Programme scientifique

Actions, régulations, organisations

Introduction au programme scientifique, tel que proposé pour le projet quadriennal de l’UMR 5600 en septembre 2009.

Ce thème de recherche propose de regrouper un ensemble de chercheurs souhaitant traiter ensemble des actions des processus d’organisation et de régulation au service de la construction des environnements. Dans cette perspective, ce terme sera ici entendu comme espace habité, aménagé, approprié par une / des organisations politiques et sociales, autrement dit, il sera question de territoires.

Les composantes de l’UMR se proposant de s’associer dans ce thème de recherche couvrent une large palette de la diversité des savoirs nécessaires pour une approche réellement interdisciplinaire[1], afin de saisir un double mouvement : il s’agit à la fois de comprendre comme des acteurs organisent, régulent, gouvernent leur environnement territorial (ce qui relève des champs de l’urbanisme, de l’aménagement, du développement local, des politiques territoriales) et comment à l’inverse des dynamiques spatiales dont certaines ont été modélisées par les sciences de l’espace incitent les individus ou organisations à reconsidérer leurs stratégies et moyens d’action sur le territoire (ce à quoi invite une démarche en termes de système territorial, analyse spatiale).

Les processus de l’action au service de, ou vers l’espace sont complexes (entre modalités et moyens d’action, distribution des compétences et des pouvoirs, modes de gouvernance, etc.) et méritent d’être analysés grâce aux outils des sciences politiques, de la sociologie, de la géographie et de l’aménagement/urbanisme. L’analyse des mécanismes d’organisation et de régulation sera centrale pour identifier toute la palette de modes de gouvernance des territoires. Elle inclut également une réflexion sur les effets de la dérégulation et de la désorganisation de certains mécanismes socio-économiques sur les territoires (que ce soit en termes de catastrophe technologique, de crise démographique ou de crise financière).

Les acteurs quant à eux incluent les politiques publiques, ou plus généralement la catégorie d’action collective. Cette dernière comprend les acteurs publics (politiques publiques, Union Européenne, cadres administratifs, institutions, etc.), mais aussi les entreprises, les groupes constitués de la « société civile », les ONG, etc., auxquels il faut également ajouter les individus, les sujets, dont les stratégies territoriales non concertées finissent pourtant, en s’additionnant, par avoir des effets territoriaux bien tangibles. Une attention particulière peut et doit être portée à des acteurs inattendus car relevant de catégories marginales (on pense aux migrants, à toutes les facettes de l’« anti-monde » qui jouent des recoins des ressources territoriales).

Le territoire dans cette optique est bel et bien analysé à travers les processus socio-économiques, politiques, anthropologiques, symboliques, de territorialisation induits ou produits par les acteurs. À travers des mécanismes d’identification, d’appropriation, de délimitation, de contrôle politique ou socio-économique, l’action collective structure l’espace à différentes échelles et fait naître du « territoire ». Celui-ci, dans cette optique, n’est pas traité comme une catégorie a priori, mais comme un construit, étroitement relié aux effets de contextes sociaux, culturels, historiques et géopolitiques. Une large réflexion théorique invite à examiner des territoires différents par leurs formes (zonaux mais aussi réticulaires, circulatoires, etc.), par leur échelle (du continent à la surface d’un espace public) et par leur statut juridique (de l’informel à l’institutionnel).

Derrière le vocable d’environnement, la notion d’espace garde toute sa pertinence si l’on accepte l’hypothèse que les transformations socio-économiques et politiques actuelles – dont la mondialisation est un des aspects – conduisent à déconstruire les environnements socio-politiques, et faire resurgir de « l’espace » là où on croyait avoir construit du « territoire ». Envisagé à la fois comme objet, moyen, support, cadre, réceptacle, ou même simple prétexte à une activité humaine de façonnement de l’environnement et de structuration de la vie collective, l’espace se dévoile aussi comme « envers » d’un idéal territorial quand les acteurs se montrent défaillants – ce que révèle a contrario l’incantation territoriale si fréquente aujourd’hui.

Mais le lien entre acteurs et territoires n’est pas à rechercher uniquement dans l’action d’aménagement. Plus généralement, l’analyse de l’action ne peut être réduite à celle de son contenu objectif, mais mérite d’être examinée comme un système d’images, de rêves, d’intentions, d’effets, de moyens, de résultats. Ainsi, les représentations, visibles à travers les dénominations, la toponymie, parfois conflictuelles entre territoires constituent une entrée majeure. Cette analyse mérite d’être menée à toutes les échelles : du quartier au continent, la toponymie de l’œkoumène est un mode essentiel de la territorialisation. Elle est liée à l’usage des symboles, des iconographies territoriales : les systèmes sémantiques participent pleinement à la dynamique territoriale.

Enfin cette réflexion générale invite à placer au centre de la méthode d’analyse les jeux d’échelles multiples : de l’horizon mondialisé à la matérialité de la parcelle, les mouvements d’interaction, de délégation, de conflits ou de complémentarité entre les nombreux acteurs ne produisent pas mécaniquement les mêmes relations entre les territoires auxquels ils sont censés se référer. La démultiplication des organismes amenés à intervenir sur les territoires pose des questions théoriques fortes sur la nature des échelles des niveaux décisionnaires autrefois centraux qui deviennent potentiellement intermédiaires, comme l’État par exemple.

Le programme de ce thème de recherche s’appuie sur une palette d’équipes de recherches installées sur plusieurs sites de l’UMR, transdisciplinaires, mais qui placent au cœur de leur réflexion les interactions entre les sociétés et leurs territoires.

Il se décline en plusieurs actions de recherche qui seront chacune animées par des séminaires, des programmes de recherche, et des publications. Si les actions présentées plus loin mobilisent chacune une équipe, en général identifiée pour des raisons de fonctionnement de la recherche, cela n’interdit nullement les croisements. Certaines associent en réalité plusieurs équipes, en partie ou en totalité, et certains programmes recouvrent plusieurs actions (exemples de financements : ADEME, MEEDDEM, CIERA et URBANET). L’enjeu et l’intérêt de l’UMR sont de rendre fonctionnelles ces passerelles, par-delà les appartenances aux équipes : ce sera le rôle des coordinateurs de cet axe. Enfin, dans leur démarche scientifique, elles trouveront des correspondances avec les approches transversales identifiées dans le projet d’UMR : par exemple l’action « Espèces d’espaces » répond partiellement à la dimension théorique de l’approche transversale intitulée « Epistémologie et heuristique », tandis que les autres croiseront très souvent l’approche « Espaces, temps et systèmes »,, ne serait-ce que par leur attention à articuler temporalités et échelles. L’action « Risques et territoires », entre autres fait écho naturellement à l’approche « techniques et l’ingénieries ».

Pour aller plus loin et consulter le programme détaillé, consulter le document PDF ci-joint.


[1] Parmi les sciences du territoire : géographie sociale, géographie urbaine et économique, géographie rurale, analyse spatiale, le design urbain ; parmi les sciences de l’action : urbanisme et aménagement, science politique, ainsi que d’autres SHS : sociologie, histoire, anthropologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *