Archives de catégorie : Séminaires

Séminaire ACREOR : Regards transatlantiques sur le Community Organizing, 20 mai 2015

« Regards transatlantiques sur le Community Organizing », avec Rcommunity orgobert Fisher et Hélène Balazard, le 20 mai 2015 à 10 h

Une séance exceptionnelle du séminaire ACREOR de l’UMR CNRS 5600,  intitulée « Regards transatlantiques sur le Community Organizing », aura lieu le mercredi 20 mai à 10h00 à l’ Institut des Sciences de l’Homme, espace Marc Bloch (en rez-de-chaussée), 14 avenue Berthelot,69007  Lyon.

Intervenants :

-Robert Fischer, professor of Social Work, University of Connecticut, et actuellement Fulbright scholar à l’Université de Innsbruck en Autriche, http://ssw.uconn.edu/faculty-listing/robert-fisher-ph-d/ interviendra sur le thème :

“Funding and Other Challenges to Community Organizing: A Comparative Perspective”.

-Hélène Balazard, docteur en sciences politiques, ingénieure des Travaux publics de l’État au Cerema présentera son livre Agir en démocratie qui vient de paraître aux Éditions de l’Atelier.

Organisateurs : l’UMR EVS et la chaire UNESCO « Politiques urbaines et citoyenneté » de l’ENTPE, avec le soutien de Fulbright France.

 

Echanger dans les Balkans : une relecture des frontières

Résumé de la séance du 12 décembre 2014

Les frontières balkaniques généralement associées aux frontières
étatiques, ethniques ou religieuses connaissent des recompositions qui
interrogent leur nature et leur labilité dans le temps et dans l’espace.
Ceci a été abordé grâce à des travaux anthropologiques et géographiques :

Emmanuelle Boulineau, maître de conférences en géographie, ENS de Lyon, UMR EVS
« Echanger dans les Balkans: où sont les nouvelles frontières balkaniques? »

Olivier Givre, Maître de conférences en anthropologie, U. Lyon 2, CREA
« Patrimoines frontières et mémoires voisines dans la région de la Strandzha (Bulgarie/Turquie) »

Clément Corbineau, doctorant en géographie, U. Lyon 2, UMR EVS:
« Recomposition des marchés et des échanges dans l’espace postyougoslave : le cas des produits laitiers »

A suivre dans un numéro de la revue Géocarrefour de 2015, sur les Balkans.

 

Matières, énergies, déchets : circulations territoriales et économie des circularités. Programme

logo-arc3Programme de la journée d’étude du 16 janvier 2015 (version provisoire) – Lieu : ENS de Lyon, IFE.

Pour mémoire, l’argumentaire de la journée est disponible ici.

Les interventions font 15 mn. Des textes, même courts, circulent à l’avance entre les participants.

9:00 Introduction: Romain Garcier, Laurence Rocher et Eric Verdeil

9:15 Séance 1. Discutant: à confirmer

Bernard Guy, Ecole nationale supérieure des mines de Saint-Etienne, EVS: Les circulations participent de la définition des produits

Pierre Desvaux, Université de Grenoble, PACTE : Le paradigme de l’économie circulaire au prisme de l’informel

10:45 Séance 2. Discutant: Fabrice Bardet, ENTPE, EVS

Natacha Gondran, EMSE, EVS : Estimation de l’empreinte écologique des 8 zones d’étude et d’aménagement du territoire, en France

Valérie Laforest et Jonathan Villot, EMSE, EVS : L’évaluation environnementale de scénarios de gestion mutualisée de déchets sur un territoire

Romain Garcier et Fanny Verrax, ENS de Lyon, EVS : Dans la boîte noire du non-recyclage. Le cas des terres rares

12:30 Pause déjeuner. Le déjeuner est pris au restaurant de l’ENS

14:00 Séance 3. Discutant : Nathalie Ortar, ENTPE, LET

Julie Le Gall, MCF ENS de Lyon, EVS: Circulations des produits agricoles et justice alimentaire des territoires métropolitains

Laurence Rocher (EVS Lyon 2) et Aurélie Dumain : Du déchet au jardin : pratiques du compostage collectif en milieu urbain

15:45 Séance 4. Discutant : Olivier Labussière (Pacte, Grenoble)

Bernard Gauthiez, U. Jean Moulin, EVS, Olivier Zeller, U. Lyon 2, EVS: L’espace des matières fécales, Lyon fin XVIIIe – milieu XIXe s.

