Appel à communication Villes de l’Est, villes de l’Ouest, quels processus spatiaux?

Colloque international

 Organisé par le Groupe de Recherches International du CNRS « Espaces et réseaux urbains »

 Villes de l’Est, villes de l’Ouest, quels processus spatiaux?

LE HAVRE,  29 – 31 octobre 2014

De profondes transformations politiques, économiques et sociales se produisent en Europe Centrale et Orientale depuis la fin du 20ème siècle. Les villes occupent une place essentielle dans les mutations que traversent les États, notamment post-soviétiques et post-socialistes. Elles sont les pôles de diffusion de l’innovation et des évolutions de la société. A l’échelle du continent européen, les villes sont en effet au coeur des transformations multiscalaires qui se manifestent sur l’ensemble du territoire et affectent tous les aspects de la société. Ces transformations se caractérisent par des mutations fonctionnelles, des évolutions structurelles et sectorielles ainsi que des modifications des formes d’organisation sociale. Au début du 21ème siècle la question de la gouvernance se pose de plus en plus dans les villes européennes, en raison de l’expansion urbaine et de l’étalement urbain. Dans plusieurs pays un nouveau découpage administratif et de nouvelles formes de gouvernance sont mis en oeuvre, par exemple en France se développent la coopération intercommunale, les communautés d’agglomération et finalement les métropoles. Qu’en est-il des espaces urbains en Europe Centrale et en Russie?

Toutes les sciences humaines apportent leur contribution à l’analyse de ces processus.

Le colloque « Villes de l’Est, villes de l’Ouest, quels processus spatiaux? » est centré sur les processus spatiaux, tant à l’intérieur des espaces urbanisés, villes, agglomérations, communautés urbaines, que dans les espaces périurbains qui ne cessent de s’étendre dans une périphérie de plus en plus éloignée. Le colloque traitera également de l’influence des villes sur l’organisation du territoire aux différentes échelles, régionale, nationale voire continentale ainsi qu’aux processus qui concourent à la recomposition continue des aires d’influence urbaine et de leur hiérarchie.

A l’échelle urbaine et périurbaine

Les communications attendues porteront sur les processus internes aux espaces urbains, en particulier sur les mutations morphologiques, fonctionnelles et sociales, notamment l’élaboration et la déclinaison opérationnelle des documents de planification et d’urbanisme, le recul des activités industrielles, l’utilisation et la reconversion des friches, l’aménagement des centres villes, l’évolution de la localisation des activités tertiaires dont le commerce, les problèmes de congestion des villes centrales, les systèmes de transport, les phénomènes de polarisation sociale, de gentrification des quartiers centraux et de dégradation des banlieues. Des communications pourront être proposées sur l’étalement urbain, les formes de la périurbanisation et les processus d’évolution de vastes espaces de résidences secondaires (datchas) en Europe orientale et leur transformation en habitations permanentes.

Les processus peuvent être spontanés ou résulter de programmes de promoteurs immobiliers publics ou privés, acteurs de la réhabilitation et de la rénovation urbaine et créateurs de lotissements. L’apparition du marché foncier influence-t-il les mutations morphologiques et fonctionnelles intra- et péri urbaines, en particulier le développement des enclaves résidentielles et l’extension de l’habitat individuel dans les périphéries? Quel est le rôle de l’accessibilité et du transport dans la production de l’espace?

Les approches comparatives seront bienvenues. Il semble que même si les formes morphologiques se ressemblent, on ne peut pas les expliquer par les mêmes raisons et qu’à l’inverse, les mêmes facteurs peuvent aboutir à des formes morphologiques différentes.

A l’échelle des réseaux urbains

Des communications sont attendues sur l’évolution des réseaux urbains entre centralité renforcée et polycentrisme. Les avantages de la métropolisation – la localisation géographique des grandes villes au centre de réseaux de communications et des flux, la croissance de la concentration territoriale des ressources financières et du capital humain, le développement accéléré des activités tertiaires de haut niveau et du potentiel créateur – étouffent-ils les structures polycentriques qui permettent d’éviter les coûts sociaux imposés par l’hypertrophie des villes mondiales – l’augmentation permanente des prix de l’immobilier, l’extrême polarisation et les pathologies sociales, la pollution et la dégradation de l’environnement – ?

On cherchera à comparer entre les États de l’Ouest et de l’Est de l’Europe, les processus de développement et de blocage des liaisons « horizontales » entre les centres régionaux évitant la capitale et entre les villes petites et moyennes contournant la ville centrale. L’analyse des effets de la métropolisation sur les fonctions des villes petites et moyennes, et d’autres lieux habités retiendra l’attention. Depuis l’élargissement de l’Union Européenne, des réseaux de villes transgressent-ils les anciennes frontières au coeur de l’Europe?

Quelle gouvernance?

Les limites «réelles» de la ville ne correspondent que rarement aux frontières administratives des unités territoriales. Alors que dans plusieurs pays des réformes sont en cours à la recherche de nouveaux modes de découpage et de gestion des territoires urbains, en Russie et en Ukraine, il y a encore peu de normes législatives établissant le cadre de la coopération entre la ville centrale et les autres municipalités de l’agglomération urbaine. Généralement les autorités locales essayent de construire une « verticale de pouvoir » réunissant toute la région métropolitaine au sein d’une seule administration.

D’autre part dans les États post-soviétiques et post-socialistes, les grandes sociétés publiques et privées ont désormais, fréquemment, beaucoup plus d’influence sur le développement régional et urbain que les municipalités et même les autorités régionales. Les intérêts privés dominent souvent les intérêts publics. Les grandes métropoles régionales dépendent de plus en plus d’investissements privés et de projets extérieurs. Néanmoins, les autorités manifestent un intérêt croissant à la transformation de leur ville en centres économiques, financiers et culturels de vastes territoires qui comprennent les régions et les villes voisines

 Calendrier

 Avant le 30 avril 2014, envoi des propositions de communication à l’adresse suivante :

colloque.villes@univ-lehavre.fr

en respectant les consignes suivantes :

– maximum une page A4, Times New Roman 12

– titre, auteur(s), fonction(s), affiliation(s),

– mots-clés (maximum cinq),

– résumé (problématique, méthodologie).

Mai 2014, examen par le comité scientifique

Juin 2014, annonce des communications retenues

Fin juin 2014, inscriptions au colloque

Avant le 15 septembre 2014, envoi d’un résumé d’une page

2015, publication des textes retenus par le comité

 Comité Scientifique

Isolde BRADE, Leibniz-Institut Leipzig

Michel BUSSI, Université de Rouen

Sebastian LENZ, Leibniz-Institut Leipzig

Lydia COUDROY de LILLE, Université Lyon 2 Lyon

Denis ECKERT, CNRS

Vladimir KOLOSSOV, Académie des Sciences Moscou

Zoltan KOVACS, Académie des Sciences Budapest

Jean RADVANYI, INALCO Paris

Leonid RUDENKO, Académie des Sciences Kiev

Pierre THOREZ, Université du Havre

Andreï TREIVISH, Académie des Sciences Moscou

Olga VENDINA, Académie des Sciences Moscou

Téléchargez l’appel à contribution PDF

Call for Papers PDF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *