Archives de catégorie : Actualités / News

Atelier des doctorants ACREOR le 14 mars 2014

Interventions pour l’atelier doctorant du vendredi 14 mars 2014 – 14h-17h

Lieu : Salle 604, 18 rue de Chevreul, 69003 Lyon.

Fabien Mazenod, doctorant en Géographie-aménagement, CRGA, Univ. Lyon 3.

« Production de bâti et gestion des populations. Le rôle de l’Istituto Nazionale delle Assicurazioni (INA) à Rome entre 1922 et 1945 »

Mon propos est d’analyser le renouvellement du centre-ville (rénovation, réhabilitation) et l’urbanisation des périphéries de Rome entre 1922 et 1945 à travers les investissements d’un des plus puissants acteurs du secteur immobilier : l’Istituto Nazionale delle Assicurazioni, société d’assurances-vie créée en 1912. Il ne s’agit non seulement de dresser un portrait de l’activité immobilière de l’entreprise, mais surtout de comprendre l’influence de ce type d’acteur dans la production de bâti et la gestion des populations de toute une ville dans un contexte politique, démographique, économique et social bien spécifique. Grâce aux recherches combinées dans les archives de l’INA et dans les archives publiques, j’ai pu dresser une liste exhaustive de plus de 80 immeubles achetés ou construits par l’institut sur le territoire romain entre 1922 et 1945. Ce travail d’inventaire n’avait jamais été effectué. Avec ses investissements dans la ville, l’INA participa à la tertiarisation du centre-ville et au développement de périphéries résidentielles causant d’importants déplacements de population. Se précisent trois postures de l’institut : l’INA constructeur, l’INA bailleur de fonds et l’INA aménageur. Contrairement à l’argumentaire traditionnel à propos de l’urbanisme fasciste (Insolera, Cederna, Benevolo, etc.), les transformations de Rome ne résultaient pas de la seule volonté autoritaire du régime mais aussi des stratégies d’investissement d’opérateurs tels que l’INA. Il faut replacer la fabrique urbaine de la Rome fasciste dans le cadre du marché immobilier.

Mélanie Merey, doctorante en Géographie, ISTHME, Univ. de Saint-Etienne.

 » Pour la mise en place d’un dispositif de suivi et de gestion participatif du patrimoine : le cas des chemins du Pilat  »

Depuis janvier 2013, le laboratoire ISTHME (Image, Société, Territoire, Homme, Mémoire et Environnement) et le Parc naturel régional (PNR) du Pilat ont initié un projet de recherche-action visant à élaborer un dispositif de suivi permanent et de gestion participative des chemins du Pilat.
Les chemins sont le support de nombreuses activités économiques et de loisirs impliquant un grand nombre d’acteurs (usagers et gestionnaires) ayant des cadres de pensées et de valeurs différents.
Par ailleurs, l’évolution rapide des pratiques et des technologies associées aux activités de pleine nature ainsi qu’aux modes d’exploitation des milieux agricoles et sylvicoles sont à l’origine de nouveaux besoins et risques (dégradations et conflits) que les structures gestionnaires doivent être en mesure de gérer et d’anticiper au mieux.
Afin de bâtir des hypothèses de modélisation cartographique réalistes et de simuler des scénarios de gestion acceptables, nous avons choisi de nous baser sur un diagnostic participatif des chemins réalisé à l’aide d’une application websig et d’animer des réunions de coconstruction à différentes échelles du territoire (PNR, communautés de communes, collectivités territoriales).
Les résultats du diagnostic nous ont permis de définir les critères entrant en compte dans la formation de situations concrètes insatisfaisantes ainsi que, de mieux comprendre les représentations collectives du patrimoine de chemin du Pilat susceptibles de faire varier les points de vue sur les choix de gestion.
Les premières analyses des résultats obtenus ainsi que les perspectives et problématiques de recherche qu’elles ouvrent pourront vous être présentées au cours de cet atelier. Toutes remarques, propositions ou conseils seront les bienvenus pour enrichir la démarche mise en œuvre

Autour de la démolition urbaine

Séminaire ACREOR, séance du 14/2 de 14h à 17h, UMR, salle 604, 18 rue Chevreul 69003 Lyon

Mongeard Laetitia, Veschambre Vincent : La démolition : un nouvel objet pour la géographie et les SHS ?

La démolition en tant que processus technique intervenant sur des structures et remettant en circulation des matériaux est traditionnellement un objet d’étude en génie civil. On observe au cours des dernières années une présence de plus en plus grande dans le champ des SHS, en relation avec l’évolution du recours à la démolition dans le cadre du renouvellement urbain et/ou de la rénovation urbaine.  À partir de l’étude de corpus de publications, appels à communication, thèses et dictionnaires disciplinaires, nous proposons d’interroger la place de la démolition dans les SHS et plus spécifiquement en géographie et tenterons de définir ce qui nous semble pouvoir constituer un nouvel objet de recherche (voire un nouveau concept), longtemps resté en creux des analyses des études urbaines.