Laetitia Mongeard, Lyon 2, EVS, Des gravats dans la ville : étude d’une filière de recyclage atypique ?

 

Journée d’étude Produits, matériaux, déchets : circulations territoriales et économie des circularités

logo-arc3

Coordination: Romain Garcier, Laurence Rocher, Eric Verdeil

Objectifs

Une journée d’étude est organisée le 16 janvier 2015 sur le thème des « circulations territoriales et économie des circularités » relatives aux matériaux, déchets et divers produits incluant l’énergie. Cette journée, soutenue par l’ARC 3, a pour ambition d’amorcer la réflexion scientifique de l’atelier 2 du nouveau contrat de laboratoire de l’UMR 5600 Environnement ville société, en réunissant, entre autres, des contributions représentatives des travaux -collectifs et individuels- et projets en cours au sein de l’UMR et ailleurs, sur des objets communs ou proches. Ces échanges permettront de cerner les particularités de chacune des approches disciplinaires, qu’elles soient analytiques, critiques ou appliquées, et d’engager un dialogue entre notamment les SHS, les sciences de l’ingénieur et les sciences de l’environnement.

L’objectif est de réfléchir à une future publication collective. Dans cette perspective la circulation préalable de textes, même courts, serait bienvenue.

Caractériser et analyser les circulations et circularités à partir de lectures matérielles et territoriales

Comment, dans le monde contemporain, face aux impératifs du développement durable, les choses, les matières, circulent-elles ou devraient-elles circuler ? Comment comprendre, décrire, modéliser et analyser les processus de circulation des choses dans l’espace et dans le temps ? Quelle est l’importance et la signification environnementale, éthique, économique, sociale des circulations ? Comment identifier et analyser les systèmes et agencements complexes qui combinent des phénomènes physiques, des dispositifs technologiques, des collectifs d’acteurs humains et non-humains, et des modes de régulation (juridique, sociale) ?

Appréhender les dimensions territoriales et géographiques des flux de matières mobilisés par le fonctionnement économique au sens large à partir des dimensions de « circulation » et de « circularité » permet de s’attacher à la fois :

  • à la mobilité de ces matières, c’est à dire à leur déplacement dans l’espace, que celui-ci soit maîtrisé et planifié, impliquant des infrastructures en réseau ou non, ou bien au contraire, lorsque l’on perd le contrôle de cette mobilité et qu’elle prend la forme de pollutions diverses (pollutions chimiques, nucléaire… ayant comme vecteur l’air, l’eau, les sols…);
  • à la dimension cyclique visant à réintroduire des matières résiduelles dans les circuits de production et de consommation (recyclage, récupération énergétique, valorisations diverses), quels que soient les modes d’organisation qui sous tendent ces pratiques (instauration réglementaires de filières de recyclage, pratiques informelles de récupération, innovations pour créer de nouveaux matériaux…).

Les circulations de matière mettent en jeu des dimensions culturelles et sociales qui trouvent à s’incarner dans l’espace. En effet, les (re)configurations des circularités propres à chaque matière comportent une dimension spatiale déterminante, qui tend à être maîtrisée et infléchie, à travers l’application de principes de proximité, d’économie circulaire, des pratiques de circuits court, et qui tend également à être objectivée (démarches d’empreinte écologique, de bilan carbone ou d’analyse des cycles de vie). C’est sur la base de ce constat que la caractérisation et l’analyse des processus, formes et modalités des circulations – circulation planifiée, contrôlée ou spontanée, non maîtrisée (pollution, matières illicites)- prend son sens.

La contribution des approches des sciences du territoire se situe potentiellement à plusieurs niveaux, qu’il conviendra justement de mettre en débat avec des représentants des disciplines voisines. Elle porte sur la structuration économique et territoriale des filières impliquées dans la circulation et le recyclage des matières. Au-delà des entreprises à très haute technicité, ces activités impliquent en effet des acteurs économiques ordinaires fortement liés au territoire, parfois d’ailleurs « invisibilisés » par leur statut informel (recyclage des métaux par ex.). Pourtant ces filières, souvent non identifiées par les politiques publiques, jouent un rôle majeur, dont on peut interroger la contribution aux objectifs de durabilité et de remise en circularité de l’économie locale.

