Archives de catégorie : Non classé

Recyclage et recycleurs : l’Amérique des Skid Rows. Date modifiée : 20 mars

date modifiée : 20 mars (et non plus 13 févirer) 2015 :

Anaïk Purenne, sociologue (EVS-RIVES ENTPE), Benoît Raoulx, géographe, UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés, Caen

En quoi la circulation de déchets ménagers aussi banals que des cannettes vides peut-il éclairer, voire transformer, le rapport au territoire et aux institutions de certains groupes marginalisés ? C’est à cette question que l’on propose d’apporter des éléments de réponse, à travers cette séance (et deux interventions) portant sur le quartier du Downtown Eastside à Vancouver (environ 16.000 habitants), sorte de « quartier de relégation » qui, comme dans d’autres villes nord-américaines, se situe en plein centre de la ville, à deux pas du quartier des affaires et des zones touristiques.

Les coupes successives dans les budgets d’aide sociale de la province ont contribué au développement de petites activités de survivance autour notamment de la récupération de cannettes et de bouteilles dans les poubelles (scavenging ou binning). Une association de recyclage baptisée United we can s’est constituée autour de visées d’empowerment : concrètement, il s’agit de faire mieux se connaître et reconnaître des populations marginales de plus en plus paupérisées. Au-delà d’un petit revenu complémentaire (de l’ordre de 5 dollars par tournée quotidienne), ces activités informelles permettent aux personnes qui s’y impliquent de développer un savoir-faire spécifique basé sur la circulation dans la ville. Dans quelle mesure ces activités peuvent-elles leur permettre également de devenir des acteurs reconnus de l’action municipale en matière de recyclage, à l’heure où le nouveau maire de Vancouver entend faire de la ville l’un des fleurons écologiques de la côte Pacifique ?
Benoït Raoulx est l’auteur du film Traplines qui sera montré pendant la séance.

Résumé: A Vancouver, sur la côte pacifique du Canada. Peter and Doe vont relever leur piège, leur trapline. Ils fouillent les poubelles pour ramasser canettes et bouteilles à 5 ou 20 cents. Le produit est ramené au dépôt de l’association United We Can, situé dans le quartier le plus pauvre. Ces trappeurs des villes fréquentent discrètement les allées de service dans les quartiers résidentiels et s’adaptent aux rythmes de la ville, développant ainsi un savoir-faire géographique. A partir des marges, le film porte un regard sur le coeur de la société.

Anaïk Purenne, sociologue, UMR CNRS 5600 Ville Espace Société, Lyon

Récemment, ces activités informelles, et en particulier la revente des petits objets de récupération qui ne sont pas recyclés par United we can, ont fait l’objet d’opérations policières qui se sont traduites par un nombre élevé de contraventions pour infractions aux règlements municipaux sur le commerce de rue. L’un des motifs invoqués par les policiers pour justifier cette sévérité accrue est que les activités informelles des vendeurs de rue, serviraient de « couverture » à la vente illégale de produits stupéfiants. Des mobilisations sociales initiées par des groupes s’inscrivant dans une tradition d’activisme radical ont à leur tour pris pour cible ces activités répressives pour dénoncer la criminalisation de la misère et le rôle de la police dans l’aggravation des inégalités.

Les enjeux qui se cristallisent autour du recyclage de certains objets (à la fois les circuits formels de collecte de ces objets et leur « seconde vie » dans l’économie informelle) peuvent ainsi constituer un prisme intéressant pour saisir le rapport à la ville de populations perçues comme aux marges de celle-ci.

La séance aura lieu le vendredi 20 mars 2015 à 10h, salle 604 de l’UMR 5600, 18 rue Chevreul 69003 Lyon

Séminaire ACREOR : Le lotissement, du peu planifié au tout planifié

CC/wikipedia : par Poppy

Anne-Sophie Clémençon : “Le lotissement, du peu planifié au tout planifié”.

Discussion introduite par Eric Charmes.

 Vendredi 13 juin 2014 : 14h-17h,

Lieu : UMR 5600, Salle 604, 18 rue de Chevreul, 69362 Lyon.

 Bien qu’il soit couramment employé, le mot « lotissement » et les notions qu’il recouvre restent particulièrement ambigus. Dans le langage commun, il désigne un quartier uniforme et monotone en bordure de ville, constitué d’un habitat individuel pavillonnaire conçu récemment, et qui a fait l’objet d’une conception et d’une réalisation limitées dans le temps. Dans les travaux savants, il peut avoir des sens très différents selon les spécialistes qui le convoquent, aménageurs, géographes, historiens ou archéologues. Pourtant, dans une acception large, le lotissement désigne un des processus fondamentaux de la fabrication des villes et de l’urbain en général, et cela sans doute depuis les toutes premières agglomérations. Peu d’auteurs mettent l’accent sur une caractéristique essentielle du lotissement, la très grande diversité du degré de planification, qui engendre donc une très grande diversité des réponses formelles. C’est cette idée d’un large éventail planificateur, et donc morphologique, qui sera développé ici. L’interaction entre la part de ville planifiée et la part de ville ordinaire auto-produite sera au cœur de la réflexion. Après un point rapide sur les travaux existant sur les lotissements, l’accent sera mis sur les formes très différentes qu’ils peuvent prendre et sur leur articulation avec le contexte historique qui les génère. Les exemples seront limités, pour cette présentation, aux travaux français réalisés depuis une quarantaine d’années et alimenteront une proposition de typologie.

Parution : Villes et énergie en pays émergents

Le numéro 93-94 de la revue Flux vient de paraître, avec un dossier portant sur « Energie et villes des pays émergents : des transitions en question » coordonné par Sylvy Jaglin et Eric Verdeil. Les articles sont principalement issus d’une journée tenue en décembre 2012 à l’AFD dans le cadre des séminaires SERVED. Mais cela s’inscrit aussi plus largement dans des recherches menées pour une part dans le cadre du programme TERMOS/GOUVENUS , ainsi que pour les travaux des membres lyonnais (Laurence Rocher, Elvan Arik, Hugo Bolzon et Eric Verdeil), dans d’autres projets (COLLENER, UTIQUE et POUDEV).

Voici la table des matières du numéro. Continuer la lecture

Programme de séminaire 2013-2014

Le thème ACREOR de l’UMR Environnement Ville Société présente une première esquisse programme annuel de son séminaire. Celui-ci se tiendra principalement dans la salle de réunion de l’UMR EVS (salle 604, 18 rue Chevreul 69007 Lyon) mais certaines séances seront organisées par le laboratoire RIVES à l’ENTPE et d’autres encore par la composante BioGéophile à l’ENS de Lyon.

Vendredi 8/11 – 14h-17h – Chantiers urbains de la transition énergétique :

  • Elvan Arik, doctorant EVS-ITUS : Le chauffage à Istanbul : transition énergétique, transition urbaine
  • Eric Verdeil, EVS : Politiques urbaines de l’électricité. Réflexions basées sur des recherches en cours au Liban, en Jordanie et en Tunisie.

Vendredi 13/12 – 14-17h   –   Recyclage et usages des terres rares. Présentation du projet CIRCAMAT

Vendredi 10 /1 – 14h-18h   Pérégrinations en territoire radiocontaminé. Regards croisés Hors séminaire ACREOR mais ouvert aux personnes intéressées, organisation Marie Augendre (télécharger le programme (PDF))

Vendredi 17/1 – 14h-17h      La circulation des déchets dans l’Amérique des skid-rows

  • Benoit Raoulx (Caen)
  • Anaik Purenne (RIVES-ENTPE)

Vendredi 7/2 – 14-17h              Fatiha Belmessous / Elise Roche / collègue barcelonaise : le comparatisme dans les études sur l’habitat

Vendredi 14/2 – 14h-17h           Autour de la démolition urbaine

  • Bianca Botéa-Coulaud (anthropologue, CREA, Lyon 2) : Démolitions et changements urbains : regards à partir des approches du temps et du « passé »
  • Vincent Veschambre et Leatitia Mongeard : La place de l’objet démolition en géographie et en SHS

Vendredi 14/3 – 14-17h               Doctorants

Mardi 18/3 (déplacé au mardi 27 mai)– 12-14 h (RIVES/ENTPE à Vaulx en Velin)   Discussion sur la gouvernance des catastrophes : Julien Langumier / Marie Augendre

Vendredi 11/4 – 14-17h               Doctorants

Vendredi 13/6 – 14h-17h             A.S. Clémençon : « Le lotissement, du peu planifié au tout planifié ». Discussion introduite par Eric Charmes

 

Proposition de post-doctorat : Anthropologie du recyclage des métaux stratégiques

Logo_UMR5600_2011Mots clés : déchets, risque, développement durable, environnement, recyclage, anthropologie, géographie, ethnographie

Equipe d’accueil : ENVIRONNEMENT VILLE ET SOCIETE (EVS) – Biogéophile – UMR 5600 CNRS

1. Contexte

L’Ecole normale supérieure de Lyon lance un partenariat de recherche avec un groupe industriel, dont l’objectif est de conduire des projets innovants de recherche fondamentale intéressant les deux partenaires. La question du recyclage des matériaux et des déchets industriels a été identifiée comme particulièrement porteuse et fait l’objet de la présente offre de post-doctorat.

Basé à l’ENS à Lyon, le post-doctorant sera accueilli dans le laboratoire interdisciplinaire ENVIRONNEMENT VILLE ET SOCIETE – UMR 5600 CNRS. Le laboratoire s’intéresse aux modalités par lesquelles les sociétés contemporaines, fortement urbanisées, constituent, instituent et utilisent leurs environnements. Il rassemble des géographes, des urbanistes, des historiens et des ingénieurs. Au sein du laboratoire, le post-doctorant trouvera un soutien méthodologique et thématique pour sa recherche dans l’axe thématique « ACtions, Régulations et ORganisations », qui aborde la question du recyclage des déchets, et auprès de la chaire « Espaces et Risques Technologiques Emergents ».

Les composantes du partenaire industriel impliquées dans le projet (direction « Innovation avancée et R&D », direction juridique) apporteront un soutien thématique à la recherche et le post-doctorant sera amené à travailler de manière étroite avec leurs représentants. Continuer la lecture

Metropolitan energy policies in the Turkish cities – Preliminary Program

A seminar organized by the Institut français d’études anatoliennes, Galatasaray University and Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon

Conveners : Eric Verdeil (EVS CNRS-Lyon University) – Jean-François Pérouse (Toulouse-II University/Galatasaray U.)

Funded by the Region Rhône Alpes (Coopera 2012) and supported by LATTS (ENPC-Paris Est University)

Place : Institut français d’études anatoliennes – Palais de France – Nur-i Ziya Sokak, 10 P.K.54 – TR-34433 – Beyoğlu – Istanbul

Date : 29th May 2012, 9 :30 – 17:00. A field visit is planned the 30th of May.

Scientific presentation: http://calenda.revues.org/nouvelle23382.html

Language : the speakers will speak in English or, at least, provide an English summary of their papers

The seminar is open to all. Please confirm your presence to the organizers.

Program – download as PDF

9:30

Dr. Nora Seni, director of IFEA : Welcome Adress – mot de bienvenue (à confirmer)

Dr. Eric Verdeil, CNRS, EVS, Lyon University : Introduction : Metropolitan energy policies as an emerging research question

Dr. Dominique Lorrain, CNRS, ENPC Paris Est University, Chaire Ville, Shanghai and its infrastructure : a learning process

11:15 Coffee Break

11:45

Dr. Jean-François Pérouse, Toulouse-II University/Galatasaray U. : The invention of a new energy governance in Turkish Cities : constraints, stakeholders and initiatives.

12:45-14:30 Break

Lunch at IFEA is offered to all attendees

14:30

Elvan Arik, Institut d’urbanisme, Lyon University : Energy policies and access to networked infrastructure in Istanbul. The case of naturel gas.

Dr. Murat Güvenç, Center of Urban research, Şehir Univerisity :  Intrametropolitan Mobilty and Population Decentralization in Istanbul: an Overview on Recent Trends

Dr. Benoît Fliche, CNRS-IFEA : Domestic heating practices and energy transition in Turkish cities

16:45

Final discussion

Séminaire « démolition et construction des territoires »

Photo Sven Festersen - Flickr - Creative Commons - Démolition d'une vieille école à Ravensberg (Allemagne, 2012)

La démolition : un objet en creux

Peu présente dans les dictionnaires spécialisés, la démolition apparaît souvent en creux dans le champ des sciences de l’espace. Dans les disciplines tournées vers l’action (urbanisme, architecture, aménagement…), la démolition est généralement perçue comme simple préparation d’un aménagement à suivre, qui lui seul mériterait un intérêt. Que ce soit à cause de sa « banalité » ou inversement de sa charge de négativité et de violence[1], la démolition est un objet relativement peu abordé par les sciences sociales, si l’on excepte l’entrée par la rénovation urbaine dans les quartiers d’habitat social depuis le début des années 2000. Pourtant la démolition concerne tous les espaces construits et toutes les époques, comme l’a fort bien décrit F. Choay en terme de « cycle universel de création/destruction »[2], ou comme le résume G. Burgel  en nous rappelant que « les villes (…) n’ont cessé de se détruire et de se reconstruire sur elles-mêmes »[3]. Les études sur la vulnérabilité urbaine mettent l’accent sur ce qui peut engendrer une destruction partielle ou totale de la ville par des aléas naturels ou techniques[4]. Nous proposons d’adopter une approche globale des différents types de démolition, qu’il s’agisse de destructions inhérentes à l’usure et à la dégradation des matériaux de construction, de destructions subies dans le cadre de « catastrophes naturelles» ou de guerres[5] (avec des évolutions technologiques dans la capacité de détruire et dans la vulnérabilité des constructions) ou dans l’essentiel des cas, de démolitions résultant de choix opérés par les autorités, par les propriétaires, « pour cause d’inutilité, de vétusté, de dysfonctionnement, d’inadaptation, de gêne, d’inconfort, (…) de modernisation » (Choay, 1996, p. 13[6]), dans une optique de revalorisation foncière et immobilière.

