L’activité de démolition dans l’espace urbain : quels impacts, quelles relations ?

Séance du séminaire ACREOR / Gravats-Recybéton, le 3 juin 2013

Présentation préparée par Lise Serra et Laetitia Mongeard

Synthèse de l’intervention

Respectivement architecte en fin de doctorat d’urbanisme et aménagement sur le chantier comme projet urbain et en début de doctorat de géographie sur le recyclage des déchets de démolition, Lise Serra et Laetitia Mongeard ont cherché à mettre en relation leurs recherches pour analyser les impacts de la démolition dans l’espace urbain.

A partir des nombreux aspects définissant la démolition, furent étudiées non pas les impacts ou encore les nuisances de la démolition sur son environnement urbain mais les relations existantes entre ces deux concepts. La démolition fut notamment abordée en tant que chantier, outil d’aménagement, techniques, profession ou encore filière économique.

Les concepts de démolition et d’espace urbain – lyonnais dans le cas spécifique des recherches en cours – ont été confrontés à travers les dimensions qui les caractérisent : dimensions partagées par les deux concepts telles que les dimensions sociales, économiques ou encore spatiales et temporelles, et dimensions spécifiques à chacun – dimension technique pour la démolition, politique pour l’espace urbain par exemple.

Cette analyse fut alors mise en perspective par les terrains de recherche des intervenantes, et par la lecture de la démolition en tant que processus : de l’élaboration du projet urbain à l’après démolition, en passant par les étapes techniques qui (dé)composent la démolition. A chaque étape, les espaces en jeu diffèrent, du quartier au chantier, la valeur symbolique de la démolition par ses « témoins » évolue, de même que les acteurs en présence, et la matérialité en jeu change de forme et ainsi d’enjeux spatiaux (déplacement, stockage).

En termes de méthodes de travail, le croisement de deux thèses à travers un objet précis, ici, la démolition dans l’espace urbain lyonnais, permet de questionner autrement des sujets insérés dans un champ disciplinaire et d’ouvrir de nouvelles perspectives à chacune des deux études. En termes de résultat, cette analyse a permis de mettre en évidence la spécificité de la démolition en tant que chantier : son rapport à la mémoire par la suppression de traces.

Support de la présentation

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.