Bianca Botea,  Démolitions et changements urbains : regards à partir des approches du temps et du « passé ».

La question du temps et en particulier du passé intervient régulièrement dans des situations de rupture et de changement vécues par les individus comme des situations d’épreuve. Ces rapports au temps et productions du passé peuvent être examinés comme des analyseurs des expériences des  différents acteurs urbains face aux transformations de leur quartier. Mais ils permettent aussi de saisir les conceptions du changement visibles sur ces terrains de transformations urbaines et de distinguer entre deux visions : une approche « cinétique » du changement et une approche des attachements. La réflexion s’appuie sur une étude menée sur le contexte des démolitions dans le quartier de la Duchère, avec une ouverture sur une autre recherche ciblant un contexte de crise industrielle dans une ville frontalière de Roumanie.

Territoires en partage. Politiques du passé et expériences de cohabitation en Transylvanie

Vient de paraître : TERRITOIRES EN PARTAGE. Politiques du passé et expériences de cohabitation en Transylvanie, de Bianca BOTEA, aux éditions Petra

La fabrication de la Transylvanie comme paysage mémoriel et patrimonial s’enracine dans un événement historique ancien, un changement de frontières étatiques en 1920. Ce dernier a fait émerger des narrations officielles différentes voire conflictuelles rattachées à deux constructions nationales et à deux pays voisins. Que reste-t-il aujourd’hui de cette mémoire historique renvoyant à une expérience nationale traumatique, d’une part, et à un haut-lieu d’histoire et de gloire nationales, d’autre part ? Comment un espace à contours flous et sans assise administrative donne-t-il lieu à une catégorie sensible et performative ? À l’heure de l’élargissement européen, cette réflexion ne relève plus uniquement d’une logique de changement de frontières mais révèle des tensions relatives à la cohabitation sur un même territoire d’une diversité de populations. Cet ouvrage, fondé sur une recherche réalisée principalement dans la ville de Cluj-Napoca en Roumanie, nous mène à travers plusieurs lieux, musées, fêtes urbaines, structures associatives, espaces ordinaires de la ville qui, aujourd’hui, participent de ce paysage mémoriel et patrimonial compétitif se déployant à une échelle locale, nationale, transfrontalière et transnationale. Là, peuvent s’observer des phénomènes de production ou d’actualisation du passé, permettant de s’interroger sur les dynamiques de renouvellement du nationalisme, du régionalisme et de l’ethnicité en Europe, ainsi que des conceptions du territoire associées à ces pratiques. Enfin, ils mettent en avant la complexité des processus de fabrication de l’espace public en contexte plurilinguistique et pluriconfessionnel.

Bianca Botea est maître de conférences en ethnologie à l’Université Lumière Lyon 2 (Centre de Recherches et d’Études Anthropologiques). Elle mène actuellement des recherches en Roumanie et en France sur les transformations des espaces urbains en lien avec les problématiques mémorielles. Elle interviendra dans le séminaire ACREOR le 14 février prochain (voir ici)

Isbn : 978-2-84743-079-0 – 28 €, 350 p. + cahier photo couleur 12 p., décembre 2013.

Sur le site des éditions Pétra: http://www.editionspetra.fr

 

Démarches comparatives en situation de recherche internationale. Regards croisés entre histoire, géographie et anthropologie

Dans le cadre du séminaire ACREOR, cette séance se tiendra le 7 février à 14 h, salle 604, UMR 5600, 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Intervenantes: Fatiha Belmessous (EVS / RIVES); Elise Roche (EVS / ITUS); Teresa Tapada Berteli (Université de Barcelone)

Les recherches comparatives dans un cadre international se sont multipliées dans les sciences humaines et sociales ces dernières années, soit parce que les objets de recherche résultent de processus qui se jouent au-delà du cadre national, soit parce qu’il apparait nécessaire au chercheur de se décentrer par rapport à son propre univers de référence. Plus pragmatiquement, il s’agit également de répondre aux demandes formulées par des institutions publiques ou privées. En dépit de cet engouement, des difficultés récurrentes jalonnent le travail de mise en relation des données recueillies sur chacun des terrains étudiés. En effet, si la comparaison ne se limite pas à explorer terme à terme les différences et similitudes entre les cas étudiés, pas plus qu’elle ne réside dans la mise en évidence de l’infinie diversité des configurations possibles, comment mettre en œuvre un travail de généralisation tout en rendant compte des spécificités de chaque cas ? Quelles échelles de comparaison privilégier ? Quelles catégories d’analyse mobiliser et sous quelle forme ?