On soulignera en particulier que toute circulation de matière implique, de manière complémentaire, une circulation d’argent (selon une répartition qui détermine des hiérarchies sociales et politiques) et relève de l’économie politique. Les circulations ne vont souvent pas sans conflit ou controverses, lesquelles méritent d’être appréhendées au delà des dimensions « d’acceptation » ou « d’acceptabilité » sociale des procédés et des produits. Enfin et plus généralement, les circulations varient selon leurs caractéristiques matérielles (volume, type de matière…), l’endroit où elles se produisent, l’échelle à laquelle elles se déploient, et les acteurs qui les mettent en œuvre.

Certains travaux interrogent de manière critique la notion de métabolisme urbain (Swyngedouw, 2006) ou proposent de prendre en considération les propriétés matérielles de l’énergie et d’en suivre les flux (Mitchell, 2011). Il s’agit de prendre au sérieux la question de la matérialité des objets et des matières, notamment dans leur dimension circulatoire, c’est-à-dire, très directement, dans leur relation au territoire (Barles, 2010) et la lecture géographique à laquelle elle invite (Bridge et al, 2013). Cette perspective vise à analyser de manière concrète à la fois des dispositifs matériels et technologiques mais aussi les agencements d’acteurs (individuels ou institutionnels), qui les rendent possibles.

Contributions attendues

Les communications attendues sont à la fois de nature théorique et empirique. Elles proviendront à la fois des disciplines « classiques » du territoire (géographie, aménagement et l’urbanisme, sociologie, histoire, économie ou sciences politiques) mais aussi des disciplines de l’ingénierie et de l’environnement, qui esquissent elles-mêmes un tournant social et spatial.

Les thématiques traitées sont vastes, les contributions peuvent porter par exemple sur : la transition et l’efficacité énergétiques à l’échelle du bâtiment, de la ville ou du territoire ; le changement climatique et les nouvelles formes de politiques urbaines ; la gestion des déchets de démolition du bâti urbain et des grandes infrastructures techniques ; la collecte, l’élimination ou le recyclage des déchets ménagers, industriels ou radioactifs ; la dépollution des sols in situ via le cycle du vivant ou par excavation, et la circulation souterraine des polluants ; la logistique urbaine ; l’évaluation environnementale et économique des scénarios de circulation collaborative ou mutualisée (des produits agricoles par exemple) ; les matériaux « premiers » pour la construction ; les circuits courts (pour les produits agricoles et alimentaires, les produits manufacturés, les matériaux de construction, les déchets), la consommation, le recyclage, la mutualisation, la question du stockage ou de l’évacuation des matières…

Quatre entrées générales ont été identifiées :

  • Analyser et modéliser la transition et l’efficacité énergétiques ;
  • Le métabolisme des territoires et la circulation des matières : économie circulaire, flux et logistique ;
  • Quelle place pour les héritages et les temporalités dans la compréhension des circulations ? ;
  • Données et analyse de données des flux et des circulations : collecte, analyse, conservation, destruction…

Indications bibliographiques

Barles, Sabine, 2010, Society, energy and materials : the contribution of urban metabolism studies to sustainable urban development issues, Journal of Environmental Planning and Management, vol. 53, n°4, p. 439-455

Bridge, Gavin, Stefan Bouzarovski, Michael Bradshaw, & Nick Eyre, 2013, Geographies of energy transition: Space, place and the low-carbon economy, Energy Policy, 53, p. 331-340.

Mitchell T., 2013, Carbon Democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, Paris, La Découverte, 330 p., 1ère édition 2011, traduit de l’anglais par Christophe Jaquet

Swyngedouw E., 2006, Circulations and metabolisms : (Hybrid) Natures and (Cyborg) cities, Science as culture, vol 15, n°2, p. 105-121

Gert Spaargaren, Arthur P.J. Mol and Frederick H Buttel (eds), 2006, Governing Environmental Flows. Global Challenges to Social Theory, The MIT Press

Programme disponible ici

 

La Turquie, les disparités socio-territoriales d’une puissance régionale voisine de l’Europe

Dans le cadre de la formation du master AlterEurope, l’ENS de Lyon, l’IEP de Lyon et l’U. Jean-Monnet de Saint-Étienne organisent une conférence sur
La Turquie, les disparités socio-territoriales d’une puissance régionale voisine de l’Europe.
le Mardi 25 novembre de 14h15 à 17h en salle F 001.

avec Murat Guvenç, professeur à l’Université Kadir Has d’Istanbul, professeur invité à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne
et Jean-François Drevet, fonctionnaire honoraire à la Commission européenne, ancien élève de l’ENS Saint-Cloud.

