Archives de catégorie : Actualités / News

Séminaire ACREOR : Regards transatlantiques sur le Community Organizing, 20 mai 2015

« Regards transatlantiques sur le Community Organizing », avec Rcommunity orgobert Fisher et Hélène Balazard, le 20 mai 2015 à 10 h

Une séance exceptionnelle du séminaire ACREOR de l’UMR CNRS 5600,  intitulée « Regards transatlantiques sur le Community Organizing », aura lieu le mercredi 20 mai à 10h00 à l’ Institut des Sciences de l’Homme, espace Marc Bloch (en rez-de-chaussée), 14 avenue Berthelot,69007  Lyon.

Intervenants :

-Robert Fischer, professor of Social Work, University of Connecticut, et actuellement Fulbright scholar à l’Université de Innsbruck en Autriche, http://ssw.uconn.edu/faculty-listing/robert-fisher-ph-d/ interviendra sur le thème :

“Funding and Other Challenges to Community Organizing: A Comparative Perspective”.

-Hélène Balazard, docteur en sciences politiques, ingénieure des Travaux publics de l’État au Cerema présentera son livre Agir en démocratie qui vient de paraître aux Éditions de l’Atelier.

Organisateurs : l’UMR EVS et la chaire UNESCO « Politiques urbaines et citoyenneté » de l’ENTPE, avec le soutien de Fulbright France.

 

Présentation d’ouvrage : La ville ordinaire, généalogie d’une rive, Lyon 1781-1914

Anne-Sophie Clémençon, historienne et chercheure à EVS, présentera son livre La ville ordinaire, généalogie d’une rive, Lyon 1781-1914 (éditions Parenthèse et CAUE Rhône – Métropole) le  mardi 17 mars 2015, à 18h, à l’Hôtel de ville de Lyon (place de la Comédie, 69001 Lyon).
Inscription par téléphone au 04 72 07 44 55, ou par mèl : caue69@caue69.fr.

Présentation de l’ouvrage

La ville dite «  ordinaire  », partie qui échappe aux plans d’urbanisme et aux grandes opérations urbaines, constitue l’essentiel du tissu des villes européennes. Jusque-là mésestimée, elle est désormais un objet incontournable de la recherche en morphologie urbaine. Produit d’une histoire interstitielle, difficilement saisissable, elle reste encore largement méconnue.
Pour contribuer à son décryptage, mettre au jour les grands principes selon lesquels elle prend forme et évolue dans le temps long, c’est dans l’histoire lyonnaise, précisément celle de la rive gauche du Rhône, que l’auteur a mené l’enquête. Là où, au XVIIIe siècle, la puissante institution des Hospices civils de Lyon possédait de vastes étendues de terrains ponctuées de fermes, de guinguettes et demarécages, dont le destin allait être de devenir le deuxième centre de la ville.
Grâce à la richesse des archives de ces Hospices civils, c’est de masses en îlots, de baux de location en actes de vente, de règlements de bâti en projets d’embellissement que l’on suit la progression de la ville par-delà le Rhône sur près d’un siècle et demi.
Peu à peu, les maisons de pisé des bords du fleuve disparaissent au profit d’immeubles cossus, des rues et places se dessinent, des églises, des écoles, des monuments s’érigent, de nouveaux modèles de bâti se font jour.
Affleurent ainsi les grandes règles de fabrication de la ville ordinaire, faisant de cette épopée urbaine, outre le récit d’une destinée particulière, un précieux apport méthodologique à l’histoire des formes urbaines.

Séminaire : Infrastructures, mobilisations, conflits (13 mars 2015)

La prochaine séance du séminaire ACREOR aura lieu le vendredi 13 mars de 9 h à 12 h ( UMR EVS, salle 604,  18 rue Chevreul).

Intervenants :
Anahita Grisoni (sociologue, UMR EVS)
Anaïs Volin (géographe, UMR EVS, doctorante)
Romain Garcier (géographe, UMR EVS)

Des grands travaux d’équipements, des projets d’infrastructures de transports ou de loisirs suscitent des mobilisations, voire des conflits entre acteurs politiques, économiques et citoyens, dans en Europe. Ces mobilisations ne relèvent pas seulement d’une contestation locale, mais fonctionnent pour certaines en réseau. Cette séance montrera comment les SHS se saisissent de ces objets de recherche à partir d’infrastructures ferroviaires de grande vitesse (le Lyon Turin, le projet Stuttgart 21), et nucléaires (Superphénix: voir notamment cet article).