A partir de situations vécues par trois chercheures en sciences humaines et sociales, cette séance de travail questionnera les enjeux de la comparaison, à partir d’une déclinaison de leurs terrains d’étude comme du cadre d’inscription de leurs démarches comparées et en faisant appel à des échelles d’analyse contrastées, spatiales ou temporelles.

Une politique régionale pour une ‘Société Harmonieuse’ : la politique chinoise comparée à la politique de l’Union européenne

Dans le cadre des activités de la composante BioGéophile / ACREOR / EVS / ENS de Lyon

Séminaire de ZANG Shumei, Maître de conférences à l’ECNU (East China Normal University, School of Advanced International and Area Studies) et professeure invitée à l’ENS de Lyon et à l’UMR EVS.

Le jeudi 30 janvier 2014 de 14h à 16h en salle de Réunion n°2 du site Buisson (ENS Lyon)

Résumé :
Le 18e congrès national du Parti communiste chinois (nov.2012) a mis un accent particulier sur la construction de la « Société Harmonieuse ». Cette option, révélatrice des disparités et des dysfonctionnements de plus en plus évidents au sein de la société et de l’espace chinois, s’accompagne d’une priorité donnée à la politique de développement régional. Nous traiterons de ce sujet dans la conjoncture actuelle, et en introduisant un regard comparatif avec la Politique Européenne de Cohésion (en nous référant à notre travail de thèse). Continuer la lecture

L’Amérique des skid-rows : quand la récupération des déchets devient un moyen de lutte pour la survie et la reconnaissance de groupes marginalisés

Séance annulée en raison de contraintes majeures dans l’emploi du temps des intervenants. Une nouvelle date sera reprogrammée ultérieurement.

En quoi la circulation de déchets ménagers aussi banals que des cannettes vides peut-il éclairer, voire transformer, le rapport au territoire et aux institutions de certains groupes marginalisés ? C’est à cette question que l’on propose d’apporter des éléments de réponse, à travers cette séance (et deux interventions) portant sur le quartier du Downtown Eastside à Vancouver (environ 16.000 habitants), sorte de « quartier de relégation » qui, comme dans d’autres villes nord-américaines, se situe en plein centre de la ville, à deux pas du quartier des affaires et des zones touristiques.

Benoît Raoulx, géographe, UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés, Caen

Les coupes successives dans les budgets d’aide sociale de la province ont contribué au développement de petites activités de survivance autour notamment de la récupération de cannettes et de bouteilles dans les poubelles (scavenging ou binning). Une association de recyclage baptisée United we can s’est constituée autour de visées d’empowerment : concrètement, il s’agit de faire mieux se connaître et reconnaître des populations marginales de plus en plus paupérisées. Au-delà d’un petit revenu complémentaire (de l’ordre de 5 dollars par tournée quotidienne), ces activités informelles permettent aux personnes qui s’y impliquent de développer un savoir-faire spécifique basé sur la circulation dans la ville. Dans quelle mesure ces activités peuvent-elles leur permettre également de devenir des acteurs reconnus de l’action municipale en matière de recyclage, à l’heure où le nouveau maire de Vancouver entend faire de la ville l’un des fleurons écologiques de la côte Pacifique ?
Benoït Raoulx est l’auteur du film Traplines qui sera montré pendant la séance.


Résumé: A Vancouver, sur la côte pacifique du Canada. Peter and Doe vont relever leur piège, leur trapline. Ils fouillent les poubelles pour ramasser canettes et bouteilles à 5 ou 20 cents. Le produit est ramené au dépôt de l’association United We Can, situé dans le quartier le plus pauvre. Ces trappeurs des villes fréquentent discrètement les allées de service dans les quartiers résidentiels et s’adaptent aux rythmes de la ville, développant ainsi un savoir-faire géographique. A partir des marges, le film porte un regard sur le coeur de la société.

Anaïk Purenne, sociologue, UMR CNRS 5600 Ville Espace Société, Lyon

Récemment, ces activités informelles, et en particulier la revente des petits objets de récupération qui ne sont pas recyclés par United we can, ont fait l’objet d’opérations policières qui se sont traduites par un nombre élevé de contraventions pour infractions aux règlements municipaux sur le commerce de rue. L’un des motifs invoqués par les policiers pour justifier cette sévérité accrue est que les activités informelles des vendeurs de rue, serviraient de « couverture » à la vente illégale de produits stupéfiants. Des mobilisations sociales initiées par des groupes s’inscrivant dans une tradition d’activisme radical ont à leur tour pris pour cible ces activités répressives pour dénoncer la criminalisation de la misère et le rôle de la police dans l’aggravation des inégalités.