Séminaire La construction des environnements 2014-15

Programme du séminaire La construction des environnements, organisé dans le cadre de l’UMR EVS et validé par l’Ecole doctorale 483 Sciences Sociales

Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604 (ascenseur à droite en entrant)

Horaires : 9 h – 12 h[1]

Organisateurs :

Lydia Coudroy de Lille (lydia.coudroydelille@univ-lyon2.fr)

Laurence Rocher (laurence.rocher@univ-lyon2.fr)

Eric Verdeil (eric.verdeil@normalesup.org)

Volume horaire : 20 h (7 séances de 3 heures)

Présentation générale : Acréor est l’acronyme d’un des axes thématiques de l’UMR Environnement Ville Société (EVS), intitulé « Action, régulation, organisation : la construction des environnements ». Il interroge les actions, les processus d’organisation et de régulation au service de la construction des environnements. Ces derniers sont entendus ici comme espace habité, aménagé, approprié par une / des organisations politiques et sociales, autrement dit, comme territoires. Il s’agit à la fois de comprendre comme des acteurs organisent, régulent, gouvernent leur environnement territorial, et comment à l’inverse des dynamiques spatiales incitent les individus ou organisations à reconsidérer leurs stratégies et moyens d’action sur le territoire. Le séminaire ACREOR en 2014-15 préfigure également des séminaires d’ateliers du futur projet de l’UMR EVS, et est ouvert à la formation doctorale de l’ED 483 aux doctorants[2] issus de différentes disciplines : géographie, urbanisme, sociologie, anthropologie.

Validation : Les doctorants inscrits doivent être assidus. Les présentations de doctorants sont soit incluses dans des séances thématiques, soit occupent une partie du créneau horaire d’une séance (mention « Atelier doctoral »).

Chaque séance, sauf celle du 16 janvier, laisse une place aux doctorants pour exposer et discuter leurs travaux, sous différentes modalités :

-de manière intégrée à une séance thématique

-au cours d’une séance sous la forme 20 mn de présentation, 20 mn de discussion (mention « atelier doctoral »)

-lors de la séance du 22 mai, pour les autres.

Programme

7 novembre 2014 : Discussion autour de l’ouvrage Le développement durable. Une nouvelle affaire d’Etat, de Pierre Lacousmes, Laure Bonnaud et Emmanuel Martinais (Paris, PUF, coll  « L’écologie en questions », 2014) en présence d’Emmanuel Martinais (EVS) et de Laure Bonnaud. La discussion sera animée par Florian Charvolin  (CMW)

Cet ouvrage analyse la fusion des ministères de l’équipement et de l’écologie. Le livre montre le contexte politique particulier qui a inscrit cette vaste réforme à la fois comme une action symétrique au Grenelle de l’environnement et comme l’affirmation d’une écologie de droite. Au-delà de ce volontarisme, il souligne l’importance des facteurs historiques et des enjeux professionnels qui ont rendu possible cette fusion présentée comme un modèle réussi de modernisation de l’État.

Atelier doctoral : Marine Huet (EVS) : Expérience de la mixité sociale et rapports à l’altérité : la mixité est-elle toujours favorable à l’inclusion ?

5 décembre 2014 Echanger dans les Balkans : une relecture des frontières 

Emmanuelle Boulineau (UMR EVS), Clément Corbineau (UMR EVS), Olivier Givre (CREA).

A partir d’analyses anthropologiques et géographiques, on montrera que les frontières balkaniques généralement associées aux frontières  étatiques, ethniques ou religieuses connaissent des recompositions qui interrogent leur nature et leur labilité dans le temps et dans l’espace.