Vient de paraître : La contre-révolution comptable. Ces chiffres qui (nous) gouvernent par Fabrice Bardet

La contre-révolution comptable. Ces chiffres qui (nous) gouvernent par Fabrice Bardet, aux Editions des Belles Lettres

Chacun ressent aujourd’hui le poids des indicateurs comptables qu’il faut renseigner, dans toutes les organisations, publiques ou privées, à tous les échelons hiérarchiques, provoquant de plus en plus souvent incompréhensions, frustrations ou blocages. Dans le même temps, les notations financières semblent forcer les gouvernants à proposer partout les mêmes politiques, standardisées. Aux citoyens comme à leurs représentants, les chiffres financiers et comptables paraissent dicter leurs lois.
Ce livre propose une plongée dans l’histoire des chiffres qui nous gouvernent à travers celle d’une revue scientifique anglaise critique, Accounting, Organizations and Society (AOS), qui observe, de l’intérieur même de la profession comptable, l’envahissement des comptabilités qui s’est opéré en quelques décennies. Créée en 1976 alors que le mouvement s’accélérait sous l’effet à la fois des crises budgétaires mais également de la démocratisation des ordinateurs, AOS constitue un observatoire unique et méconnu de cette invasion comptable qui a transformé en profondeur nos sociétés.
Dans un style très clair, Fabrice Bardet défend la thèse d’une contrerévolution comptable. Il distingue les différentes catégories de chiffres qui formatèrent les gouvernements au gré des époques, et permet de comprendre comment les comptabilités d’aujourd’hui s’opposent aux statistiques qui s’étaient imposées au XXe siècle à travers ce que les historiens nommèrent la « révolution probabiliste ». On envisage mieux les formes nouvelles du gouvernement contemporain qui ne cherche plus à prévoir ou à identifier les besoins collectifs sur le long terme, et se focalise à l’inverse sur l’instant présent et les responsabilités individuelles. Novateur et précis, ce livre offre une perspective inédite sur les chiffres qui nous gouvernent et propose des pistes pour reprendre leur contrôle, voire dessiner à nouveau des perspectives de progrès.

Ingénieur de l’ENTPE et docteur en science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Fabrice Bardet est chargé de recherches au laboratoire EVS-RIVES de l’Université de Lyon. Dans la lignée des travaux d’Alain Desrosières, il y développe depuis plusieurs années un programme de sociologie de la quantification. Il enseigne à l’ENTPE et à  Sciences Po Paris, au sein de la Paris School of International Affairs.

Matières, énergies, déchets : circulations territoriales et économie des circularités. Programme

logo-arc3Programme de la journée d’étude du 16 janvier 2015 (version provisoire) – Lieu : ENS de Lyon, IFE.

Pour mémoire, l’argumentaire de la journée est disponible ici.

Les interventions font 15 mn. Des textes, même courts, circulent à l’avance entre les participants.

9:00 Introduction: Romain Garcier, Laurence Rocher et Eric Verdeil

9:15 Séance 1. Discutant: à confirmer

Bernard Guy, Ecole nationale supérieure des mines de Saint-Etienne, EVS: Les circulations participent de la définition des produits

Pierre Desvaux, Université de Grenoble, PACTE : Le paradigme de l’économie circulaire au prisme de l’informel

10:45 Séance 2. Discutant: Fabrice Bardet, ENTPE, EVS

Natacha Gondran, EMSE, EVS : Estimation de l’empreinte écologique des 8 zones d’étude et d’aménagement du territoire, en France

Valérie Laforest et Jonathan Villot, EMSE, EVS : L’évaluation environnementale de scénarios de gestion mutualisée de déchets sur un territoire

Romain Garcier et Fanny Verrax, ENS de Lyon, EVS : Dans la boîte noire du non-recyclage. Le cas des terres rares

12:30 Pause déjeuner. Le déjeuner est pris au restaurant de l’ENS

14:00 Séance 3. Discutant : Nathalie Ortar, ENTPE, LET

Julie Le Gall, MCF ENS de Lyon, EVS: Circulations des produits agricoles et justice alimentaire des territoires métropolitains

Laurence Rocher (EVS Lyon 2) et Aurélie Dumain : Du déchet au jardin : pratiques du compostage collectif en milieu urbain

15:45 Séance 4. Discutant : Olivier Labussière (Pacte, Grenoble)

Bernard Gauthiez, U. Jean Moulin, EVS, Olivier Zeller, U. Lyon 2, EVS: L’espace des matières fécales, Lyon fin XVIIIe – milieu XIXe s.

Laetitia Mongeard, Lyon 2, EVS, Des gravats dans la ville : étude d’une filière de recyclage atypique ?

 

La Turquie, les disparités socio-territoriales d’une puissance régionale voisine de l’Europe

Dans le cadre de la formation du master AlterEurope, l’ENS de Lyon, l’IEP de Lyon et l’U. Jean-Monnet de Saint-Étienne organisent une conférence sur
La Turquie, les disparités socio-territoriales d’une puissance régionale voisine de l’Europe.
le Mardi 25 novembre de 14h15 à 17h en salle F 001.

avec Murat Guvenç, professeur à l’Université Kadir Has d’Istanbul, professeur invité à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne
et Jean-François Drevet, fonctionnaire honoraire à la Commission européenne, ancien élève de l’ENS Saint-Cloud.