Les enjeux qui se cristallisent autour du recyclage de certains objets (à la fois les circuits formels de collecte de ces objets et leur « seconde vie » dans l’économie informelle) peuvent ainsi constituer un prisme intéressant pour saisir le rapport à la ville de populations perçues comme aux marges de celle-ci.

La séance aura lieu le vendredi 17 janvier 2013 à 14h salle 604 de l’UMR 5600, 18 rue Chevreul 69003 Lyon

GRAVATS et Recybéton : bilan d’étape

lundi 3 juin (14H-18H) : Avancement des programmes GRAVATS et Recybeton, salle André Frossard

Laetitia Mongeard (doctorante en géographie EVS – Gravats IMU : thèse sur la filière démolition et recyclage dans le Grand Lyon) et Lise Serra (doctorante en architecture sur le chantier dans la ville) croiseront leur regard sur l’impact (social, économique, environnemental…) de l’activité de démolition dans l’espace urbain lyonnais. Ce sera également l’occasion de présenter le programme national Recybéton dans lequel s’inscrit la thèse de Laetitia Mongeard (Lydia Coudroy de Lille et Vincent Veschambre).

Mixité et communautés dans la ville (ENTPE)

Journée de réflexion INRS/RIVES ENTPE, 4 juin 2013

Lieu : ENTPE

Même si ses vertus supposées sont aujourd’hui largement mises en cause par les milieux académiques, le discours sur la mixité sociale demeure dans de nombreux pays un véritable impératif de l’action publique urbaine. Comment appréhender la persistance de ce concept- valise, en dépit de ses effets pervers et de l’aggravation de la pauvreté urbaine qu’il est censé prévenir? Comment les acteurs chargés de promouvoir la mixité s’approprient-ils ou réinterprètent-ils ce mot d’ordre ? Comment celui-ci se décline-t-il dans des contextes très différents qui valorisent ou, à l’inverse, délégitiment le rôle des communautés, qu’elles soient locales, ethniques ou encore religieuses ? Quelle est la place faite à la société civile et aux attentes des catégories sociales visées par ces discours sur la mixité ? Les dynamiques portées par les habitants sont-elles synonymes de revendications particularistes ou peuvent-elles être des vecteurs de cohésion sociale « par le bas » ?

C’est à cet ensemble de questions qui sont au cœur des débats académiques qu’est consacrée cette journée de réflexion co-organisée par le centre Urbanisation Culture Société de l’INRS et par le laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville Espace Société de l’ENTPE, qui s’inscrit dans la programmation ACREOR de l’UMR CNRS 5600.

INSCRIPTION GRATUITE MAIS OBLIGATOIRE AVANT LE 31 MAI AUPRÈS DE PATRICK GIMENEZ : patrick.gimenez@entpe.fr

Programme à télécharger ici (Mixité et communautés dans la ville séminaire RIVES-INRS)

Atelier doctoral du 7 juin 2013

Cette séance de l’atelier doctoral aura lieu Salle Ennat Léger de 10 h à 13 h

Lors de cette nouvelle séance, deux présentations de recherche sont prévues:

« Détours récréa(r)tistes en banlieue. Nouveaux imaginaires ludiques, nouvelles images de la ville ? », par Yannick Hascoët (Univ Lyon 2/RIVES), dir. Eric Charmes et Isabelle Lefort

  A la croisée de problématiques touristiques et urbaines, les phénomènes de déploiement de modalités artistes et de mobilités curieuses sur le terrain de la banlieue des grands ensembles, invitent à questionner la nature des images émergentes véhiculées par le canal « récréa(r)tiste ». Se pourrait-il en effet que s’opère, à partir des acteurs de ces pratiques (offreurs/demandeurs), une redistribution des regards portés sur la ville dès lors favorable aux tours et barres ainsi consacrées ? Après la mise en lumière de quelques dispositifs  « artistes » et touristiques  déjà identifiés, le cadre théorique actuellement en construction sera abordé. La question du « rôle pionnier », dans le champ des études urbaines (l’avant-garde artistique gentrifieuse) et celui des problématiques touristiques (le découvreur de terrae incognitae) sera tout particulièrement discutée.