16 janvier 2015 : Produits, matériaux, déchets : circulations territoriales et économie des circularités

Romain Garcier (EVS), Laurence Rocher (EVS), Eric Verdeil (EVS),

Au cours de cette journée seront présentées des communications reposant sur des approches disciplinaires et des objets variés qui s’intéressent à caractériser et à analyser les circulations et circularités à partir de lectures matérielles et territoriales. Comment, dans le monde contemporain, face aux impératifs du développement durable, les choses, les matières, circulent-elles ou devraient-elles circuler ? Comment comprendre, décrire, modéliser et analyser les processus de circulation des choses dans l’espace et dans le temps ? Quelle est l’importance et la signification environnementale, éthique, économique, sociale des circulations ? Comment identifier et analyser les systèmes et agencements complexes qui combinent des phénomènes physiques, des dispositifs technologiques, des collectifs d’acteurs humains et non-humains, et des modes de régulation (juridique, sociale) ?

Le programme sera annoncé prochainement.

Attention date modifiée : 20 mars (et non plus 13 févirer) 2015 : Recyclage et recycleurs : l’Amérique des Skid Rows

Anaïk Purenne (EVS), Benoît Raoulx (ESO, Caen)

En quoi la circulation de déchets ménagers aussi banals que des cannettes vides peut-il éclairer, voire transformer le rapport au territoire et aux institutions de certains groupes marginalisés ?

Le cas de Vancouver. Le film Traplines sera projeté et commenté par son auteur, Benoît Raoulx.

Atelier doctoral : XXX

13 mars 2015 : Infrastructures, mobilisations, conflits

Anahita Grisoni (EVS), Laurence Rocher (EVS), Anaïs Volin (EVS)

Des grands travaux d’équipements, des projets d’infrastructures de transports ou de loisirs suscitent des mobilisations, voire des conflits entre acteurs politiques, économiques et citoyens, dans divers pays d’Europe. Ces mobilisations ne relèvent pas seulement d’une contestation locale, mais fonctionnent pour certaines en réseau. Cette séance montrera comment les SHS se saisissent de ces objets de recherche à partir de plusieurs cas d’étude (France, Italie, Allemagne) et de deux disciplines (géographie, sociologie).

 3 avril  2015 : Réseaux de villes, entre diplomatie et coopération territoriale

Antoine Laporte (EVS), Nicolas Escach (EVS)

L’étude des réseaux de villes révèle une structuration géographique qui n’est pas le produit d’acteurs majeurs (États, firmes) et ne peut être étudiée à partir d’indicateurs majeurs (flux d’IDE, nombre de sièges sociaux, PIB, ect.). Les coopérations territoriales, dont les actions ne sont pas quantifiables, sont rarement abordées et considérées comme stratégiques. L’addition de ces interactions, certes modestes, finit pourtant par révéler une géographie structurante de l’Europe et ouvre sur une géopolitique peu conventionnelle mais néanmoins pertinente en parallèle de celle plus classique proposée par les analyses des réseaux urbains fondés sur des flux économiques.

Atelier doctoral : Aurore Meyfroidt (EVS) : Logement abordable et fabrique métropolitaine à Vienne et Bratislava

22 mai 2015 : Atelier doctoral

Les doctorants inscrits au séminaire au titre de leur formation doctorale présentent leur propre recherche (sauf ceux qui l’ont déjà fait dans les séances précédentes), et font un retour sur l’apport de ce séminaire pour leurs propres travaux.

Les modalités concrètes de cette présentation seront précisées ultérieurement, en fonction du nombre d’inscriptions.


[1] Horaire et salle seront spécifiés pour la séance du 16 janvier 2015

[2] Dans l’ensemble du texte, lorsqu’il est question de « doctorant » il est question également de « doctorantes ».

Istanbul, 1914-2014 : urbanisme et politique

Conférence de Murat Güvenç, professeur invité INSA de Lyon/EVS

Le jeudi 12 juin de 18h à 20h, lieu : INSA de Lyon, Amphi Marie Curie, Médiathèque de l’INSA télécharger plan (T1 station INSA Einstein)

Taksim Gezi Park protests, a view from Taksim Square on 4th June 2013. Auteur : VikiPicture Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported (http://commons.wikimedia.org)

Des mobilisations de Gezi aux récentes élections municipales, les questions d’aménagement urbain et d’urbanisme ont été au centre des controverses politiques à Istanbul, métropole transformée par une série d’immenses projets visant à internationaliser la ville autant qu’à asseoir l’hégémonie du parti dominant. Mais ces bouleversements prennent aussi sens à la lumière de la trajectoire d’Istanbul sur les cent dernières années, capitale déchue de l’empire ottoman puis nouvelle mégapole industrielle de la Turquie en voie de modernisation. A chacune de ces époques ont correspondu des politiques urbaines et des structures de peuplement spécifiques.