Villes de l’Est, villes de l’Ouest, quels processus spatiaux?

Le Havre 29-31 octobre 2014

Organisé par le Groupe de Recherches International du CNRS « Espaces et réseaux urbains »,

l’UMR IDEES, l’UMR EVS, l’Académie des Sciences d’Ukraine, l’Académie des Sciences de Moscou

Avec le soutien de l’Université du Havre, de la région Haute-Normandie

Programme

Mercredi 29 octobre

A partir de 10:00 accueil des participants: Université du Havre 25 rue Philippe Lebon, Pôle Sciences Humaines

(réunion des membres du GDRI à 10:30 salle du PRSH)

12:45 déjeuner à la Brasserie universitaire

14:00  Ouverture, Michel Bussi, Cyrille Bertelle Vice Président de  l’Université du Havre

Villes et systèmes de villesPrésidence Michel Bussi

François MORICONI-EBRARD, UMR Espace Avignon. Les hiérarchies urbaines. L’Europe de l’Est: où en est la « caporalisation » des réseaux urbains vingt ans après la chute du Rideau de Fer?

Jean-Ch. EDOUARD  Hélène MAINET, Université de Clermont-Ferrand, CERAMAC. Entre besoin d’intégration et volonté d’autonomie: les villes petites et moyennes face au métropoles régionales. Regards croisés sur les régions urbaines de Cracovie et de Clermont-Ferrand

16:00 pause

16:30 Présidence Vladimir Kolosov

Nicolas ESCACH, ATER, UMR EVS, doctorant ENS Lyon. Les réseaux de villes baltiques contribuent-ils à mettre fin à la frontière Est/Ouest?

Maria ZOTOVA, IGRAN, Moscou. Kaliningrad as the center of double periphery : challenge to development.

Emmanuelle BOULINEAU, UMR EVS, ENS Lyon. Tropismes des villes de l’Ouest, tropismes des villes de l’Est : Dynamique spatio-temporelle des jumelages internationaux des villes de la Mer noire.

20:00 Dîner du colloque Régates du Havre

Jeudi 30 octobre

9:00 Évolutions dans les villes de l’Estprésidence Lydia Coudroy De Lille
Natalia ZDANOWSKA, master 2 université Paris 1. Métropolisation et système de villes en Pologne.

Simona GRADINARU, université de Bucarest. Urban changes in post-communist RomaniaLeonid RUDENKO, Ivan SAVCHUK, Académie des sciences d’Ukraine, Kiev. Les changements de la  population des villes de l’Ukraine depuis 30 ans.  10:30 pause

11:00 Présidence Leonid Rudenko Yvette VAGUET, UMR IDEES, Université de Rouen. Villes arctiques, villes périphériques – quelles dynamiques?

Olga VENDINA, IGRAN, Moscou: Moscow, monocentric urban morphology vs polycentric city life.

Aurore MEYFROIDT, UMR EVS, doctorante ENS Lyon. Une « frontière fantôme » dans un marché du logement en devenir? Le cas de la région métropolitaine Vienne-Bratislava

12:45 Déjeuner à la Brasserie universitaire

14:00 Mutations spatio-fonctionnelles Présidence Olga Vendina

Antoine LAPORTE, UMR EVS, ENS Lyon. La géographie diplomatique et consulaire de l’Allemagne

Monika MURZYN-KUPISZ   Jarosław DZIAŁEK, Université de Cracovie. Cultural investments and regeneration of (post)-industrial areas. The case of Zabłoce in Krakow

Adrien FAUVE, docteur CERI Sciences-Po Paris. Histoires de statues au Kazakhstan: la production erratique de l’espace autoritaire.

15:30 pause

16:00Mutations intra urbaines

Présidence Yvette Vaguet

Ana BAIDAN, doctorante TVES Université Lille 1. Les nouvelles zones résidentielles de Bucarest: entre gouvernance publique et investissements privés.

Caroline BOULOC, UMR Géographie-cités, Paris 1. L‘habitat élitaire à Varsovie après 1989.
Marija CVETINOVIC, Ecole polytechnique fédérale, Lausanne. Unfolding urban planning model for top-down management of urban conflicts in a post socialist city: case study of Savamala neighbourood in Belgrade.