Mobilisations collectives et renouvellement urbain à Londres, Martine Drozdz (Univ Lyon 2), direction Christian Montes et Manuel Appert

Cette présentation s’inscrit dans un travail doctoral mené depuis 2009 sur la géographie et les spatialités des mobilisations collectives qui prennent pour enjeu l’espace et l’aménagement urbain à Londres. Ces mobilisations s’inscrivent dans un double mouvement de rééchelonnement de l’action publique urbaine au niveau métropolitain et au niveau local mené entre 1998 et 2011. Le but de l’étude des conflits et des mobilisations pré et post-conflits est double ;  elle permet de mesurer l’impact de ces réformes sur les pratiques d’aménagement urbain tout en saisissant l’évolution géographique des franges péri-centrales londoniennes où les conflits se situent majoritairement. Après avoir présenté brièvement le contexte socio-démographique et politique de ce travail, on en exposera un aspect méthodologique spécifique : la construction de la géographie des conflits à l’échelle de la capitale. L’étude systématique des conflits urbains a donné lieu à différents types de typologies appuyées sur différentes méthodes dont ont exposera les avantages et les limites. On présentera les biais propres aux corpus de presse constitués pour cette étude et les redéfinitions des typologies existantes qu’elle a permises.

Séminaire ACREOR : Regards croisés sur les enjeux de la démolition urbaine

Nouvelle séance du séminaire ACREOR / programme GRAVATS

mercredi 17 avril (14H-18h) : Salle André Frossard, Institut des sciences de l’homme, 14 av. Berthelot, Lyon 7e

Sylwia Kaczmarek (professeur de géographe urbaine, Univ de Lodz) présentation de l’exemple du centre-ville de Lodz (Pologne). Rachid Kaddour (docteur en géographie, Université Jean Monnet, UMR EVS) évoquera les démolitions dans les quartiers d’habitat social de Saint-Etienne, de celle de la Muraille de Chine, qui marque le lancement en mai 2000 de la politique de renouvellement urbain, à celle de la Tour Plein ciel en novembre 2011, à la fin du programme de rénovation urbaine (ANRU 1). Son propos interrogera à la fois la réception des démolitions, les représentations en matière de patrimoine et les enjeux mémoriels soulevés.

Le bricolage urbain

Séminaire de travail sur le bricolage urbain

Organisation : Paul Boino, professeur (IUL Lyon 2)- UMR Triangle, Jihad Farah, post-doc (IUL Lyon 2)- UMR Triangle, Eric Verdeil, chercheur CNRS – UMR EVS

12 avril 2013, 10h, Institut d’urbanisme de Lyon : La notion de bricolage urbain, par Jihad Farah (post-doc Triangle / Institut d’urbanisme de Lyon) – Pour aller plus loin :

Farah J., Teller J., 2012, Bricolage Planning: Understanding Planning in a Fragmented City, in Polyzos S. (ed), Urban Development, Rijeka (Croatia), In-Tech, p. 93‑126. En ligne = http://orbi.ulg.ac.be/handle/2268/115768

Au Nord comme au Sud, la production de la ville s’écarte plus ou moins sensiblement de la démarche urbanistique toujours amplement promue si ce n’est par le bon sens du moins par certains textes réglementaires : définition des objectifs stratégiques, puis planification, puis mise en œuvre opérationnelle. Elle s’apparente davantage à un enchevêtrement d’arrangements localisés : enchevêtrement car les relations entre ces dispositifs sont loin d’être nécessairement raisonnés et a fortiori mécaniques ; arrangements car ils reposent sur des accords gagnants – gagnants fondés sur la satisfaction des intérêts singuliers (financiers, électoraux, etc.) des acteurs engagés dans l’action ; localisés car chaque action tend à se fonder sur une mobilisation relativement spécifique d’acteurs, d’organisations, d’outils, de ressources et de procédures dans un cadre, un temps et un but donné.

Tel dispositif pour réaliser un document de planification (quant ils existent), tel autre pour une extension de ville, telle autre pour organiser un réseau de transport en commun, ces bricolages plus ou moins baroques constituent un réponse au pluralisme des villes. Ils permettent de mobiliser des ressources cognitives, financières, procédures nécessaire à l’action mais détenues par une pluralité d’acteurs aux relations faiblement hiérarchisées.

Courants, ces bricolages soulèvent cependant un certain nombre de questions tout à la fois politiques et scientifiques :

