GRAVATS : De la déconstruction au recyclage des déchets produits : étude socio-économique et territorialisée de la filière démolition dans le Grand Lyon

Matériel de traitement et de recyclage de matériaux de démolition
http://www.foiralle.com/ecologie-environnement/machines-recyclage.htm (c)

Dans le cadre du programme  GRAVATS (Gestion du Recyclage des Architectures en Ville : Analyses TerritorialiséeS), déjà présenté sur ce site, nous avons le plaisir d’annoncer que le LABEX IMU a retenu et financé le projet De la déconstruction au recyclage des déchets produits : étude socio-économique et territorialisée de la filière démolition dans le Grand Lyon.

Coordinateur scientifique du projet : Vincent Veschambre (professeur de géographie, ENSA de Lyon, UMR EVS) Vincent.veschambre@lyon.archi.fr

Membres de l’équipe du projet : François Buyle-Bodin (Professeur de construction et aménagement durable, Lille 1), Lydia Coudroy de Lille (Professeur de géographie, Lyon 2 – UMR EVS), François Fleury (Professeur de sciences et techniques pour l’architecture – ENSAL – LAF), Omar Merabet (MCF génie civil –  INSA – LGCIE),  Laetitia Mongeart (Doctorante en géographie, UMR EVS).

Résumé du projet

Le projet financé par le labex Intelligence des mondes urbains (IMU) est la réalisation d’une thèse de géographie contribuant à établir une analyse territorialisée de la filière démolition à échelle du Grand-Lyon, en lien avec les évolutions récentes (technologiques, normatives…) de cette activité depuis le début des années 2000.

Le paradigme de la ville durable invite de plus en plus à reconstruire la ville sur elle-même et la démolition constitue l’une des modalités du renouvellement urbain. A ce titre, et même si cette option a ses détracteurs sur le plan de la durabilité, les entreprises de démolition sont des acteurs majeurs de ce renouvellement, qui ont dû faire face depuis une dizaine d’années à une rapide évolution de leur métier. La durabilité implique également de gérer de manière soutenable les ressources naturelles, notamment minérales. C’est pourquoi les déchets inertes issus de la démolition sont de plus en plus utilisés dans la construction de nouveaux matériaux de construction, même s’ils sont encore majoritairement recyclés dans les travaux publics. Nous envisagerons donc la démolition comme une action intégrant non seulement l’acte de démolir, mais aussi de recycler les déchets produits à cette occasion, ce qui renvoie à la notion économique de filière. Dans quelle mesure la filière démolition est-elle structurellement et fonctionnellement adaptée à une évolution (quantitative et qualitative) des besoins en la matière et à des objectifs d’augmentation du recyclage des déchets inertes dans le bâtiment ?

Cette activité étant fortement territorialisée, la thèse sera donc menée à une échelle locale, celle du Grand Lyon. Quel impact l’évolution des normes en matière de recyclage, ainsi que l’ouverture de chantiers nouveaux (dans le cadre de la rénovation urbaine) a pu avoir sur un tissu d’entreprises essentiellement constitué de PME ? Comment ces producteurs de déchets de chantiers dispersés fonctionnent avec des installations de recyclage peu nombreuses, mais qui doivent rester proches des lieux de production et accessibles ?

L’objectif du travail est d’établir une étude socio-économique et territorialisée de la filière démolition dans le Grand Lyon, de l’activité dite de « déconstruction » à la production et au stockage de granulats de béton recyclé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.