18:00 Table ronde publique: Les villes moyennes dans la métropolisation

avec V.Kolosov, L.Rudenko , I.Savchuk, E.Boulineau, Jean-Charles Edouard, Hélène Mainet, Michel Bussi

Vendredi 31 octobre

9:00   Réseaux et circulation Présidence Emmanuelle Boulineau

Daniel FLORENTIN, doctorant LATTS, Université Paris-Est. La grande transformation infrastructurelle: les réseaux techniques face à la transformation post-socialiste. Le cas de l’eau et du chauffage urbain fans l’Est de l’Allemagne.

Richard ZELEZNY, doctorant Université Paris Est, Prague. Les « villes du tramway » en France et en République Tchèque: origines similaires, évolutions différentes, enjeux communs.

Pierre THOREZ, UMR IDEES, Université du Havre. L’explosion du taux de motorisation et son impact sur les villes en Russie.

11:00 Pause

11:30  Conclusions  Vladimir KOLOSOV

12:45 Déjeuner à la Brasserie universitaire

14:00  Visite du port et de la ville du Havre

18:00 Fin du colloque

Séminaire La construction des environnements 2014-15

Programme du séminaire La construction des environnements, organisé dans le cadre de l’UMR EVS et validé par l’Ecole doctorale 483 Sciences Sociales

Lieu : UMR EVS – 18, rue Chevreul, 69007 Lyon – Salle 604 (ascenseur à droite en entrant)

Horaires : 9 h – 12 h[1]

Organisateurs :

Lydia Coudroy de Lille (lydia.coudroydelille@univ-lyon2.fr)

Laurence Rocher (laurence.rocher@univ-lyon2.fr)

Eric Verdeil (eric.verdeil@normalesup.org)

Volume horaire : 20 h (7 séances de 3 heures)

Présentation générale : Acréor est l’acronyme d’un des axes thématiques de l’UMR Environnement Ville Société (EVS), intitulé « Action, régulation, organisation : la construction des environnements ». Il interroge les actions, les processus d’organisation et de régulation au service de la construction des environnements. Ces derniers sont entendus ici comme espace habité, aménagé, approprié par une / des organisations politiques et sociales, autrement dit, comme territoires. Il s’agit à la fois de comprendre comme des acteurs organisent, régulent, gouvernent leur environnement territorial, et comment à l’inverse des dynamiques spatiales incitent les individus ou organisations à reconsidérer leurs stratégies et moyens d’action sur le territoire. Le séminaire ACREOR en 2014-15 préfigure également des séminaires d’ateliers du futur projet de l’UMR EVS, et est ouvert à la formation doctorale de l’ED 483 aux doctorants[2] issus de différentes disciplines : géographie, urbanisme, sociologie, anthropologie.

Validation : Les doctorants inscrits doivent être assidus. Les présentations de doctorants sont soit incluses dans des séances thématiques, soit occupent une partie du créneau horaire d’une séance (mention « Atelier doctoral »).

Chaque séance, sauf celle du 16 janvier, laisse une place aux doctorants pour exposer et discuter leurs travaux, sous différentes modalités :

-de manière intégrée à une séance thématique

-au cours d’une séance sous la forme 20 mn de présentation, 20 mn de discussion (mention « atelier doctoral »)

-lors de la séance du 22 mai, pour les autres.

Programme

7 novembre 2014 : Discussion autour de l’ouvrage Le développement durable. Une nouvelle affaire d’Etat, de Pierre Lacousmes, Laure Bonnaud et Emmanuel Martinais (Paris, PUF, coll  « L’écologie en questions », 2014) en présence d’Emmanuel Martinais (EVS) et de Laure Bonnaud. La discussion sera animée par Florian Charvolin  (CMW)

Cet ouvrage analyse la fusion des ministères de l’équipement et de l’écologie. Le livre montre le contexte politique particulier qui a inscrit cette vaste réforme à la fois comme une action symétrique au Grenelle de l’environnement et comme l’affirmation d’une écologie de droite. Au-delà de ce volontarisme, il souligne l’importance des facteurs historiques et des enjeux professionnels qui ont rendu possible cette fusion présentée comme un modèle réussi de modernisation de l’État.

Atelier doctoral : Marine Huet (EVS) : Expérience de la mixité sociale et rapports à l’altérité : la mixité est-elle toujours favorable à l’inclusion ?

5 décembre 2014 Echanger dans les Balkans : une relecture des frontières 

Emmanuelle Boulineau (UMR EVS), Clément Corbineau (UMR EVS), Olivier Givre (CREA).

A partir d’analyses anthropologiques et géographiques, on montrera que les frontières balkaniques généralement associées aux frontières  étatiques, ethniques ou religieuses connaissent des recompositions qui interrogent leur nature et leur labilité dans le temps et dans l’espace.