Les travaux de Murat Güvenç, géographe et sociologue à l’Université Şehir d’Istanbul, basés sur la cartographie et la mise en évidence des structures socio-spatiales, renouvèlent l’interprétation de ces périodes successives en soulignant à la fois les continuités d’une destinée urbaine hors-norme et les ruptures de cette histoire.

La conférence prend place dans le cycle des Voyages du Savoir organisé par le GREMMO

Pour aller plus loin :

Güvenç, Murat. 2010. « Istanbul 1910-2010. Une approche historique et socio-spatiale ». Urbanisme, no 374 (septembre): 47‑51. (à télécharger ici)

Programme des séminaires et conférence autour du professeur Murat Güvenç, invité à Lyon

Murat Güvenç est professeur invité à l’INSA et EVS du 15 mai au 15 juin 2014. Géographe et sociologue, il est professeur à l’Université Sehir d’Istanbul où il dirige le Centre for Urban Studies.

Depuis plusieurs années, une collaboration avec l’UMR EVS s’est établie, notamment autour de la thèse d’Elvan Arik sur les politiques et les usages énergétiques à Istanbul, et plus largement sur les politiques métropolitaines dans cette ville qui constituent le thème central des recherches de Murat Güvenç.

Ses travaux utilisent des méthodes quantitatives à partir de données socio-économiques localisées et cartographiées pour analyser les grandes tendances de l’urbanisation de cette ville et plus largement, de la Turquie.

Schooling Profiles à Istanbul

A titre d’introduction à ses recherches, on peut lire en français :

  • Güvenç, Murat. 2010. « Istanbul 1910-2010. Une approche historique et socio-spatiale ». Urbanisme, no 374 (septembre): 47‑51. (à télécharger)

Durant son séjour, Murat Guvenç interviendra notamment dans deux séminaires et une conférence:

  • mercredi 28 mai, 15h-17h, ENS de Lyon, Biogéophile: Transformations ragionales et aménagement du territoire en Turquie, discussion animée par Antoine Laporte
  • mardi 10 juin, de 14h à 17h, séminaire IMUalpha sur Big Data et structures urbaines (plusieurs interventions dont celle de M. Guvenç)(programme détaillé)
  • jeudi 12 juin à 18h, conférence à l’INSA (amphi Freyssinet – département Génie Civil et Urbanisme),  (en co-organisation avec le GREMMO, dans le cadre des Voyages du Savoir) : Istanbul 1914-2014: urbanisme et politique

Voir sa page web. Pour tout renseignement, contacter eric.verdeil _at_ normalesup.org ou elvan.arik _ at_ insa-lyon.fr

L’activité de démolition dans l’espace urbain : quels impacts, quelles relations ?

Séance du séminaire ACREOR / Gravats-Recybéton, le 3 juin 2013

Présentation préparée par Lise Serra et Laetitia Mongeard

Synthèse de l’intervention

Respectivement architecte en fin de doctorat d’urbanisme et aménagement sur le chantier comme projet urbain et en début de doctorat de géographie sur le recyclage des déchets de démolition, Lise Serra et Laetitia Mongeard ont cherché à mettre en relation leurs recherches pour analyser les impacts de la démolition dans l’espace urbain.

A partir des nombreux aspects définissant la démolition, furent étudiées non pas les impacts ou encore les nuisances de la démolition sur son environnement urbain mais les relations existantes entre ces deux concepts. La démolition fut notamment abordée en tant que chantier, outil d’aménagement, techniques, profession ou encore filière économique.

Les concepts de démolition et d’espace urbain – lyonnais dans le cas spécifique des recherches en cours – ont été confrontés à travers les dimensions qui les caractérisent : dimensions partagées par les deux concepts telles que les dimensions sociales, économiques ou encore spatiales et temporelles, et dimensions spécifiques à chacun – dimension technique pour la démolition, politique pour l’espace urbain par exemple.

Cette analyse fut alors mise en perspective par les terrains de recherche des intervenantes, et par la lecture de la démolition en tant que processus : de l’élaboration du projet urbain à l’après démolition, en passant par les étapes techniques qui (dé)composent la démolition. A chaque étape, les espaces en jeu diffèrent, du quartier au chantier, la valeur symbolique de la démolition par ses « témoins » évolue, de même que les acteurs en présence, et la matérialité en jeu change de forme et ainsi d’enjeux spatiaux (déplacement, stockage).

