Atelier Doctorants ACREOR du 22 mars 2013 – Compte rendu

Compte rendu rédigé par Fleur Guy, Nicolas Escach et Clément Corbineau

Deux présentations ont eu lieu lors de cet Atelier doctorants :
– Arie Fitria (doctorante, UMR 5600 EVS-ENTPE) : Services urbains et urbanisme : les relations entre une communauté urbaine et les collectivités voisines (Le Cas du Grand Lyon)

– Raphaël Languillon (doctorant, UMR 5600 EVS-Université Lyon 2): Tokyo, ville globale mature ? Propositions critiques autour de la maturité urbaine

Services urbains et urbanisme : les relations entre une communauté urbaine et les collectivités voisines (Le Cas du Grand Lyon), par Arié Fitria

Arie Fitria nous a présenté ses travaux de thèse consacrés aux relations entre services urbains et urbanisme, à travers le cas du Grand Lyon. Ce travail porte sur les modifications des limites administratives du Grand Lyon et leur impact sur deux services urbains : les transports en commun et la gestion des déchets. Après une première année de thèse consacrée à un travail bibliographique et exploratoire dans neuf communes, Arie Fitria réalise actuellement des entretiens dans différents Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) limitrophes du Grand Lyon.

La loi du 16 décembre 2010 prévoit une recomposition des territoires intercommunaux en France et notamment le rattachement des communautés isolées ou enclavées à des EPCI, selon un principe de continuité territoriale. Proposé en avril 2011, le Schéma Départemental de Coopération Intercommunale du Rhône signale deux discontinuités territoriales dans ce département, celles de Millery et celle de Jons. Le document propose l’extension du périmètre de la communauté urbaine du Grand Lyon pour y remédier. Les limites communales et les relations entre EPCI et communes limitrophes sont donc des enjeux centraux de cette réforme.

A travers deux études de cas, il s’agit ici de comprendre les raisons du refus d’intégration au Grand Lyon par certaines communes et d’analyser les solutions mises en œuvre pour éviter les propositions du Schéma Départemental de Coopération Intercommunale du Rhône, tout en conservant l’impératif de continuité territoriale :

Cas de Millery :
La commune de Millery appartient à la Communauté de Communes de la Vallée du Garon (CCVG) est située au sud du Grand Lyon. Elle sépare ainsi les communes de Grigny et Givors du reste de la communauté urbaine à laquelle les deux communes sont rattachées.

Cette commune refuse d’intégrer le Grand Lyon avec plusieurs arguments :
– La défense de son autonomie.
– La peur d’une augmentation des taxes.
– La volonté de préserver une identité villageoise.

La solution trouvée pour mettre en place la continuité territoriale sans intégrer le Grand Lyon est la dotation de deux terrains de la commune de Millery aux communes de Grigny et de Vernaison. La bande de terre créée par ces deux terrains assure la continuité territoriale, sans influence pour les deux EPCI concernés, la CCVG et le Grand Lyon.

Cas de Jons
La commune de Jons appartient à la Communauté de Communes de l’Est Lyonnais (CCEL) et est séparée de celle-ci par la commune de Villette d’Anthon.
Les arguments avancés pour expliquer le refus de cette commune d’intégrer le Grand Lyon sont proches de ceux de Millery :
– La protection des communes périphériques.
– L’avantage fiscal que représente l’appartenance à la CCEL dont la dotation est importante, en lien avec la présence de l’aéroport sur le territoire.
– La protection des espaces naturels et la maîtrise du logement social.

Là encore, une solution a été trouvée pour éviter le rattachement au Grand Lyon. Un terrain a été échangé entre les communes de Jons et Jonage, assurant la continuité territoriale entre Jons et la CCEL, sans effet sur la fiscalité et l’aménagement.

Ces deux exemples permettent d’interroger la notion même de continuité territoriale. Dans les deux cas, on peut se demander si les artifices mis en place font disparaître la discontinuité territoriale. Dans les faits, il n’y a pas de changement réel, notamment concernant les services urbains. Par exemple, la commune de Millery n’est pas desservie par le réseau de transports en commun du Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération Lyonnaise (réseau TCL): les bus passent par la commune mais ne s’y arrêtent pas. Les collégiens de Millery scolarisés en dehors de la commune ne bénéficient donc pas de ce réseau et sont forcés de s’arrêter dans des communes limitrophes où leurs parents viennent les chercher en voiture. Cet exemple issu du travail de terrain d’Arie Fitria invite à donner une définition plus précise de la continuité territoriale dans le contexte de l’intercommunalité.