16 janvier 2015 : Produits, matériaux, déchets : circulations territoriales et économie des circularités

Romain Garcier (EVS), Laurence Rocher (EVS), Eric Verdeil (EVS),

Au cours de cette journée seront présentées des communications reposant sur des approches disciplinaires et des objets variés qui s’intéressent à caractériser et à analyser les circulations et circularités à partir de lectures matérielles et territoriales. Comment, dans le monde contemporain, face aux impératifs du développement durable, les choses, les matières, circulent-elles ou devraient-elles circuler ? Comment comprendre, décrire, modéliser et analyser les processus de circulation des choses dans l’espace et dans le temps ? Quelle est l’importance et la signification environnementale, éthique, économique, sociale des circulations ? Comment identifier et analyser les systèmes et agencements complexes qui combinent des phénomènes physiques, des dispositifs technologiques, des collectifs d’acteurs humains et non-humains, et des modes de régulation (juridique, sociale) ?

Le programme sera annoncé prochainement.

Attention date modifiée : 20 mars (et non plus 13 févirer) 2015 : Recyclage et recycleurs : l’Amérique des Skid Rows

Anaïk Purenne (EVS), Benoît Raoulx (ESO, Caen)

En quoi la circulation de déchets ménagers aussi banals que des cannettes vides peut-il éclairer, voire transformer le rapport au territoire et aux institutions de certains groupes marginalisés ?

Le cas de Vancouver. Le film Traplines sera projeté et commenté par son auteur, Benoît Raoulx.

Atelier doctoral : XXX

13 mars 2015 : Infrastructures, mobilisations, conflits

Anahita Grisoni (EVS), Laurence Rocher (EVS), Anaïs Volin (EVS)

Des grands travaux d’équipements, des projets d’infrastructures de transports ou de loisirs suscitent des mobilisations, voire des conflits entre acteurs politiques, économiques et citoyens, dans divers pays d’Europe. Ces mobilisations ne relèvent pas seulement d’une contestation locale, mais fonctionnent pour certaines en réseau. Cette séance montrera comment les SHS se saisissent de ces objets de recherche à partir de plusieurs cas d’étude (France, Italie, Allemagne) et de deux disciplines (géographie, sociologie).

 3 avril  2015 : Réseaux de villes, entre diplomatie et coopération territoriale

Antoine Laporte (EVS), Nicolas Escach (EVS)

L’étude des réseaux de villes révèle une structuration géographique qui n’est pas le produit d’acteurs majeurs (États, firmes) et ne peut être étudiée à partir d’indicateurs majeurs (flux d’IDE, nombre de sièges sociaux, PIB, ect.). Les coopérations territoriales, dont les actions ne sont pas quantifiables, sont rarement abordées et considérées comme stratégiques. L’addition de ces interactions, certes modestes, finit pourtant par révéler une géographie structurante de l’Europe et ouvre sur une géopolitique peu conventionnelle mais néanmoins pertinente en parallèle de celle plus classique proposée par les analyses des réseaux urbains fondés sur des flux économiques.

Atelier doctoral : Aurore Meyfroidt (EVS) : Logement abordable et fabrique métropolitaine à Vienne et Bratislava

22 mai 2015 : Atelier doctoral

Les doctorants inscrits au séminaire au titre de leur formation doctorale présentent leur propre recherche (sauf ceux qui l’ont déjà fait dans les séances précédentes), et font un retour sur l’apport de ce séminaire pour leurs propres travaux.

Les modalités concrètes de cette présentation seront précisées ultérieurement, en fonction du nombre d’inscriptions.


[1] Horaire et salle seront spécifiés pour la séance du 16 janvier 2015

[2] Dans l’ensemble du texte, lorsqu’il est question de « doctorant » il est question également de « doctorantes ».

Istanbul, 1914-2014 : urbanisme et politique

Conférence de Murat Güvenç, professeur invité INSA de Lyon/EVS

Le jeudi 12 juin de 18h à 20h, lieu : INSA de Lyon, Amphi Marie Curie, Médiathèque de l’INSA télécharger plan (T1 station INSA Einstein)

Taksim Gezi Park protests, a view from Taksim Square on 4th June 2013. Auteur : VikiPicture Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported (http://commons.wikimedia.org)

Des mobilisations de Gezi aux récentes élections municipales, les questions d’aménagement urbain et d’urbanisme ont été au centre des controverses politiques à Istanbul, métropole transformée par une série d’immenses projets visant à internationaliser la ville autant qu’à asseoir l’hégémonie du parti dominant. Mais ces bouleversements prennent aussi sens à la lumière de la trajectoire d’Istanbul sur les cent dernières années, capitale déchue de l’empire ottoman puis nouvelle mégapole industrielle de la Turquie en voie de modernisation. A chacune de ces époques ont correspondu des politiques urbaines et des structures de peuplement spécifiques.