  • quant à leurs conséquences sur les modes de conception et de conduite de l’action publique urbaine, notamment ses singularités par rapport aux politiques nationales et internationales déjà abondamment étudiées ;
  • quant à leur stabilité ou leur instabilité et corrélativement leurs effets tendanciels sur les villes (diffraction au gré de la juxtaposition d’actions éminemment singulières si l’on suit la logique des tenants de la ville incrémentale vs. homogénéisation par l’intervention systématique par exemple des mêmes opérateurs comme le prétend la thèse la ville franchisée ou encore la constitution d’un acteur collectif ville si l’on suit celle de la gouvernance) ;
  • quant à l’ampleur réelle de leur généralisation et en l’occurrence leur capacité à se déployer sur l’ensemble des enjeux ainsi qu’à l’ensemble des contextes urbains (sites ou villes pauvres vs. sites ou villes riches, par exemple) ;
  • quant au degré de dé-publicisation des choix publics, qu’induisent ces arrangements localisés et ses conséquences sur le contenu substantiel de la production de la ville (prégnance de l’intéressement des acteurs directement nécessaire à l’action, caractère plus ou moins délibéré des décisions, …)   ;
  • quant à l’agencement singulier des logiques et des contraintes (réglementaires, techniques, financières, sociales, électorales, etc. ) qu’induit cette façon de produire de la ville.
  • etc.

Dans la perspective de rédiger une proposition de projet de recherche sur ces pratiques de bricolage et leurs conséquences, l’Institut d’Urbanisme de Lyon organise un séminaire de travail où il est attendu des présentations empiriques ainsi qu’un débat sur les pistes théoriques pouvant alimenter cette réflexion. Ce séminaire se déroulera en une série de rencontres au cours du printemps et de l’automne 2013. Les trois premières sont prévues les vendredis 12 avril, 24 mai et 21 juin, toujours de 10h00 à 12h00. Il est ouvert aux chercheurs des laboratoires de Lyon qui pourraient être intéressés par l’élaboration et la participation à ce projet de recherche.


ACREOR – séminaire de doctorants

L’Atelier des doctorants ACREOR a le plaisir de vous inviter à sa prochaine séance dans le cadre du séminaire ACREOR (Thème B de l’UMR 5600 EVS).

Il aura lieu vendredi 22 mars, entre 13h et 16h à l’Institut des Sciences de  l’Homme (Salle A. Frossard) de Lyon.

Deux travaux de thèse en cours seront présentés et discutés au cours de cet atelier :

Arie Fitria (doctorante, UMR 5600 EVS-ENTPE) : Services urbains et urbanisme : les relations entre une communauté urbaine et les collectivités voisines (Le Cas du Grand Lyon)

Raphael Languillon (doctorant, UMR 5600 EVS-Université Lyon 2): Tokyo, ville globale mature ? Propositions critiques autour de la maturité urbaineCet atelier est ouvert aux doctorants comme aux chercheurs plus confirmés. Nous vous attendons nombreux pour échanger autour de ces deux présentations.

Informations pratiques :
Vendredi 22 mars, 13h-16h
Institut des Sciences de l’Homme-Salle A. Frossard
14 avenue Berthelot – 69007 Lyon

 

Programme du séminaire ACREOR / EVS pour le premier semestre 2013

Programme

Toutes les séances ont lieu à l’ISH, 14, avenue Berthelot, Lyon 7e

Responsables : Lydia Coudroy de Lille, lydia.coudroydelille_at_univ-lyon2.fr; Laurence Rocher laurence.rocher_at_univ-lyon2.fr ; eric.verdeil_at_normalesup.org; vincent.veschambre_at_lyon.archi.fr

vendredi 8 février 2013 (14h-16h) : Suivre l’énergie à la trace, salle E. Léger, ISH

Lecture critique par Eric Verdeil du livre Mitchell, Timothy. 2011. Carbon democracy : political power in the age of oil. London ; New York: Verso. Dans cet ouvrage, le politologue de l’Université Columbia propose de suivre au plus près de leur réalité matérielle et politique les flux de l’énergie. En quoi cette démarche interpelle-t-elle le géographe ? Discutant : Romain Garcier

vendredi 22 mars (14h-16h) (à préciser, sous réserve) : séminaire des doctorants, salle A. Frossard

mercredi 17 avril (14H-18h) : Regards croisés sur les enjeux de la démolition urbaine, Salle André Frossard

Sylwia Kaczmarek (professeur de géographe urbaine, Univ de Lodz) présentation de l’exemple du centre-ville de Lodz (Pologne). Rachid Kaddour (docteur en géographie, Université Jean Monnet, UMR EVS) évoquera les démolitions dans les quartiers d’habitat social de Saint-Etienne, de celle de la Muraille de Chine, qui marque le lancement en mai 2000 de la politique de renouvellement urbain, à celle de la Tour Plein ciel en novembre 2011, à la fin du programme de rénovation urbaine (ANRU 1). Son propos interrogera à la fois la réception des démolitions, les représentations en matière de patrimoine et les enjeux mémoriels soulevés.