S’ils ne sont pas encore très lisibles ou pas forcément centrés sur la démolition en elle-même, un certain nombre de travaux actuels croisent cette question, dans différents contextes urbains. Nous proposons de les faire converger, d’établir des passerelles, d’initier des comparaisons entre types et contextes de démolitions[7], sans perdre de vue que la démolition s’articule étroitement avec ce que l’on conserve (démolition/patrimonialisation), mais aussi avec ce que l’on reconstruit (démolition/reconstruction). Au-delà de la « frénésie patrimoniale » dénoncée par certains auteurs, la question de la démolition sera probablement de plus en plus prégnante dans la ville dense (banlieues comprises), dans un contexte économique et idéologique (« développement durable ») favorable à la démolition-reconstruction et à la densification. Les mobilisations collectives suscitées par ces processus méritent d’être intégrées à la réflexion, que ce soit en référence au droit au logement ou au droit au patrimoine[8]. Cet objet de recherche nous permet au fond d’aborder la fabrique urbaine « ordinaire », au-delà de la médiatisation de quelques démolitions emblématiques.

Croiser les approches de la démolition au sein de l’UMR EVS (et d’IMU)

Les recherches actuelles sur la rénovation urbaine, ou a fortiori sur d’autres types d’espaces et de démolitions (destructions suite aux guerres, aux attentats…) tendent à privilégier la dimension symbolique de la démolition, en laissant plus ou moins de côté les dimensions matérielles, techniques, environnementales mais aussi économiques. Comme nous le montre la rénovation urbaine en cours dans les quartiers d’habitat social, le volet symbolique de la démolition et son volet technique sont pourtant très étroitement liés : si l’on évolue du « foudroyage » au « grignotage » en matière de démolition des logements sociaux, c’est en lien avec des changements de normes et des logiques de recyclage des matériaux, mais aussi dans l’idée de démolir de manière moins spectaculaire et traumatisante. Par ailleurs, les appels à la densification urbaine au nom du développement durable donnent une perspective croissante à toutes les opérations de reconstruction de la ville sur elle-même, lesquelles passent par la démolition, puis par la gestion des matériaux qui en sont issus. L’un des enjeux que nous identifions en nous emparant de cet objet démolition consiste à mieux articuler l’idéel et le matériel, en proposant de croiser les approches diverses déjà présentes au sein de l’UMR EVS et en identifiant dans le même temps l’IMU comme perspective de rencontre entre sciences sociales et sciences de l’ingénieur.

Cette initiative a d’abord trouvé écho au sein de la thématique « Actions, régulations, organisations : la construction des environnements » : il s’agit bien de questionner un mode d’action, la démolition, qui demeure trop souvent un impensé et de repartir d’une idée simple, à savoir que les espaces, les environnements se construisent aussi (et peut-être même d’abord) à travers des démolitions. Prendre en compte de manière plus affirmée la dimension technique dans cette approche de la démolition nous conduit également à croiser la thématique « Techniques et convivialité : la fabrication des environnements » et à solliciter les collègues qui y sont impliqués.

Un séminaire bisannuel

Notre proposition d’animer un séminaire bisannuel au sein de l’UMR EVS qui pourra s’organiser à la fois autour d’entrées thématiques et problématiques. Parmi les thématiques identifiées, outre l’actualité de la rénovation urbaine dans les quartiers d’habitat social, citons la question des destructions en temps de guerre ou à l’occasion de catastrophes industrielles ou « naturelles », celle des chantiers de démolition dans la ville, à la fois si banals et si spectaculaires, celle des destructions consécutives aux changements de régimes politiques (Europe médiane)…. L’activité de la démolition, la gestion des déchets générés et plus largement toute l’économie liée à la démolition et au recyclage méritent également toute notre attention, avec comme dans le domaine de la construction, une évolution rapide des normes et des techniques.

Sur le plan problématique, il est important de questionner la mise en mots de la démolition et les enjeux d’euphémisation, alors que cet acte, aussi banal soit-il, reste fondamentalement associé à l’idée de violence. La mise en image ne peut être dissociée de la mise en mot, compte tenu l’omniprésence qu’elle a acquise dans nos sociétés.

-un séminaire autour des démolitions à « bas bruit », discrètes, banales (notion de dégradation), avec une réflexion sur ce gradient qui va de l’intentionnel à l’accidentel, en passant par le « laisser faire ». Cette réflexion sera menée entre autres à partir de pays post-socialistes, où une phase de destruction cathartique d’objets urbains symboliques a désormais laissé la place à des démolitions discrètes, au nom de l’idéologie muette du libéralisme.

Envisager la dialectique démolition/(re)construction (ce que l’on ne veut plus et ce à quoi l’on aspire) ou la dialectique démolition/patrimonialisation (ce que l’on ne veut plus et ce que l’on veut conserver) est également une entrée stimulante : la question des tours, abordée sous différents angles par plusieurs collègues au sein de l’UMR offre de ce point de vue des perspectives stimulantes.

Un pré-programme pour 2012/2013

Conçu sur une demi-journée, avec à chaque fois une moyenne de trois interventions, ce séminaire sera lancé au printemps 2012.

Il nous est apparu important de démarrer sur la mise en mots et en images de la démolition Anne-Sophie Clémençon, Lydia Coudroy de Lille et Vincent Veschambre feront part des travaux de recherche dans lesquels ils sont impliqués. Que les collègues qui se sentent proches de ce questionnement nous fassent signe, de sorte de pouvoir prendre part en amont à la réflexion. Cette séance aura lieu le 20 juin 2012.

