Une politique régionale pour une ‘Société Harmonieuse’ : la politique chinoise comparée à la politique de l’Union européenne

Dans le cadre des activités de la composante BioGéophile / ACREOR / EVS / ENS de Lyon

Séminaire de ZANG Shumei, Maître de conférences à l’ECNU (East China Normal University, School of Advanced International and Area Studies) et professeure invitée à l’ENS de Lyon et à l’UMR EVS.

Le jeudi 30 janvier 2014 de 14h à 16h en salle de Réunion n°2 du site Buisson (ENS Lyon)

Résumé :
Le 18e congrès national du Parti communiste chinois (nov.2012) a mis un accent particulier sur la construction de la « Société Harmonieuse ». Cette option, révélatrice des disparités et des dysfonctionnements de plus en plus évidents au sein de la société et de l’espace chinois, s’accompagne d’une priorité donnée à la politique de développement régional. Nous traiterons de ce sujet dans la conjoncture actuelle, et en introduisant un regard comparatif avec la Politique Européenne de Cohésion (en nous référant à notre travail de thèse).
1-L’articulation entre la Société Harmonieuse et la politique régionale chinoise a un caractère endogène. Le concept de société harmonieuse, apparu en 2004, a une portée très large et trouve une part de sa réalisation dans la politique régionale. Cette articulation est similaire à celle entre Cohésion et ‘Politique régionale’ européenne, intitulée ‘la politique de cohésion’ depuis les années 1990. Malgré leurs très grandes différences –un seul Etat souverain, 27 Etats dans une Union-, la comparaison entre la Chine et l’UE est porteuse de réflexions. Dans les deux cas l’ampleur des diversités territoriales est en soi un défi pour toute vision de cohérence/cohésion. Le débat essentiel porte sur la réduction de disparités qui deviennent de moins en moins acceptées ; cette finalité s’avère autant un outil qu’un objectif, la fin étant la consolidation de l’unité de la Chine ou la construction européenne. La question des niveaux d’action de la politique régionale se trouve alors confrontée à la reconnaissance des entités territoriales traditionnelles.
2-Contributions de la politique régionale et défis pour atteindre la société harmonieuse.
Le rappel des trois phases de politique régionale met en évidence la tension/ contradiction entre les deux objectifs de développement et de répartition équilibrée :

  • entre 1949 et 1979 c’est la politique d’égalité qui prévaut au prix d’une croissance très empêchée ;
  • de 1979 à 1990 la priorité à la croissance, remarquable, s’accompagne d’une explosion des disparités ;
  • depuis le milieu des 1990 le lancement d’une politique de rééquilibre qui peine à se réaliser.

D’où la question de savoir s’il existe réellement une politique régionale en Chine, posée par certains chercheurs qui en doutent.
Les problèmes du coté des institutions sont nombreux : manque d’une agence unique, de lois et d’outils systématiques et complets (en matière de finance, de contrôle/suivi/évaluation), autonomie insuffisante…Vu le contraste avec les institutions européennes il semble possible d’apprendre de leur expérience. Inversement il faut retenir aussi certains aspects positifs relevant de l’action régionale chinoise au sens large. D’abord les marques récentes de réduction de certaines disparités quand elles sont appréciées au niveau des 4 grandes régions de stratégie de développement avec le rattrapage des 3 régions entourant la région Est, la plus riche. Ensuite probablement certains atouts du centralisme chinois avec son système de décision vertical descendant : la relation très dissymétrique entre le gouvernement central et le local en termes de financement peut donner une grande facilité/rapidité pour l’efficacité. On est loin de la structure très compliquée de l’UE, avec sa gouvernance multi-niveaux, dont l’efficacité n’est pas assurée, même s’il y a des idées à retenir pour organiser et coordonner les niveaux. Enfin, l’accent particulier posé sur le développement régional et les recherches à son sujet montre que le 18e congrès reprend et amplifie cette stratégie déjà traitée dans le rapport du 16e congrès (2002).

Cette contribution à la connaissance des politiques régionales en Chine a soulevé les difficultés immenses rencontrées pour réduire les disparités, ce qui remet un peu en question l’image de la grande puissance mondiale. Elle invite à une réflexion partagée avec l’UE sur les défis qu’implique tout effort de cohésion territoriale sur de vastes espaces, surtout en contexte de crise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.