Les travaux de Murat Güvenç, géographe et sociologue à l’Université Şehir d’Istanbul, basés sur la cartographie et la mise en évidence des structures socio-spatiales, renouvèlent l’interprétation de ces périodes successives en soulignant à la fois les continuités d’une destinée urbaine hors-norme et les ruptures de cette histoire.

La conférence prend place dans le cycle des Voyages du Savoir organisé par le GREMMO

Pour aller plus loin :

Güvenç, Murat. 2010. « Istanbul 1910-2010. Une approche historique et socio-spatiale ». Urbanisme, no 374 (septembre): 47‑51. (à télécharger ici)

Programme des séminaires et conférence autour du professeur Murat Güvenç, invité à Lyon

Murat Güvenç est professeur invité à l’INSA et EVS du 15 mai au 15 juin 2014. Géographe et sociologue, il est professeur à l’Université Sehir d’Istanbul où il dirige le Centre for Urban Studies.

Depuis plusieurs années, une collaboration avec l’UMR EVS s’est établie, notamment autour de la thèse d’Elvan Arik sur les politiques et les usages énergétiques à Istanbul, et plus largement sur les politiques métropolitaines dans cette ville qui constituent le thème central des recherches de Murat Güvenç.

Ses travaux utilisent des méthodes quantitatives à partir de données socio-économiques localisées et cartographiées pour analyser les grandes tendances de l’urbanisation de cette ville et plus largement, de la Turquie.

Schooling Profiles à Istanbul

A titre d’introduction à ses recherches, on peut lire en français :

  • Güvenç, Murat. 2010. « Istanbul 1910-2010. Une approche historique et socio-spatiale ». Urbanisme, no 374 (septembre): 47‑51. (à télécharger)

Durant son séjour, Murat Guvenç interviendra notamment dans deux séminaires et une conférence:

  • mercredi 28 mai, 15h-17h, ENS de Lyon, Biogéophile: Transformations ragionales et aménagement du territoire en Turquie, discussion animée par Antoine Laporte
  • mardi 10 juin, de 14h à 17h, séminaire IMUalpha sur Big Data et structures urbaines (plusieurs interventions dont celle de M. Guvenç)(programme détaillé)
  • jeudi 12 juin à 18h, conférence à l’INSA (amphi Freyssinet – département Génie Civil et Urbanisme),  (en co-organisation avec le GREMMO, dans le cadre des Voyages du Savoir) : Istanbul 1914-2014: urbanisme et politique

Voir sa page web. Pour tout renseignement, contacter eric.verdeil _at_ normalesup.org ou elvan.arik _ at_ insa-lyon.fr

Colloque international : Les chemins politiques de la transition écologique

Organisateurs : UMR5600 Environnement, Ville, Société (Université de Lyon) Laboratoire de Changement Social et Politique (Université Paris 7, Denis Diderot, Mines-Télécom

 27 et 28  octobre 2014 à l’ENS Lyon, site Descartes

La nécessité de passer d’un mode de développement destructeur de la nature à un autre qui serait plus « vert » ou plus « durable » a été réaffirmée par l’ensemble des Etats de la planète lors du Sommet de Rio +20 en juin 2012 (lien). D’où l’emploi à quatre reprises du terme « transition » dans le texte de base proposé comme point de départ aux négociateurs. Le flou demeure cependant sur ce dont il s’agit. L’idée de « transition », par exemple en physique ou en économie, renvoie au passage d’un état bien défini vers un autre état bien défini. Or en matière de « transition écologique » si un accord se fait peu à peu sur la nécessité d’intégrer les écosystèmes dans la gouvernance des sociétés, et donc en creux sur le diagnostic d’un mode de développement qui est en l’état peu compatible avec cet objectif, pratiquement toutes les autres enjeux font débat, tant en termes théoriques que pratiques. L’examen des propositions faites par les diverses sciences depuis plusieurs décennies en témoigne : ce qu’il faut entendre par « écologisation » du modèle dominant de société fait problème. Ceci pose en creux la question de ce qui fait obstacle, et amène à interroger ce dans quoi nous sommes pris : est-ce la modernité ? Le capitalisme ? Le libéralisme ? L’anthropocentrisme ? Si à l’évidence se posent des questions de rapports de force, les diagnostics sont nombreux et contradictoires.