Les questions posées à Arie Fitria suite à sa présentation ont porté sur la méthodologie employée pour sa recherche, sur les caractéristiques socio-économiques des communes étudiées, sur la réception de ces projets par la population, ainsi que sur des pistes bibliographiques concernant la notion de discontinuité territoriale.

• Tokyo, ville globale mature ? Propositions critiques autour de la maturité urbaine, par Raphaël Languillon

Raphaël Languillon nous a présenté ses réflexions sur l’élaboration de la notion de « ville mature » à partir du cas d’étude de Tokyo. La méthodologie décrite ainsi que les premiers résultats sont le fruit d’un travail de terrain d’un an et demi et de recherches menées à l’université Chūo, à l’université de Tokyo et à l’université Lyon II sous la direction de Philippe Pelletier.

Les recherches bibliographiques effectuées lors de l’élaboration de son sujet de thèse l’ont d’abord conduit à travailler les concepts de soutenabilité et de durabilité. Sur le terrain, la lecture d’un rapport du gouvernement métropolitain de 2006 et de nombreux entretiens ont fait émerger l’expression de « ville mature » ce qui l’a ensuite incité à creuser la portée heuristique de ce terme.

La notion de maturité est utilisée en économie dans le modèle cycles-produits liés aux théories de l’innovation. Après un cycle de modernisation urbaine, puis de croissance rapide liée à une série d’innovations économiques et financières, Tokyo connaîtrait une phase de saturation urbaine en relation avec des des-économies d’agglomération importantes (prix fonciers trop élevés, gigantisme urbain, trafics congestionnés), alors même que la compétition internationale entre villes globales asiatiques ne serait plus à son avantage.

Le terme peut surprendre appliqué à Tokyo. Le grand Tokyo, avec ses 35 millions d’habitants, est la plus grande agglomération du monde et son PUB (produit urbain brut), équivalent au PIB de la France, en fait la région urbaine la plus riche et la plus productive de la planète. Elle est considérée comme une ville globale par Saskia Sassen avec New-York et Londres.

La maturité dans le cas de Tokyo peut-être déclinée suivant trois filtres d’analyse. La maturité est d’abord démographique : le vieillissement de la population est très important et les plus de 60 ans risquent de représenter la majorité de la population de la ville au cours de la période 2015-2020. La maturité est ensuite économique : une stagnation économique avec stagnation du Produit urbain brut (PUB) et légère déflation des prix fonciers. La maturité affecte enfin la trame urbaine avec des mouvements de contraction des prix fonciers et immobiliers favorisant un retour au centre et l’apparition d’opérations de densification résidentielle. Cette dernière dynamique a modifié le système d’acteurs à l’échelle de Tokyo. Au Japon, la fabrique de la ville était traditionnellement prise en main par le secteur privé. A Tokyo, un partage tacite réservait l’aménagement des espaces centraux aux compagnies privées immobilières et les espaces périurbains aux compagnies privées ferroviaires. Ces compagnies ferroviaires ont même fait naître un modèle d’étalement urbain « en doigt de gant » le long des voies. Aujourd’hui ce partage est de moins en moins effectif : les compagnies immobilières et ferroviaires sont entrées en concurrence pour développer des projets centraux. Le redéveloppement des centres pourrait même provoquer une contraction urbaine dans les prochaines années.

A partir de l’exposition de ces variantes, Raphaël Languillon a posé la question d’une éventuelle corrélation entre ces différentes maturités. Plusieurs pistes ont été lancées. La maturité pourrait constituer une troisième voie entre la ville rétrécissante (Shrinking City) et la métropole émergente. La ville mature ne répondrait pas entièrement au processus linéaire que peuvent suivre les villes rétrécissantes : naissance, développement, saturation, déclin. L’économie des villes matures reste d’autre part relativement diversifiée. La ville mature serait une ville à la croissance globale faible (macro-) mais à la croissance locale contrastée (micro-). Elle serait donc ultra-concurrentielle au niveau intra-urbain.

Les questions posées à Raphäel Languillon ont ensuite concerné l’élaboration de son concept de maturité, la bibliographie existante (sources marketing ou aussi utilisation en sciences sociales), les distinctions à opérer avec la notion de ville rétrécissante, les études de cas menés sur le terrain.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.