Pour l’automne et l’année 2013 à suivre, plusieurs pistes ont été évoquées :

une séance sur l’instrumentalisation politique de la démolition / reconstruction dans les anciennes démocraties populaires aux XX° (utilisation politique des destructions urbaines de guerre, des catastrophes naturelles, choix de reconstruction) et XXI° siècles (banalisation, invisibilisation, démolition de certains édifices). Allemagne, Pologne, Roumanie (référente : Lydia Coudroy de Lille).

– une séance sur les chantiers de démolition dans la ville et la circulation des matériaux : approches économiques, environnementales, sociales… (référents : Eric Verdeil et Romain Garcier).

– une séance sur les mobilisations suscitées par les démolitions, autour des questions de droit au logement, de patrimoine (référent : Vincent Veschambre)

– une séance sur la démolition et la (re)construction des tours en France et en Europe (référent possible : Manuel Appert)

Nous nous laissons bien entendu la marge de manœuvre nécessaire pour intégrer les approches et propositions qui émergeront au sein de l’UMR et au-delà.

Texte rédigé par Vincent Veschambre

avec les remarques de Lydia Coudroy de Lille, Laurence Rocher et Eric Verdeil


[1] Comme l’avaient remarqué les participants de ce qui a été à notre connaissance le premier séminaire pluridisciplinaire sur « démolition, disparition, déconstruction »,  qui s’est tenu au CNAM à la fin des années 1990. Dans ce séminaire qui abordait une grande diversité de situations, de la destruction due aux guerres à la « déconstruction des immeubles haussmanniens », Anne-Françoise Garçon souligne un point commun entre les intervenants : « tous ont ressenti profondément l’inconfort de ces situations et pour tout dire leur violence » (Garçon A.F. et alii (dirs), 2002, « Démolition, disparition, déconstruction », Documents pour l’histoire des techniques, cahier n°11, CNAM, EHESS, p. 2).

[2] Choay Françoise, 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 271 p., p. 181.

[3] Burgel Guy, 2001, « Mémoire de la ville et recomposition urbaine », dans Loyer F. (dir.), Ville d’hier, ville d’aujourd’hui en Europe : Actes des Entretiens du patrimoine, Paris, Fayard, pp. 95-104, p. 95.

[4] RUFAT S. (2008), «Bucarest, l’éternel retour». Géographie et Cultures, n° 65, p. 53-72

[5] Evoquées par exemple à travers des monographies de villes détruites et reconstruites  par Anthony M. Tung, dans Preserving the World’s Great Cities. The destruction and renewal of the Historic Metropolis, New York, Three Rivers Press, 2001, 469 p.

[6] C’est ce que F. Choay qualifie de « démolition constructive » (op. cit.)

[7] Par exemple entre la démolition des anciennes emprises industrielles et celles de l’habitat populaire, entre la rénovation des années 1960 et celle des années 2000,  entre les démolitions symboliques opérées en temps de guerre , et celles effectuées en tant de paix (renversement de régimes politiques), entre les démolitions médiatisées et les démolitions banalisées….

[8] On peut se référer aux derniers  travaux de François Tomas à ce propos.

 

Genre et espace – Présentation des travaux d’Hélène Guétat

Hélène Guétat est professeure de géographie à l’Université Jean Moulin-Lyon 3

Cette intervention a pour intention de présenter comment je questionne et j’utilise les rapports sociaux de genre dans la géographie que je pratique. Je ne m’inscris pas dans une géographie du genre qui supposerait une catégorisation de plus de la discipline géographique. En revanche, j’essaye de comprendre comment et pourquoi les rapports sociaux de genre sont un outil euristique pour appréhender l’organisation de l’espace et comment, inversement, passer outre les questions d’organisation genrée de l’espace affaiblit la finesse de l’analyse géographique, notamment autour des questions de l’habiter, du développement qui abordent les questions de rapports de pouvoir notamment.

Les questions de « genre » m’intéressent en tant que rapports sociaux traduits dans et par l’espace.

  • « On ne naît pas homme ou femme mais on le devient » (S. Beauvoir) bien sûr : le genre est donc une construction sociale
  • Comment les rapports de genre conditionnent la construction des identités sexuées traduites par l’organisation des espaces, les accès (en tant que droit, capacité, effectivité) aux savoirs, pouvoirs, connaissances, compétences, apprentissages, capitaux ?
  • Comment les rapports de genre sont qualifiés dans le temps et l’espace : quel est donc l’historique de leur construction et comment ils se différencient dans le monde d’aujourd’hui ?
  • Quels sont les éléments qui font bouger les systèmes de représentations du masculin et du féminin ?
  • Intersectionnalité des rapports sociaux

Les analyses entre espace et rapports sociaux de genre permettent de :

