Séminaire « démolition et construction des territoires »

Photo Sven Festersen - Flickr - Creative Commons - Démolition d'une vieille école à Ravensberg (Allemagne, 2012)

La démolition : un objet en creux

Peu présente dans les dictionnaires spécialisés, la démolition apparaît souvent en creux dans le champ des sciences de l’espace. Dans les disciplines tournées vers l’action (urbanisme, architecture, aménagement…), la démolition est généralement perçue comme simple préparation d’un aménagement à suivre, qui lui seul mériterait un intérêt. Que ce soit à cause de sa « banalité » ou inversement de sa charge de négativité et de violence[1], la démolition est un objet relativement peu abordé par les sciences sociales, si l’on excepte l’entrée par la rénovation urbaine dans les quartiers d’habitat social depuis le début des années 2000. Pourtant la démolition concerne tous les espaces construits et toutes les époques, comme l’a fort bien décrit F. Choay en terme de « cycle universel de création/destruction »[2], ou comme le résume G. Burgel  en nous rappelant que « les villes (…) n’ont cessé de se détruire et de se reconstruire sur elles-mêmes »[3]. Les études sur la vulnérabilité urbaine mettent l’accent sur ce qui peut engendrer une destruction partielle ou totale de la ville par des aléas naturels ou techniques[4]. Nous proposons d’adopter une approche globale des différents types de démolition, qu’il s’agisse de destructions inhérentes à l’usure et à la dégradation des matériaux de construction, de destructions subies dans le cadre de « catastrophes naturelles» ou de guerres[5] (avec des évolutions technologiques dans la capacité de détruire et dans la vulnérabilité des constructions) ou dans l’essentiel des cas, de démolitions résultant de choix opérés par les autorités, par les propriétaires, « pour cause d’inutilité, de vétusté, de dysfonctionnement, d’inadaptation, de gêne, d’inconfort, (…) de modernisation » (Choay, 1996, p. 13[6]), dans une optique de revalorisation foncière et immobilière.

S’ils ne sont pas encore très lisibles ou pas forcément centrés sur la démolition en elle-même, un certain nombre de travaux actuels croisent cette question, dans différents contextes urbains. Nous proposons de les faire converger, d’établir des passerelles, d’initier des comparaisons entre types et contextes de démolitions[7], sans perdre de vue que la démolition s’articule étroitement avec ce que l’on conserve (démolition/patrimonialisation), mais aussi avec ce que l’on reconstruit (démolition/reconstruction). Au-delà de la « frénésie patrimoniale » dénoncée par certains auteurs, la question de la démolition sera probablement de plus en plus prégnante dans la ville dense (banlieues comprises), dans un contexte économique et idéologique (« développement durable ») favorable à la démolition-reconstruction et à la densification. Les mobilisations collectives suscitées par ces processus méritent d’être intégrées à la réflexion, que ce soit en référence au droit au logement ou au droit au patrimoine[8]. Cet objet de recherche nous permet au fond d’aborder la fabrique urbaine « ordinaire », au-delà de la médiatisation de quelques démolitions emblématiques.

Croiser les approches de la démolition au sein de l’UMR EVS (et d’IMU)

Les recherches actuelles sur la rénovation urbaine, ou a fortiori sur d’autres types d’espaces et de démolitions (destructions suite aux guerres, aux attentats…) tendent à privilégier la dimension symbolique de la démolition, en laissant plus ou moins de côté les dimensions matérielles, techniques, environnementales mais aussi économiques. Comme nous le montre la rénovation urbaine en cours dans les quartiers d’habitat social, le volet symbolique de la démolition et son volet technique sont pourtant très étroitement liés : si l’on évolue du « foudroyage » au « grignotage » en matière de démolition des logements sociaux, c’est en lien avec des changements de normes et des logiques de recyclage des matériaux, mais aussi dans l’idée de démolir de manière moins spectaculaire et traumatisante. Par ailleurs, les appels à la densification urbaine au nom du développement durable donnent une perspective croissante à toutes les opérations de reconstruction de la ville sur elle-même, lesquelles passent par la démolition, puis par la gestion des matériaux qui en sont issus. L’un des enjeux que nous identifions en nous emparant de cet objet démolition consiste à mieux articuler l’idéel et le matériel, en proposant de croiser les approches diverses déjà présentes au sein de l’UMR EVS et en identifiant dans le même temps l’IMU comme perspective de rencontre entre sciences sociales et sciences de l’ingénieur.

Cette initiative a d’abord trouvé écho au sein de la thématique « Actions, régulations, organisations : la construction des environnements » : il s’agit bien de questionner un mode d’action, la démolition, qui demeure trop souvent un impensé et de repartir d’une idée simple, à savoir que les espaces, les environnements se construisent aussi (et peut-être même d’abord) à travers des démolitions. Prendre en compte de manière plus affirmée la dimension technique dans cette approche de la démolition nous conduit également à croiser la thématique « Techniques et convivialité : la fabrication des environnements » et à solliciter les collègues qui y sont impliqués.