En termes de méthodes de travail, le croisement de deux thèses à travers un objet précis, ici, la démolition dans l’espace urbain lyonnais, permet de questionner autrement des sujets insérés dans un champ disciplinaire et d’ouvrir de nouvelles perspectives à chacune des deux études. En termes de résultat, cette analyse a permis de mettre en évidence la spécificité de la démolition en tant que chantier : son rapport à la mémoire par la suppression de traces.

Support de la présentation

 

Regards croisés sur les enjeux de la démolition urbaine (Lodz/Saint Etienne) : compte rendu

Compte rendu de la séance du séminaire ACREOR / programme GRAVATS du mercredi 17 avril (14H-18h), par Lydia Coudroy de Lille

Interventions de Rachid Kaddour et de Sylwia Kaczmarek

Malgré leur éloignement géographique et leur taille sensiblement différente, Saint-Etienne (375 000 habitants dans la métropole de Saint-Etienne) et Łódź (730 000 habitants, 3ème ville de Pologne) offrent de nombreux points de comparaison.

D’une part, Łódź et Saint-Etienne sont deux villes industrielles dont la croissance a été très rapide au XIXème  siècle, sur la base du textile à Łódź, du charbon, de la métallurgie et de la passementerie à Saint-Etienne : aucun de ces secteurs n’offrant de débouchés aujourd’hui, l’heure est à la reconversion économique. D’autre part, la forme urbaine de ces deux villes est comparable, structurée par un axe majeur (la Grand’Rue, la rue Piotrkowska) de plusieurs km de long. Enfin toutes deux sont inscrites dans une dynamique de déclin démographique (-15% depuis 1988 à Łódź, – 23% dans la commune de Saint-Etienne de 1975 à 2010).

Mais ce double contexte de reconversion économique et de décroissance urbaine produit des politiques de renouvellement urbain et de démolition différentes. A Saint-Etienne, il est orienté vers les grands ensembles du XX° siècle alors qu’à Łódź, il concerne un quartier central ancien autour de la gare.

Le cas de Saint-Etienne est une situation « classique » en France de démolition dans le cadre d’un programme ANRU. L’argument majeur légitimant la destruction de logements était le taux de vacance élevé, la paupérisation de certains fragments des grands ensembles. La Tour Plein Ciel à Montreynaud aurait pu être conservée, car le château d’eau qui surplombait son toit est un repère visuel, un signal urbain approprié et utilisé dans de nombreux supports de communication (logs, affiches, etc..), et il fut question de le transformer en lieu artistique. Mais un referendum rassemblant un peu plus de 300 votants en a décidé autrement. Néanmoins, un travail de mémoire a été accompli autour de la démolition à Saint-Etienne, tenant compte des expériences passées, de l’aspect traumatisant de l’implosion spectaculaire pour les habitants relogés. En témoigne la publication de Murmures de murailles, écrit par les écoliers et collégiens pour conserver une trace de leur lieu de vie.

A Łódź au contraire, la ville a joué en solo, voire avec une certaine « arrogance ». 90 hectares du centre-ville autour de la gare centrale, appelée Fabryczna (littéralement la « gare de l’usine ») sont désormais démolis en vue d’aménager ce que la ville appelle le Nouveau Centre selon le projet qu’elle a lancé en 2007. Il s’agit à la fois d’enterrer les voies ferrées afin d’accueillir une ligne à grande vitesse, de transformer le bâti industriel de ce quartier de gare en lieux culturels, et de créer des espaces publics centraux de qualité. La gare est bel et bien démolie depuis 2012, ainsi que beaucoup de vieux immeubles alentour, mais il apparaît désormais qu’il n’y aura pas de ligne à grande vitesse avant au mieux 2030 pour cause de restrictions budgétaires. Des études sociologiques ont montré que la population locale n’a pas compris ni accepté la démolition, notamment des immeubles d’habitation. Etait-il alors si urgent de détruire ? Doit-on effacer le passé pour construire l’avenir ? Comment concilier régénération et démolition urbaines ?

