Recyclage et recycleurs : l’Amérique des Skid Rows. Date modifiée : 20 mars

date modifiée : 20 mars (et non plus 13 févirer) 2015 :

Anaïk Purenne, sociologue (EVS-RIVES ENTPE), Benoît Raoulx, géographe, UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés, Caen

En quoi la circulation de déchets ménagers aussi banals que des cannettes vides peut-il éclairer, voire transformer, le rapport au territoire et aux institutions de certains groupes marginalisés ? C’est à cette question que l’on propose d’apporter des éléments de réponse, à travers cette séance (et deux interventions) portant sur le quartier du Downtown Eastside à Vancouver (environ 16.000 habitants), sorte de « quartier de relégation » qui, comme dans d’autres villes nord-américaines, se situe en plein centre de la ville, à deux pas du quartier des affaires et des zones touristiques.

Les coupes successives dans les budgets d’aide sociale de la province ont contribué au développement de petites activités de survivance autour notamment de la récupération de cannettes et de bouteilles dans les poubelles (scavenging ou binning). Une association de recyclage baptisée United we can s’est constituée autour de visées d’empowerment : concrètement, il s’agit de faire mieux se connaître et reconnaître des populations marginales de plus en plus paupérisées. Au-delà d’un petit revenu complémentaire (de l’ordre de 5 dollars par tournée quotidienne), ces activités informelles permettent aux personnes qui s’y impliquent de développer un savoir-faire spécifique basé sur la circulation dans la ville. Dans quelle mesure ces activités peuvent-elles leur permettre également de devenir des acteurs reconnus de l’action municipale en matière de recyclage, à l’heure où le nouveau maire de Vancouver entend faire de la ville l’un des fleurons écologiques de la côte Pacifique ?
Benoït Raoulx est l’auteur du film Traplines qui sera montré pendant la séance.

Résumé: A Vancouver, sur la côte pacifique du Canada. Peter and Doe vont relever leur piège, leur trapline. Ils fouillent les poubelles pour ramasser canettes et bouteilles à 5 ou 20 cents. Le produit est ramené au dépôt de l’association United We Can, situé dans le quartier le plus pauvre. Ces trappeurs des villes fréquentent discrètement les allées de service dans les quartiers résidentiels et s’adaptent aux rythmes de la ville, développant ainsi un savoir-faire géographique. A partir des marges, le film porte un regard sur le coeur de la société.

Anaïk Purenne, sociologue, UMR CNRS 5600 Ville Espace Société, Lyon

Récemment, ces activités informelles, et en particulier la revente des petits objets de récupération qui ne sont pas recyclés par United we can, ont fait l’objet d’opérations policières qui se sont traduites par un nombre élevé de contraventions pour infractions aux règlements municipaux sur le commerce de rue. L’un des motifs invoqués par les policiers pour justifier cette sévérité accrue est que les activités informelles des vendeurs de rue, serviraient de « couverture » à la vente illégale de produits stupéfiants. Des mobilisations sociales initiées par des groupes s’inscrivant dans une tradition d’activisme radical ont à leur tour pris pour cible ces activités répressives pour dénoncer la criminalisation de la misère et le rôle de la police dans l’aggravation des inégalités.

Les enjeux qui se cristallisent autour du recyclage de certains objets (à la fois les circuits formels de collecte de ces objets et leur « seconde vie » dans l’économie informelle) peuvent ainsi constituer un prisme intéressant pour saisir le rapport à la ville de populations perçues comme aux marges de celle-ci.

La séance aura lieu le vendredi 20 mars 2015 à 10h, salle 604 de l’UMR 5600, 18 rue Chevreul 69003 Lyon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *