techniques :

-Présence d’espaces occupés par les femmes sur les berges ? Est-ce que tout l’espace est occupé par les hommes ?

Eléments qui devaient être confirmés par un terrain annulé cette année. Mais l’an dernier, lors du comptage des moto-pompes, aucun jardin de femmes n’a été repéré, il y a peu d’associations de paysans, pas d’ONG.

-Question de l’activité innovante, de l’accès au transport et des mobilités des femmes en général?

La possibilité pour les femmes de se déplacer loin du village, le fait qu’elles aillent ou non à Bamako pour faire les courses par exemple, pourrait expliquer cette appropriation différenciée de l’espace des berges.

Question sur le type d’agriculture sur ces parcelles et le fonctionnement de la filière :

-C’est une activité complémentaire, pratiquée pendant la période sèche, quand il y a moins de travail ailleurs. La production est destinée à la vente sur les marchés locaux. La proximité de Bamako profite aux paysans. Avec la construction du barrage, une route qui facilite le transport entre marché de Bamako et zone de production a été construite.

-Comment est réalisé le transport des produits vers les marchés locaux ?

Les paysans font appel à des transporteurs, qui sont exclusivement des hommes.

Questions sur les berges avant la construction du barrage :

-A qui appartenait le terrain avant ?

Difficulté de répondre mais les parcelles sont loin des zones d’habitations donc échappent au contrôle des communautés.

-Quelles activités avant le barrage : maraîchage ou autre ? Présence des clôtures avant la construction du barrage ?

Travail sur photographies aériennes pour l’occupation des sols avant la construction du barrage : agriculture pluviale (mil, sorgho), pas d’activité de rentes, mais toutes les berges n’étaient pas concernées. Il y a peu de jardins maraichers et ils sont en majorité situés vers la confluence avec le Niger.

Espace et action sociale envers les jeunes en difficulté : apport et questions d’une approche par le genre ?

Fleur Guy, Première année de thèse à Lyon 2 sous la direction de Lydia Coudroy de Lille

  1. Présentation du sujet de thèse

Ce projet de recherche part d’un constat réalisé dans le cadre d’un mémoire de Master 2 et confirmé par une année de travail bibliographique et d’enquête exploratoire. L’espace est mobilisé dans le cadre de l’action sociale envers les jeunes à plusieurs titres :

-Espace comme cadre de l’intervention : territorialisation de l’action sociale

-Espace comme moyen d’action : éloignement, mise à distance d’un milieu perçu comme pathogène, qu’il s’agisse du milieu familial ou du quartier mais en même temps ouverture culturelle, mobilité.

-Espace comme cause des difficultés des jeunes.

L’objectif de la thèse est de mettre en évidence cette relation, souvent implicite, entre espace et action sociale envers les jeunes en difficulté, en introduisant une gradation dans les types de prise en charge (droit social, civil, pénal). Il s’agit de savoir quelles sont les modalités et l’impact de l’action sociale dans la construction de nouvelles spatialités auprès des jeunes en difficulté ?

En faisant l’hypothèse que :

-l’espace est une compétence, et peut-être envisagé dans le cadre de sa transmission et de son apprentissage.

-cette transmission n’est pas unilatérale. L’espace est une médiation entre les jeunes et les différents acteurs qui les encadrent.

-les spatialités des jeunes évoluent entre le début et la fin de leur prise en charge et en fonction du type de prise en charge.

2. Introduire le genre dans cette recherche ? Pourquoi et comment ?

Cette question s’impose au vu de la population prise en charge dans ses structures : elle est majoritairement masculine, avec une différenciation selon les prises en charge.

Le fait que les filles mineures soient sous-représentées au sein de la population délinquante peut expliquer que les chercheurs s’intéressent peu à ce phénomène. Certains mettent pourtant en relation la délinquance et les questionnements relatifs au genre :

  • Dans l’explication de l’acte de délinquance

La différenciation dans l’explication des causes de la délinquance en fonction des genres a été mise en évidence:

-garçons : causes sociales

-filles : approche psychologique, référence accrue à la sphère familiale, privée, du corps et de l’intime.

On retrouve cette approche naturalisante dans certains articles de psychologues qui expliquent la spécificité de la délinquance des filles par rapport à celle des garçons par leur situation familiale et notamment par la place du père dans la famille.