Lundi 14 mai (14h-16h) : Présentation du projet « Saisir l’EUROPE », programme de recherche franco-allemand, salle André Frossard

Anahita Grisoni, post-doc, UMR EVS, travaille sur la constitution d’identités collectives dans la résistance locale face à de grands projets ferroviaires transeuropéens.

lundi 3 juin (14H-18H) : Avancement des programmes GRAVATS et Recybeton, salle André Frossard

Laetitia Mongeard (doctorante en géographie EVS – Gravats IMU : thèse sur la filière démolition et recyclage dans le Grand Lyon) et Lise Serra (doctorante en architecture sur le chantier dans la ville) croiseront leur regard sur l’impact (social, économique, environnemental…) de l’activité de démolition dans l’espace urbain lyonnais. Ce sera également l’occasion de présenter le programme national Recybéton dans lequel s’inscrit la thèse de Laetitia Mongeard (Lydia Coudroy de Lille et Vincent Veschambre).

La création de nouveaux espaces publics au centre-ville de Dresde et de Chemnitz : quels espaces pour quelle société?

JAKOBIKIRCHPLATZ, VUE DE LA INNERE KLOSTERSTRASSE AVEC A GAUCHE L’EGLISE ST JACOB, EN FACE L’HOTEL DE VILLE ET A DROITE LE PREMIER DES RATHAUSKARREE (C. VOISIN-BORMUTH, AVRIL 2012)

Chloë Voisin-Bormuth soutiendra sa thèse de doctorat en géographie (Université Lumière Lyon 2) et en sociologie (TU de Dresde)intitulée « La création de nouveaux espaces publics au centre-ville de Dresde et de Chemnitz : quels espaces pour quelle société? » le 10 décembre de 13h30 à 16h30 à l’ISH, 14 avenue Berthelot, Lyon 7ème, salle Marc Bloch.

Jury

Lydia Coudroy de Lille (prof. Université Lumière Lyon 2) et & Karl Siegbert Rehberg (professeur, TU Dresden, Fakultät für Soziologie), directeurs
Marcus Zepf (professeur, Université de Grenoble 2) et Thomas Will (professeur, TU Dresden, Fakultät für Architektur),rapporteurs,
Renate Liebold (professeur, TU Dresden, Fakultät für Soziologie)
Myriam Houssay-Holzschuch (professeur, Université de Grenoble 1, Présidente)

Résumé

Quelles sont les représentations qui guident les acteurs de la planification dans leur conception des espaces publics ? Quel projet – de ville et de société – sous-tend les aménagements ? quelles sont les visions des aménageurs ? Quelles sont les normes et les valeurs qu’ils défendent à travers leurs projets ? Que représente pour eux l’espace public ? Quelle définition en donnent-ils ? Ces questions trouvent une résonance particulière à Dresde et à Chemnitz : elles sont ces dernières années toutes deux l’objet d’un programme de création et de transformation de leurs espaces publics centraux. Ces deux terrains ne sont pas intéressants pour l’étude de l’imaginaire planificateur qu’en raison de l’importance du programme mené (pas moins de six nouveaux espaces chacune) mais aussi en raison de l’histoire particulière des deux villes. Dresde et Chemnitz ont vu leur centre-ville presque entièrement détruit sous les bombardements alliés en 1945 et seulement partiellement reconstruit sous la RDA selon des principes urbanistiques tout à fait nouveaux. Le choix auquel les planificateurs sont confrontés depuis la chute du régime socialiste et la réunification est celui du modèle à suivre pour finir de reconstruire le centre-ville toujours inachevé. L’absence quasi-totale de patrimoine à conserver ne rend pas nécessaire le travail de négociation avec les conservateurs du patrimoine, habituellement au cœur de tous les projets contemporains en Europe. Dresde et Chemnitz présentent donc des cas d’étude particulièrement passionnants car les acteurs de la planification jouissent d’une très grande liberté d’action qui leur permet de mettre en œuvre sans entrave juridique leur conception actuelle de l’aménagement des espaces publics. Il serait donc possible ici mieux qu’ailleurs de lire l’imaginaire planificateur contemporain.

Développement urbain et lutte contre la pauvreté en Afrique : quelle lecture des interventions de la Banque Mondiale en Afrique à travers l’exemple de la Mauritanie ?

Conférence du Pr. Isakha Diagana, de l’Université de Nouakchott, à l’invitation d’EVS, du GREMMO et de l’IMU. La discussion sera introduite par Eric Verdeil, CNRS-EVS, Lyon

Lieu : Institut des sciences de l’homme, 14 av. Berthelot, 69007, Lyon, Salle André Frossart, le 23 novembre 2012, 10h-12h.