Un séminaire bisannuel

Notre proposition d’animer un séminaire bisannuel au sein de l’UMR EVS qui pourra s’organiser à la fois autour d’entrées thématiques et problématiques. Parmi les thématiques identifiées, outre l’actualité de la rénovation urbaine dans les quartiers d’habitat social, citons la question des destructions en temps de guerre ou à l’occasion de catastrophes industrielles ou « naturelles », celle des chantiers de démolition dans la ville, à la fois si banals et si spectaculaires, celle des destructions consécutives aux changements de régimes politiques (Europe médiane)…. L’activité de la démolition, la gestion des déchets générés et plus largement toute l’économie liée à la démolition et au recyclage méritent également toute notre attention, avec comme dans le domaine de la construction, une évolution rapide des normes et des techniques.

Sur le plan problématique, il est important de questionner la mise en mots de la démolition et les enjeux d’euphémisation, alors que cet acte, aussi banal soit-il, reste fondamentalement associé à l’idée de violence. La mise en image ne peut être dissociée de la mise en mot, compte tenu l’omniprésence qu’elle a acquise dans nos sociétés.

-un séminaire autour des démolitions à « bas bruit », discrètes, banales (notion de dégradation), avec une réflexion sur ce gradient qui va de l’intentionnel à l’accidentel, en passant par le « laisser faire ». Cette réflexion sera menée entre autres à partir de pays post-socialistes, où une phase de destruction cathartique d’objets urbains symboliques a désormais laissé la place à des démolitions discrètes, au nom de l’idéologie muette du libéralisme.

Envisager la dialectique démolition/(re)construction (ce que l’on ne veut plus et ce à quoi l’on aspire) ou la dialectique démolition/patrimonialisation (ce que l’on ne veut plus et ce que l’on veut conserver) est également une entrée stimulante : la question des tours, abordée sous différents angles par plusieurs collègues au sein de l’UMR offre de ce point de vue des perspectives stimulantes.

Un pré-programme pour 2012/2013

Conçu sur une demi-journée, avec à chaque fois une moyenne de trois interventions, ce séminaire sera lancé au printemps 2012.

Il nous est apparu important de démarrer sur la mise en mots et en images de la démolition Anne-Sophie Clémençon, Lydia Coudroy de Lille et Vincent Veschambre feront part des travaux de recherche dans lesquels ils sont impliqués. Que les collègues qui se sentent proches de ce questionnement nous fassent signe, de sorte de pouvoir prendre part en amont à la réflexion. Cette séance aura lieu le 20 juin 2012.

Pour l’automne et l’année 2013 à suivre, plusieurs pistes ont été évoquées :

une séance sur l’instrumentalisation politique de la démolition / reconstruction dans les anciennes démocraties populaires aux XX° (utilisation politique des destructions urbaines de guerre, des catastrophes naturelles, choix de reconstruction) et XXI° siècles (banalisation, invisibilisation, démolition de certains édifices). Allemagne, Pologne, Roumanie (référente : Lydia Coudroy de Lille).

– une séance sur les chantiers de démolition dans la ville et la circulation des matériaux : approches économiques, environnementales, sociales… (référents : Eric Verdeil et Romain Garcier).

– une séance sur les mobilisations suscitées par les démolitions, autour des questions de droit au logement, de patrimoine (référent : Vincent Veschambre)

– une séance sur la démolition et la (re)construction des tours en France et en Europe (référent possible : Manuel Appert)

Nous nous laissons bien entendu la marge de manœuvre nécessaire pour intégrer les approches et propositions qui émergeront au sein de l’UMR et au-delà.

Texte rédigé par Vincent Veschambre

avec les remarques de Lydia Coudroy de Lille, Laurence Rocher et Eric Verdeil


[1] Comme l’avaient remarqué les participants de ce qui a été à notre connaissance le premier séminaire pluridisciplinaire sur « démolition, disparition, déconstruction »,  qui s’est tenu au CNAM à la fin des années 1990. Dans ce séminaire qui abordait une grande diversité de situations, de la destruction due aux guerres à la « déconstruction des immeubles haussmanniens », Anne-Françoise Garçon souligne un point commun entre les intervenants : « tous ont ressenti profondément l’inconfort de ces situations et pour tout dire leur violence » (Garçon A.F. et alii (dirs), 2002, « Démolition, disparition, déconstruction », Documents pour l’histoire des techniques, cahier n°11, CNAM, EHESS, p. 2).

[2] Choay Françoise, 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 271 p., p. 181.

[3] Burgel Guy, 2001, « Mémoire de la ville et recomposition urbaine », dans Loyer F. (dir.), Ville d’hier, ville d’aujourd’hui en Europe : Actes des Entretiens du patrimoine, Paris, Fayard, pp. 95-104, p. 95.

[4] RUFAT S. (2008), «Bucarest, l’éternel retour». Géographie et Cultures, n° 65, p. 53-72

[5] Evoquées par exemple à travers des monographies de villes détruites et reconstruites  par Anthony M. Tung, dans Preserving the World’s Great Cities. The destruction and renewal of the Historic Metropolis, New York, Three Rivers Press, 2001, 469 p.

[6] C’est ce que F. Choay qualifie de « démolition constructive » (op. cit.)

[7] Par exemple entre la démolition des anciennes emprises industrielles et celles de l’habitat populaire, entre la rénovation des années 1960 et celle des années 2000,  entre les démolitions symboliques opérées en temps de guerre , et celles effectuées en tant de paix (renversement de régimes politiques), entre les démolitions médiatisées et les démolitions banalisées….

[8] On peut se référer aux derniers  travaux de François Tomas à ce propos.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.