Dans les deux cas, la « concertation » pose problème, même en France où les expériences de démolition/reconstruction sont déjà bien rodées.
Illustrations et documents:

Des tours Eiffel dans les grands ensembles : débats autour des démolitions de la Muraille de Chine et de la tour Plein-Ciel (Saint-Etienne), par Rachid Kaddour

La démolition à Lodz, par Sylwia Kaczmarek

Pour aller plus loin :

-Kaddour Rachid, Quand le grand ensemble devient patrimoine : processus et enjeux. : réflexion à partir de cas exemplaires en région stéphanoise, Thèse de géographie, Université de Saint-Etienne, 2013.

-Young C. Kaczmarek S., 2008, The Socialist Past and Postsocialist Urban Identity in Central and Eastern Europe. The Case of Łódź, Poland, European Urban and Regional Studies, vol. 15, s. 53-70 (en ligne)

Atelier Doctorants ACREOR du 22 mars 2013 – Compte rendu

Compte rendu rédigé par Fleur Guy, Nicolas Escach et Clément Corbineau

Deux présentations ont eu lieu lors de cet Atelier doctorants :
– Arie Fitria (doctorante, UMR 5600 EVS-ENTPE) : Services urbains et urbanisme : les relations entre une communauté urbaine et les collectivités voisines (Le Cas du Grand Lyon)

– Raphaël Languillon (doctorant, UMR 5600 EVS-Université Lyon 2): Tokyo, ville globale mature ? Propositions critiques autour de la maturité urbaine Continuer la lecture

Restranscription / actes de la journée Adaptation au changement climatique et politiques urbaines : approches comparées

Le 12 juin 2012 s’est tenue la journée d’étude  Adaptation au changement climatique et politiques urbaines : approches comparées. Organisée par Laurence Rocher (EVS/Institut d’urbanisme de Lyon), dans le cadre d’un projet en partenariat avec Franck Scherrer et Isabelle Thomas-Maret (Institut d’urbanisme de Montréal).

Lire la retranscription (fichier PDF, 24 pages), préparée sous la responsabilité de Laurence Rocher

Sommaire

Introduction, par Laurence Rocher, Maître de conférences, Institut d’Urbanisme de Lyon p. 2

Émergence d’une politique d’adaptation au changement climatique sur le Grand Lyon, par Pierre Crépeaux, chargé de mission Plan Climat au Grand Lyon p. 4

Changement climatique et vulnérabilité des systèmes urbains p. 7

Vulnérabilité sociétale et territoriale aux inondations dans le contexte des changements climatiques : le cas de la rivière des Prairies, Montréal, par Isabelle Thomas-Maret, Institut d’urbanisme de l’université de Montréal p.7

Vulnérabilité d’un territoire face aux systèmes essentiels et aux changements climatiques, par Benoît Robert, professeur à l’école polytechnique de Montréal p. 8

Résilience de l’université de Sfax (Tunisie) face au changement climatique : essai d’évaluation, par Abdelkarim Daoud, laboratoire Eau Energie Environnement, Université de Sfax p.10

Caractériser et modéliser les vulnérabilités : la chaleur urbaine de la connaissance à l’action  p.12

Évolution de la répartition spatiale des températures de l’air et de surface dans l’agglomération de Sfax (1987-2010) et impact sur la consommation d’énergie durant la saison chaude, par Salem Dahech, laboratoire SYFACTE, Université de Sfax p. 12

Représenter les îlots de chaleur urbain : pourquoi et comment ?, par Gilles Debizet, UMR PACTE, Université Grenoble 1, et Simon Perreault, Institut d’urbanisme de Montréal p.13

L’îlot de chaleur urbain et l’adaptation au changement climatique. Le cas de trois agglomérations comparées : Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, par Julita Dudek, doctorante, Université Lyon 3 p.15

L’adaptation, nouveau paradigme de l’action urbaine ? p.17

La représentation de l’adaptation aux changements climatiques entre Montréal et Paris à travers l’analyse lexicométrique, par Guillaume Simonet, Docteur en sciences de l’environnement p. 17

Étudier la participation publique dans les « politiques climatiques » : proposition pour un « recadrage » de l’enjeu d’adaptation, par  Guillaume Gourgues ; UMR PACTE, Grenoble p. 18

L’adaptation au changement climatique : vers un nouveau paradigme de la planification ?, par Pierre-Olivier Garcia, UMR PACTE, Grenoble p. 19

Synthèse et conclusion, par Franck Scherrer, Institut d’urbanisme de Montréal p.22