La conférence est ouverte à tous

Module Twize en construction. Cliché Armelle Choplin, 2003, publié dans Echogéo 2009 (http://echogeo.revues.org/11305)

Résumé

La Banque Mondiale intervient depuis environ cinq décennies pour aider au développement économique des pays du tiers monde et particulièrement ceux d’Afrique. A l’aube des indépendances, elle s’est  investie dans le soutien aux investissements productifs de pays neufs dotés de ressources importantes. Tous ces pays connaissent à cette époque une forte croissance urbaine alimentée par les migrations en provenance du milieu rural. Les effets de ces migrations ont mis à mal les équilibres territoriaux et la gestion des grandes agglomérations.

A la crise économique des années 80 qui a mis les pays africains sous ajustement structurel, s’est ajoutée une crise urbaine qui a affecté l’ensemble des espaces. Les villes qui ont jusque là absorbé et intégré les populations migrantes se comportent désormais en véritables systèmes d’exclusion. Les  pauvres s’y concentrent désormais dans des quartiers précaires souvent périphériques et dans l’insalubrité et l’insécurité totales. Ces quartiers, considérés dans un premier temps comme une conséquence inéluctable de la forte croissance urbaine et appelés à disparaitre rapidement, sont désormais appréhendés comme une question centrale de développement urbain à laquelle il importe d’apporter une réponse convenable.

Les efforts de soutien et d’accompagnement de la banque mondiale aux gouvernements se sont alors ajustés pour prendre en compte, dans un premier temps (1990-2000), les questions de développement urbain durable et de (bonne) gouvernance et celles de lutte contre la pauvreté (depuis 2000) dans un second temps.

Classé parmi les Pays les Moins Avancés (PMA), la Mauritanie bénéficie depuis 1992 de l’appui de la Banque Mondiale dans le domaine du développement urbain et de la lutte contre la pauvreté. Ce soutien s’est concrétisé par la conception et la mise en œuvre de plusieurs projets. Le projet de Développement de l’Industrie de la Construction pour l’Emploi (DICE) mis en ouvre entre 1992 et 1998 est principalement intervenu dans le domaine des BTP pour réaliser des projets de haute intensité de main d’œuvre et aider à la création d’emplois nouveaux. Entre 1996 et 2001, le projet « Décentralisation et Infrastructures Urbaines » (DIU) s’est préoccupé du renforcement du niveau d’équipement des villes et de l’instauration d’une planification urbaine concertée. Enfin depuis 2002, le Programme de Développement Urbain (PDU) est centré sur le renforcement de l’efficacité des grandes villes et l’amélioration des conditions de vie dans les quartiers précaires.

C’est dans ce cadre qu’est intervenu, entre 2002 et 2008, la restructuration du principal bidonville de Nouakchott : la kébbé d’El Mina. Cette opération conduite sous la forme d’une intervention pilote devait permettre de définir les mécanismes d’intervention dans ce type de quartiers et donner aux autorités, les clés d’une généralisation aux autres villes du pays. La mise en œuvre de cette opération a cependant  révélé un rapport de forces très inégal au profit des experts de la Banque Mondiale et une marge de négociations des autorités très réduite.

Présentation du Pr. Diagana

Isakha Diagana est Docteur en Géographie, Aménagement et urbanisme de l’Université Lumière Lyon II où il a soutenu en 1993 une thèse consacrée à l’analyse de la croissance urbaine et à la dynamique des espaces à Nouakchott (Mauritanie).
Depuis 1995, Isakha Diagana cumule les charges de professeur titulaire de géographie à l’Université de Nouakchott, des responsabilités de haut niveau dans les domaines de la planification urbaine et de l’Aménagement et des missions d’expertise dans ces domaines.
En qualité d’Enseignant, Isakha DIAGANA anime et participe depuis octobre 1995 à l’université de Nouakchott, à des enseignements et à des recherches sur la ville en Afrique en général et en Mauritanie en particulier. Il a ainsi, au cours de cette période, encadré de nombreux travaux de diplômes sur des thèmes variés de recherche urbaine : Gouvernance et gestion urbaines (production, articulation et régulation des espaces), l’analyse fonctionnelle (équipements, infrastructures et services) ainsi que des études foncières et environnementales.
En qualité de responsable administratif, Isakha Diagana a assuré les responsabilités de Directeur de la planification et de l’urbanisme (2005-2007) à l’Agence de Développement Urbain (ADU) de Nouakchott, puis celles Directeur de l’Urbanisme et de l’Habitat au Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire (2007-2009). A ces titres, il a coordonné les interventions publiques, visant la résorption de l’habitat précaire à Nouakchott, lancées à partir de 2003.
En tant qu’expert, Isakha Diagana est intervenu, pour le compte de la Banque mondiale et d’autres bailleurs, dans l’élaboration de plusieurs études stratégiques visant notamment la maîtrise de du développement urbain en Mauritanie et particulièrement, celui de Nouakchott.