  • Comprendre l’organisation des espaces à différentes échelles (pièce, maison, rue, quartier, espaces de travail, activités de loisirs, etc.). Rendre visibles les organisations sexuées de l’espace (espace exclusif, partagé, de confrontation, etc.)
  • De lire et analyser la complexité des rapports hommes / femmes :
    • Union et désunion
    • Identique et différent
    • Rapports à la fois d’amour, de compassion/communion, d’interdépendance (de l’ordre de l’intérêt et du don de soi), de rapports de pouvoir et de domination (d’ailleurs pouvant être parfois tout aussi contraignants pour les hommes que pour les femmes)
    • Reproduction des rapports de pouvoir autant par les hommes que par les femmes elles-mêmes
  • Individu géographique (expérience, phénoménologie) et approche par le collectif (construction des attitudes, apprentissages, savoirs, pouvoirs, droits)
  • Dimension politique et éthique: travailler sur les rapports de genre est aussi un engagement qui renvoie aux questionnements autour de l’égalité ou (peut-être) de l’équité
  • Comprendre les enjeux de développements actuels : effets locaux des changements climatiques, agrobiodiversité, accès aux ressources (eau, foncier, plantes), mondialisation (migrations, circulations, articulations mondes marchands/non marchands)

Je pars de mes pratiques de géographes intégrant dans ses méthodes et ses réflexions théoriques les questions de genre et de développement rural. Cette géographie pratiquée se confronte de longue date avec l’interdisciplinarité par une thèse en socio-économie du développement et une longue pratique de travail commun avec la sociologie et l’anthropologie.

Lire la suite en téléchargeant le fichier séminaire CRGA 11 mai 2011, Lyon (PDF).

Migrations, travail et emploi au Moyen-Orient

Le Pôle international et interdisciplinaire CNRS/INSHS TRAVAIL, ESPACES ET MONDIALISATION tiendra sa prochaine journée d’étude sur le thème « Migrations, travail et emploi au Moyen-Orient » le mercredi 29 JUIN 2011 de 9h30 à 12h30

Programme (en version PDF). C’est ouvert à tous.

Les migrations internationales dans le monde arabe donne à voir une certaine intégration de l’espace au Moyen-Orient. Au tournant des années 1970, la recomposition des flux migratoires qui voyait la population arabe (libanaise, jorda­nienne, égyptienne, maghrébine tout autant) a été dépassée par une population non arabe asiatique (indienne, pakista­naise, sri lankaise, philippine) ; ce phénomène a considérablement bouleversé la configuration des relations de travail et d’emploi au Moyen-Orient pour laisser émerger un ‘‘marché régional’’. Dans le même temps, et soumis à une concur­rence grandissante, les migrations proprement arabes se sont recomposées et diversifiées, les populations ont redéployé des ‘‘mobilités de refuge’’ très circonstanciées (Irak, Palestine, Soudan). Mais parler de ‘‘marché régional’’ impose de se référer à la diversité de situations nationales dans cette région moyen-orientale. Des formes d’emplois qualifiés, précaires et informels produisent des inégalités multipliées à la fois sociales, de genre, ethniques et des accessibilités différenciées face aux dispositifs éducatifs, de protection sociale… Nous regarderons comment des marchés locaux et globaux se confondent ou se dissocient et laissent apparaître des continuités ou des discontinuités dans les échanges économiques, sociaux et familiaux au Moyen-Orient. Nous ferons dialoguer cette réalité avec d’autres régions du monde où se déve­loppent des processus sociétaux apparemment proches.

9h30 – 9h45 : Introduction par Julien Bret, Centre Max Weber, Lyon 2 et Laurence Roulleau-Berger, CNRS, ENS DE LYON, IAO

Discutant : Eric Verdeil, Chargé de recherche CNRS, EVS-ENS DE LYON

9h45 – 10h15 – Elisabeth Longuenesse, directrice du Département scientifique des Etudes contemporaines IFPO, Institut Français du Proche-Orient, Amman Beyrouth Damas Alep : ‘‘Entre marché national et marché régional : le cas des migrations de travailleurs arabes au Moyen-Orient’’.

Un certain nombre de pays arabes du Proche-Orient sont à la fois importateurs et exportateurs de main d’oeuvre. Une proportion importante de la main d’oeuvre étrangère est originaire de pays voisins, lesquels envoient aussi des tra­vailleurs dans les pays du Golfe, vers lesquels s’orientent une partie de leur population migrante. L’hypothèse que je souhaiterai explorer et mettre en débat est celle de l’existance d’un sous-marché régional du travail, qui vient s’in­tercaler entre marché national et marché mondialisé. Mais parler de marché régional du travail implique que la nature, l’enjeu et les effets à long terme de ces migrations ne sont pas les mêmes que ceux de migrations plus loin­taines, pour des raisons tant politiques que culturelles, qu’il s’agit de préciser. D’un côté, la langue et les références culturelles et identitaires sont largement partagées, au-delà des différences régionales et communautaires. De l’autre, à l’opposé, le paradoxe est celui de la nationalité comme un obstacle irréductible à l’intégration politique.