La problématique de la transition ne se limite pas à l’échelle globale, elle est reprise à tous les échelons de l’action collective, sous une diversité de dénominations. Des ouvrages militants, tels que Transition écologique, mode d’emploi (Hopkins, 2011) mettent l’accent sur la double crise économique et écologique, arguant la nécessité d’un débat public. D’autres cherchent au contraire à engager la lutte, comme à Notre-Dame-des-Landes, ou dans une Ardèche menacée par l’extraction des gaz de schiste. Ici comme ailleurs cette notion renvoie à des actions qui peuvent paraître s’exclure et se critiquer les unes les autres, ce qui pose la question du contenu exact de l’enjeu. Quelle place du politique ? De la société civile ? De l’économie ? De notions (ré)émergentes, telles que le « bien commun » ? S’agit-il d’une disparition des idéologies (« tous écolos ! ») ou au contraire d’un ré-enchantement de la politique, au sens d’une référence à un grand récit, à un sens de l’histoire ? La « transition » n’est-elle qu’un nouvel avatar de la guerre des mots, les trente dernières années ayant vu l’apparition, l’usage et l’absorption d’autres notions pouvant sembler proches sinon identiques (développement durable, crise écologique, décroissance, résilience, etc.) ? Quel est le rapport de ces publics aux partis dits verts, qui ont longtemps dominé la scène, sur ces questions, mais semblent désormais jouer le rôle d’un repoussoir, au bénéfice de courants éco-socialistes, éco-marxistes, éco-libertaires, d’un côté, et de l’autre un « capitalisme vert » qui semble ne pas perdre de temps avec la sémantique ? En termes sociogéographiques, le cadre de la transition écologique s’applique-t-il de façon égale à tous les territoires et à toutes les luttes à travers le prisme uniformisant de la mondialisation, faisant abstraction des histoires et des ancrages politiques locaux, notamment en rapport avec les contextes postcoloniaux ? Enfin, comment différencier l’engagement du militantisme, lorsque le changement s’applique à toutes les dimensions de la vie des personnes, et quel est le rôle de la contrainte, qu’elle soit économique, écologique ou politique ?

Les propositions de communications feront 5000 signes maximum et sont à envoyer avant le  10 juin 2014 à l’adresse anahita.grisoni@ens-lyon.fr . Les propositions qui mettront en relation une analyse théorique et un travail empirique seront privilégiées. Le résultat de la sélection sera transmis aux candidats à la fin du mois de juin 2014.

Propositions de sessions

1)      Rupture ou continuité : atelier 1) rupture sociale, atelier 2) rupture épistémologique

2)      Formes de la transition : atelier 1) transformations sur le territoire, atelier 2) pratiques de consommation et transition

3)      Conservatisme ou émancipation ? : atelier 1) spiritualité et transition atelier 2) une vision apolitique de l’histoire ?

4)      La transition vers quoi ? Considérations anthropologiques, écologiques et politiques

Bibliographie

ARNSPERGER, Christian, « Fonder l’économie écologique, Crise environnementale, crise économique et crise anthropologique », Revue d’éthique et de théologie morale, 2013/HS (n° 276)

COUTROT, Thomas, FLACHER, David, MEDA, Dominique (dir.),  Pour en finir avec ce vieux monde. Les chemins de la transition, Utopia, Paris, 2011

FREMEAUX, Philippe, KALINOWSKI, Wojtek, LALUCQ, Aurore, Transition écologique, mode d’emploi, Les petits matins, Paris, 2010

HOPKINS, Rob, Manuel de Transition : de la dépendance au pétrole à la résilience locale, Les Éditions écosociété,‎ 2010

JUAN, Salvador, La transition écologique, Eres, Paris, 2011

Appel à communication Villes de l’Est, villes de l’Ouest, quels processus spatiaux?

Colloque international

 Organisé par le Groupe de Recherches International du CNRS « Espaces et réseaux urbains »

 Villes de l’Est, villes de l’Ouest, quels processus spatiaux?

LE HAVRE,  29 – 31 octobre 2014

De profondes transformations politiques, économiques et sociales se produisent en Europe Centrale et Orientale depuis la fin du 20ème siècle. Les villes occupent une place essentielle dans les mutations que traversent les États, notamment post-soviétiques et post-socialistes. Elles sont les pôles de diffusion de l’innovation et des évolutions de la société. A l’échelle du continent européen, les villes sont en effet au coeur des transformations multiscalaires qui se manifestent sur l’ensemble du territoire et affectent tous les aspects de la société. Ces transformations se caractérisent par des mutations fonctionnelles, des évolutions structurelles et sectorielles ainsi que des modifications des formes d’organisation sociale. Au début du 21ème siècle la question de la gouvernance se pose de plus en plus dans les villes européennes, en raison de l’expansion urbaine et de l’étalement urbain. Dans plusieurs pays un nouveau découpage administratif et de nouvelles formes de gouvernance sont mis en oeuvre, par exemple en France se développent la coopération intercommunale, les communautés d’agglomération et finalement les métropoles. Qu’en est-il des espaces urbains en Europe Centrale et en Russie?