La bibliographie consacrée à la question fait le constat d’une différenciation dans l’explication de la délinquance en fonction du genre. Qu’en est-il de la prise en charge ?

  • Dans la prise en charge

Cette question a souvent été envisagée en termes binaires par les chercheurs : le genre a-t-il un effet favorable ou défavorable sur la prise en charge des femmes (au pénal) ?

Mais une approche plus large, prenant en compte tous les dispositifs contribuant à reproduire l’ordre sexué, semble particulièrement pertinente. En effet, la déviance identifiée chez les femmes ne renvoie pas toujours à la criminalité mais aussi au rôle de mère, et dans ce cas, prise en charge au titre de l’aide sociale à l’enfance.

Cette prise en charge différenciée est apparue dans les entretiens réalisés cette année :

– le genre peut intervenir dans le choix de l’établissement : puisqu’il existe des établissements mixtes ou non-mixtes.

-Au sein d’un même établissement, lorsqu’il est mixte, on peut avoir des activités différenciées en fonction du genre. Par exemple, des activités axées sur le soin et l’esthétique sont proposées aux filles à l’Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs (EPM) de Meyzieu (Rhône) à mettre en relation avec les activités proposées aux garçons, par exemple l’atelier mécanique.

Dans cette recherche, la question du genre peut être envisagée à différents niveaux, tout d’abord celui du traitement de la déviance à la norme sociale et/ou de la délinquance en fonction du genre :

-Comment le genre intervient dans le processus de mise à distance étudié ?

-L’impératif de proximité avec la famille est-il plus prégnant dans le cas de jeunes filles ?

Plus spécifiquement, la dimension genrée de l’acquisition de compétences spatiales dans les différentes structures pourrait être envisagée : la prise en charge elle-même implique-t-elle des apprentissages différenciés, notamment en ce qui concerne l’espace?

On peut alors s’appuyer sur les travaux relatifs à la question du genre à l’école ou dans les loisirs, et qui montrent le rôle de ces institutions dans la reproduction des inégalités et de l’assignation à des identités sexuées stéréotypées.

-Retrouve-t-on les mêmes différenciations que dans les dispositifs de droit commun ? Ou alors observe-t-on au contraire une dynamique de convergence des genres ?

-Comment le genre intervient-il dans ce processus d’acquisition de compétences spatiales ? Il y a-t-il une construction différenciée des spatialités selon le genre ?

3. Réactions / débat :

Les réactions faisant suite à cette intervention concernent les points suivants :

La dimension spatiale de ce travail :

-S’agit-il d’une thèse de géographie ? Quelle est la dimension spatiale de ce travail ? Faire attention à ne pas oublier un questionnement par l’espace. Approche par le genre n’est pas incompatible avec une approche par l’espace, au contraire l’espace est central.

-L’espace est présent dans cette recherche : origine spatiale des jeunes, poids des localisations des sociabilités, apprentissage, compétences spatiales, poids des institutions dans la gestion différenciée de la délinquance.

-Autres géographes travaillant avec un ancrage sociologique fort tout en gardant « l’exigence de discipline » : équipe de l’ANR TerrFerme à Bordeaux.

Questions sur le rapport genre/violence :

-Question de la valorisation de l’agressivité chez les garçons, de la violence comme moyen de protection et d’affirmation pour les filles.

-Nouvelles formes d’agressivité et de violence chez les filles et réactions des acteurs sociaux ?

Oui, changement dans le traitement de la délinquance des femmes : double stigmatisation des femmes : délit et écartement de la norme sociale de la femme douce et docile

Dimension qui apparaît dans les entretiens : la délinquance féminine est évoquée comme un phénomène à part. Par exemple, la psychologue de l’EPM de Meyzieu souligne bien que les filles prises en charge dans l’unité qui leur est réservée sont beaucoup plus dures que les garçons, incarcérées pour des actes plus graves, souvent des crimes. Mais la psychologue ne fait pas référence aux délits ou crimes des filles mais au comportement général: remarques très subjectives.

-La violence est-elle un acquis social ou s’explique-t-elle par des processus hormonaux ? Appétence pour la violence s’explique-t-elle par le biologique ?

Réponse en lien avec la socialisation différenciée des garçons et des filles par les jeux, ou dès la maternité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.