10h15 – 10h45 : ‘‘Warsheh’’, vie et travail des ouvriers agricoles dans la plaine de la Beqaa, court-métrage réalisé par Lucile Garcon, doctorante du LER

10h45 – 11h15 : Blandine Destremau, directrice de recherche au CNRS/LISE, Cnam ‘‘Emploi et protection sociale des femmes au Moyen-Orient’’.

Par-delà la diversité des situations nationales, je souhaite dans cette intervention dessiner une matrice dynamique des configurations d’emploi et de protection sociale des femmes dans la région moyen-orientale. J’évoquerai les transforma­tions profondes de la ‘‘famille arabe’’ et des tendances démographiques, puis les modalités de la croissance de l’activité des femmes, portée par l’essor de l’éducation, des services publics et de la protection sociale, mais aussi par la nécessité économique. Je montrerai ensuite que leurs régimes d’emplois traversent des transformations dont une des plus saillantes est la polarisation entre emplois qualifiés, formels et protégés, en emplois précaires et informels, qui accuse les inégalités de répartition des bénéfices que leur avaient conférés les systèmes de protection sociale établis au cours des décennies développementalistes et leur indéquation avec les structures familiales et de l’emploi en émergence. Les tensions qui traversent ces transformations différentielles se régulent partiellement par l’essor de l’emploi domestique, mais se tra­duisent par des ambivalences dans la promotion des droits des femmes, influencées par les circulations et diffusions de normes internationales.

Salle Marc Bloch (4ème étage).

14, avenue Berthelot – 69363 LYON CEDEX 07

tél : 04 72 72 64 64 – fax : 04 72 80 00 08

Unité de Service et de Recherche 3385 – Université LYON 2 – ENS DE LYON

Séminaire doctoral – Les gouvernements urbains et la réforme de la gestion des déchets ménagers

Dans le cadre de l’animation du thème B « Actions, régulations et organisations : la construction des environnements » de notre UMR, nous vous invitons à la première séance de notre séminaire doctoral, qui aura lieu le :

Mercredi 25 Mai 2011 à 17 heures
(Institut des sciences de l’homme, 14 av. Berthelot, salle Froissard)

Pensé comme un espace de présentation, d’échange et de discussion autour de recherches en cours, ce séminaire commencera avec l’intervention de Lise Debout, doctorante à l’Université Lyon 2 sous la direction de Franck Scherrer et Eric Verdeil, qui présentera certains éléments de son travail de thèse :

« Étude de la mutation des gouvernements urbains en Égypte à travers le
cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers »

Elle s’intéressera ici à la formalisation des relations entre les secteurs formel et informel autour du service et plus particulièrement à l’articulation territoriale des segments de la filière entre acteurs formels et sous traitants du secteur informel.

Suite à cette présentation, une discussion avec les chercheurs invités et les participants au séminaire sera engagée.

Pour tout complément d’information :
Fleur Guy
Doctorante en géographie
Université de Lyon (Lumière Lyon 2)
UMR 5600 EVS
fleur.guy@univ-lyon2.fr