Toutes les sciences humaines apportent leur contribution à l’analyse de ces processus. Continuer la lecture

Sociétés, espaces et cultures cinématographiques en Europe médiane

Un cinéma à Lodz

Un cinéma à Lodz

Plusieurs membres de l’axe ACREOR de l’UMR EVS participeront à la Journée d’étude Sociétés, espaces et cultures cinématographiques en Europe médiane

Vendredi 21 mars 2014 à l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, Paris 75006

Organisation:  EVS et GDR CNRS « Connaissance de l’Europe médiane » intitulée « Sociétés, espaces et cultures cinématographiques en Europe médiane » Continuer la lecture

Séminaire (15 avril 2014 ) Les territoires face aux changements climatiques. Une première génération d’initiatives locales

574093_Bertrand_RocherUne présentation discussion du livre de Bertrand François et Rocher Laurence éd., 2013, Les territoires face aux changements climatiques. Une première génération d’initiatives locales, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang.

aura lieu à l’ENTPE / Rives (salle D114) le 15 avril 2014 de 12h à 14H. La discussion sera introduite par Emmanuel Martinais

Présentation de l’éditeur:

Les contributions réunies ici s’intéressent aux modalités de prise en compte et aux conditions de manifestation des changements climatiques à l’échelle locale à partir de réflexions complémentaires sur les processus d’institutionnalisation et l’évolution des référentiels d’action, ainsi que sur des études de terrain.
Des analyses centrées sur les politiques publiques spécifiquement dédiées à l’enjeu des changements climatiques (étudiées de façon générale en France et plus particulièrement aux niveaux des régions et de deux métropoles – Paris et Lyon) sont croisées avec l’analyse de situations où l’enjeu du climat arrive « par la marge », via la gestion des risques dans les milieux littoraux ou par le biais de mobilisations sociales (mouvement des « Transition Towns »).
Cette diversité de points de vue permet de nourrir une discussion sur l’évolution de concepts clés associés à l’action territoriale, tels ceux de vulnérabilité, d’adaptation et de durabilité, potentiellement remis en cause par l’impératif d’agir localement sur les changements climatiques. Ce qui conduit à interroger en quoi la question du climat vient changer – ou au contraire, faire perdurer – les assises de l’action locale et environnementale et les préceptes du développement durable. Continuer la lecture

Séminaire sur le livre : Le gouvernement des catastrophes (27 mai)

le-gouvernement-des-catastrophesLe mardi 27 mai 2014, le séminaire ACREOR sera consacré au livre récent de Sandrine Revet et  Julien Langumier, Le gouvernement des catastrophes (Karthala, 2013). La discussion sera introduire par Marie Augendre (EVS, Lyon 2).

Le séminaire aura lieu au laboratoire RIVES (ENTPE, Vaulx en Velin), salle à préciser, de 12h à 14h.

A propos du livre et de ses auteurs

Événements exceptionnels appelant une réponse rapide, les catastrophes se gouvernent. Elles impliquent les autorités locales et nationales, des organisations non gouvernementales, des experts et des scientifiques, des agences multilatérales et les habitants eux-mêmes. Elles mettent en jeu des instruments et des dispositifs variés de politique publique.

La grippe aviaire à Hong Kong en 2009, les coulées de boue d’Alma Ata au Kazakhstan dans les années 1960, le Tsunami de 2004 au Sri Lanka, les inondations du Rhône en France de 2003 et celles qui ont touché Santa Fe en Argentine en 1999, la contamination à la dioxine de 1976 à Seveso, en Italie : six cas singuliers, parmi de nombreux autres, dont l’analyse comparée permet de dégager continuités et similitudes du gouvernement des catastrophes. Les enquêtes historiques et ethnographiques montrent comment les sinistrés, trop souvent réduits à leur condition de victimes, soumettent les mesures et les procédures qui leur sont appliquées à la critique. Elles interdisent de s’en tenir à la seule problématique de la « culture du risque » des populations affectées. Elles éclairent les multiples appropriations et transformations dont les dispositifs de gouvernement font l’objet. Elles révèlent les contextes politiques, sociaux et économiques des catastrophes pour réinscrire ces événements, singuliers et traumatisants, dans le temps long et la densité des configurations sociales.

Sandrine Revet est anthropologue (SciencesPo-CERI). Elle a notamment publié Anthropologie d’une catastrophe (Presses de la Sorbonne nouvelle, 2007) à propos des coulées de boue au Venezuela, en 1999. Elle poursuit une enquête sur le gouvernement international des catastrophes sur des terrains latino-américains et au sein des organisations internationales. Julien Langumier est ethnologue (UMR CNRS Environnement, ville et société). Il a notamment publié Survivre à l’inondation. Pour une ethnologie de la catastrophe (ENS Éditions, 2008) au sujet des inondations des Basses plaines de l’Aude. Il développe une ethnographie des institutions pour saisir les interactions entre politiques publiques et pratiques des populations.

Sur le site de l’éditeur