Atelier des doctorants ACREOR le 14 mars 2014

Interventions pour l’atelier doctorant du vendredi 14 mars 2014 – 14h-17h

Lieu : Salle 604, 18 rue de Chevreul, 69003 Lyon.

Fabien Mazenod, doctorant en Géographie-aménagement, CRGA, Univ. Lyon 3.

« Production de bâti et gestion des populations. Le rôle de l’Istituto Nazionale delle Assicurazioni (INA) à Rome entre 1922 et 1945 »

Mon propos est d’analyser le renouvellement du centre-ville (rénovation, réhabilitation) et l’urbanisation des périphéries de Rome entre 1922 et 1945 à travers les investissements d’un des plus puissants acteurs du secteur immobilier : l’Istituto Nazionale delle Assicurazioni, société d’assurances-vie créée en 1912. Il ne s’agit non seulement de dresser un portrait de l’activité immobilière de l’entreprise, mais surtout de comprendre l’influence de ce type d’acteur dans la production de bâti et la gestion des populations de toute une ville dans un contexte politique, démographique, économique et social bien spécifique. Grâce aux recherches combinées dans les archives de l’INA et dans les archives publiques, j’ai pu dresser une liste exhaustive de plus de 80 immeubles achetés ou construits par l’institut sur le territoire romain entre 1922 et 1945. Ce travail d’inventaire n’avait jamais été effectué. Avec ses investissements dans la ville, l’INA participa à la tertiarisation du centre-ville et au développement de périphéries résidentielles causant d’importants déplacements de population. Se précisent trois postures de l’institut : l’INA constructeur, l’INA bailleur de fonds et l’INA aménageur. Contrairement à l’argumentaire traditionnel à propos de l’urbanisme fasciste (Insolera, Cederna, Benevolo, etc.), les transformations de Rome ne résultaient pas de la seule volonté autoritaire du régime mais aussi des stratégies d’investissement d’opérateurs tels que l’INA. Il faut replacer la fabrique urbaine de la Rome fasciste dans le cadre du marché immobilier.

Mélanie Merey, doctorante en Géographie, ISTHME, Univ. de Saint-Etienne.

 » Pour la mise en place d’un dispositif de suivi et de gestion participatif du patrimoine : le cas des chemins du Pilat  »

Depuis janvier 2013, le laboratoire ISTHME (Image, Société, Territoire, Homme, Mémoire et Environnement) et le Parc naturel régional (PNR) du Pilat ont initié un projet de recherche-action visant à élaborer un dispositif de suivi permanent et de gestion participative des chemins du Pilat.
Les chemins sont le support de nombreuses activités économiques et de loisirs impliquant un grand nombre d’acteurs (usagers et gestionnaires) ayant des cadres de pensées et de valeurs différents.
Par ailleurs, l’évolution rapide des pratiques et des technologies associées aux activités de pleine nature ainsi qu’aux modes d’exploitation des milieux agricoles et sylvicoles sont à l’origine de nouveaux besoins et risques (dégradations et conflits) que les structures gestionnaires doivent être en mesure de gérer et d’anticiper au mieux.
Afin de bâtir des hypothèses de modélisation cartographique réalistes et de simuler des scénarios de gestion acceptables, nous avons choisi de nous baser sur un diagnostic participatif des chemins réalisé à l’aide d’une application websig et d’animer des réunions de coconstruction à différentes échelles du territoire (PNR, communautés de communes, collectivités territoriales).
Les résultats du diagnostic nous ont permis de définir les critères entrant en compte dans la formation de situations concrètes insatisfaisantes ainsi que, de mieux comprendre les représentations collectives du patrimoine de chemin du Pilat susceptibles de faire varier les points de vue sur les choix de gestion.
Les premières analyses des résultats obtenus ainsi que les perspectives et problématiques de recherche qu’elles ouvrent pourront vous être présentées au cours de cet atelier. Toutes remarques, propositions ou conseils seront les bienvenus pour enrichir la démarche mise en œuvre