Invitation à télécharger : fichier PDF

ACREOR

Le thème Actions régulations organisation correspond à l’un des volets du contrat quadriennal de l’UMR 5600 Environnement Ville Société. En voici le texte programmatique:
Ce thème de recherche propose de regrouper un ensemble de chercheurs souhaitant traiter ensemble des
actions des processus d’organisation et de régulation au service de la construction des environnements. Dans
cette perspective, ce terme sera ici entendu comme espace habité, aménagé, approprié par une / des
organisations politiques et sociales, autrement dit, il sera question de territoires.
Les composantes de l’UMR se proposant de s’associer dans ce thème de recherche couvrent une large palette
de la diversité des savoirs nécessaires pour une approche réellement interdisciplinaire1, afin de saisir un
double mouvement : il s’agit à la fois de comprendre comme des acteurs organisent, régulent, gouvernent
leur environnement territorial (ce qui relève des champs de l’urbanisme, de l’aménagement, du
développement local, des politiques territoriales) et comment à l’inverse des dynamiques spatiales dont leurs stratégies et moyens d’action sur le territoire (ce à quoi invite une démarche en termes de système
territorial, analyse spatiale).
Les processus de l’action au service de, ou vers l’espace sont complexes (entre modalités et moyens d’action,
distribution des compétences et des pouvoirs, modes de gouvernance, etc.) et méritent d’être analysés grâce
aux outils des sciences politiques, de la sociologie, de la géographie et de l’aménagement/urbanisme.
L’analyse des mécanismes d’organisation et de régulation sera centrale pour identifier toute la palette de
modes de gouvernance des territoires. Elle inclut également une réflexion sur les effets de la dérégulation et
de la désorganisation de certains mécanismes socio-économiques sur les territoires (que ce soit en termes de
catastrophe technologique, de crise démographique ou de crise financière).
Les acteurs quant à eux incluent les politiques publiques, ou plus généralement la catégorie d’action
collective. Cette dernière comprend les acteurs publics (politiques publiques, Union Européenne, cadres
administratifs, institutions, etc.), mais aussi les entreprises, les groupes constitués de la « société civile », les
ONG, etc., auxquels il faut également ajouter les individus, les sujets, dont les stratégies territoriales non
concertées finissent pourtant, en s’additionnant, par avoir des effets territoriaux bien tangibles. Une attention
particulière peut et doit être portée à des acteurs inattendus car relevant de catégories marginales (on pense
aux migrants, à toutes les facettes de l’« anti-monde » qui jouent des recoins des ressources territoriales).
Le territoire dans cette optique est bel et bien analysé à travers les processus socio-économiques, politiques,
anthropologiques, symboliques, de territorialisation induits ou produits par les acteurs. À travers des
mécanismes d’identification, d’appropriation, de délimitation, de contrôle politique ou socio-économique,
l’action collective structure l’espace à différentes échelles et fait naître du « territoire ». Celui-ci, dans cette
optique, n’est pas traité comme une catégorie a priori, mais comme un construit, étroitement relié aux effets
de contextes sociaux, culturels, historiques et géopolitiques. Une large réflexion théorique invite à examiner
des territoires différents par leurs formes (zonaux mais aussi réticulaires, circulatoires, etc.), par leur échelle
(du continent à la surface d’un espace public) et par leur statut juridique (de l’informel à l’institutionnel).
Derrière le vocable d’environnement, la notion d’espace garde toute sa pertinence si l’on accepte l’hypothèse
que les transformations socio-économiques et politiques actuelles – dont la mondialisation est un des
aspects – conduisent à déconstruire les environnements socio-politiques, et faire resurgir de « l’espace » là
où on croyait avoir construit du « territoire ». Envisagé à la fois comme objet, moyen, support, cadre,
réceptacle, ou même simple prétexte à une activité humaine de façonnement de l’environnement et de
structuration de la vie collective, l’espace se dévoile aussi comme « envers » d’un idéal territorial quand les
acteurs se montrent défaillants – ce que révèle a contrario l’incantation territoriale si fréquente aujourd’hui.
Mais le lien entre acteurs et territoires n’est pas à rechercher uniquement dans l’action d’aménagement. Plus
généralement, l’analyse de l’action ne peut être réduite à celle de son contenu objectif, mais mérite d’être
examinée comme un système d’images, de rêves, d’intentions, d’effets, de moyens, de résultats. Ainsi, les
représentations, visibles à travers les dénominations, la toponymie, parfois conflictuelles entre territoires
constituent une entrée majeure. Cette analyse mérite d’être menée à toutes les échelles : du quartier au
continent, la toponymie de l’oekoumène est un mode essentiel de la territorialisation. Elle est liée à l’usage
des symboles, des iconographies territoriales : les systèmes sémantiques participent pleinement à la
dynamique territoriale.
Enfin cette réflexion générale invite à placer au centre de la méthode d’analyse les jeux d’échelles multiples :
de l’horizon mondialisé à la matérialité de la parcelle, les mouvements d’interaction, de délégation, de
conflits ou de complémentarité entre les nombreux acteurs ne produisent pas mécaniquement les mêmes
relations entre les territoires auxquels ils sont censés se référer. La démultiplication des organismes amenés à
intervenir sur les territoires pose des questions théoriques fortes sur la nature des échelles des niveaux
décisionnaires autrefois centraux qui deviennent potentiellement intermédiaires, comme l’État par exemple.
Le programme de ce thème de recherche s’appuie sur une palette d’équipes de recherches installées sur
plusieurs sites de l’UMR, transdisciplinaires, mais qui placent au coeur de leur réflexion les interactions entre
les sociétés et leurs territoires.
Il se décline en plusieurs actions de recherche qui seront chacune animées par des séminaires, des
programmes de recherche, et des publications. Si les actions présentées plus loin mobilisent chacune une
équipe, en général identifiée pour des raisons de fonctionnement de la recherche, cela n’interdit nullement
les croisements. Certaines associent en réalité plusieurs équipes, en partie ou en totalité, et certains
programmes recouvrent plusieurs actions (exemples de financements : ADEME, MEEDDEM, CIERA et
URBANET). L’enjeu et l’intérêt de l’UMR sont de rendre fonctionnelles ces passerelles, par-delà les
appartenances aux équipes : ce sera le rôle des coordinateurs de cet axe. Enfin, dans leur démarche
scientifique, elles trouveront des correspondances avec les approches transversales identifiées dans le projet
d’UMR : par exemple l’action « Espèces d’espaces » répond partiellement à la dimension théorique de
l’approche transversale intitulée « Epistémologie et heuristique », tandis que les autres croiseront très
souvent l’approche « Espaces, temps et systèmes »,, ne serait-ce que par leur attention à articuler
temporalités et échelles. L’action « Risques et territoires », entre autres fait écho naturellement à l’approche
« techniques et l’ingénieries ».