Compte rendu de la séance de séminaire consacrée à Timothy Mitchell, Carbon Democracy. Political Power in the Age of Oil

Structure de la séance

Présentation du livre, par Eric Verdeil

Remarques sur l'intérêt de Mitchell pour les géographes, par Romain Garcier

Questions diverses et discussion

Ressources complémentaires

Présentation du livre, par Eric Verdeil

Au croisement des sciences politiques, de la sociologie d'inspiration latourienne (attention aux actants non humains) et callonienne (sociologie de la traduction) et de l'histoire du Moyen-Orient, l'œuvre de Timothy Mitchell intéresse également au premier chef les géographes.

Son livre précédent, Rules of Experts, Egypt, Technopolitics, Modernity, s’attachait aux techno-logiques du "développement", à propos des marchés du blé et des œufs en Egypte, et ou à travers le rôle du moustique comme vecteur du paludisme, en lien avec la construction du premier barrage d'Assouan, puis l'invention du DDT ; ou encore à travers l'émergence d'une nouvelle économie coloniale de la canne à sucre, première bénéficiaire des nouveaux dispositifs d'irrigation; des analyses stimulantes étaient aussi consacrées à la naissance du cadastre égyptien et à l’« invention » de l’Egypte via les techniques de la comptabilité nationale1. Ce faisant, Mitchell prête attention aux dispositifs matériels et technologiques, aux calculs et aux outils qui construisent la réalité, et qui contribuent à l'articulation des intérêts. Les agencements de l'humain et du non-humain recomposent dans le même temps les rapports de domination.

Mitchell T., 2011, Carbon democracy : political power in the age of oil, London ; New York, Verso, 278 p.

Le nouvel ouvrage présenté aujourd’hui est consacré à l'analyse du pouvoir politique à l'époque du pétrole. Il met en avant l’idée d’un lien consubstantiel entre les formes d’organisation des sociétés démocratiques et leur approvisionnement énergétique. En perspective, cette analyse pose la question de la transition énergétique actuelle

Le livre, globalement, suit une marche chronologique, et ses chapitres sont une série d’aller-retour entre le Moyen Orient et les pays occidentaux2. J’en fais une présentation analytique avant de revenir sur quelques réflexions transversales à la suite.

Argument

Le point de départ du livre est une analyse des rapports entre émergence de la nouvelle économie de la révolution industrielle (à partir de la fin du XVIIIe s. en Angleterre), du rôle central du charbon dans cette économie et de la restructuration subséquente des rapports de force dans les pays industriels et dans les relations entre ces derniers les pays colonisés. La concentration des infrastructures et des masses d'hommes permet l'émergence de revendications portant sur les droits politiques et sociaux et leur satisfaction, en raison du pouvoir qu'elle confère aux travailleurs (mines, chemin de fer, aciéries, etc.). Ces derniers exploitent à leur profit la vulnérabilité des économies à ces secteurs clés marqués par une territorialité spécifique : rôle des nœuds, des points de départs et d'arrivée en petit nombre qui permettent un blocage plus facile, notamment à partir du moment où se met en place la grève générale à la fin du 19e s. La colonisation correspond aussi, selon Mitchell, à la construction de nouveaux rapports de pouvoir lié à l’adoption d’une économie basée sur le charbon. Elle répond d'abord  au besoin de manufacturer de nouvelles matières premières (agricoles : canne à sucre, coton) grâce aux gains de productivité liés à l'économie du charbon; la domination coloniale permet cela.

Pétrole période 1 : environ 1900-1944

Initialement le pétrole ne sert pas à la locomotion mais seulement à l'éclairage; il n'est guère utile. Les grandes firmes veulent acquérir le contrôle sur les champs du Moyen Orient mais pour surtout ne pas les exploiter afin de ne pas faire s'effondrer les prix du marché. Magistrale analyse de la situation à part de Bakou. En Russie, les produits pétroliers servent, par exception, à la locomotion (train, bateaux sur la Volga). Les grèves de 1905 représentent une tentative des travailleurs pour conquérir de nouveaux droits – où s’illustre le jeune Staline. Mais la révolution avorte, notamment en raison de la division des travailleurs selon des lignes ethniques – une gestion politique des travailleurs qu’on retrouve dans de nombreux autres contextes d’exploitation pétrolière et qui montre son efficacité pour miner les revendications sociales.

Au Moyen-Orient, on assiste à la fois à la concurrence et à la coopération des compagnies pétrolières, par exemple lors d’une tentative de construction d'un accord de monopole liant train et exploitation pétrolière autour de Mossoul en 1914. Durant la guerre 14-18, le pétrole acquiert progressivement une nouvelle utilité aux yeux de la Navy en raison des grèves des mineurs au pays de Galles qui menacent l'approvisionnement.

Les socialistes européens, notamment anglais, interprètent la guerre comme un résultat des concurrences impérialistes et financières. En réaction, pour le retour à la paix, ils projettent de contrer la spéculation sur les matières premières des acteurs financiers, notamment sous la forme d'une tutelle internationale sur le pétrole. Mais les compagnies pétrolières jouent de leurs appuis parmi les impérialistes pour obtenir des concessions et une protection de la part des élites. La mise en place des mandats est une manière d'éviter la démocratisation revendiquée par les socialistes européens (anglais surtout) et de construire le consentement des gouvernés. Cela leur permet de conserver le contrôle des champs pétrolifères du Moyen-Orient (Iran, Irak).

Pétrole période 2 : après la deuxième guerre mondiale

Le Plan Marshall en Europe contribue à la substitution de l'énergie pétrolière au charbon. L’effet clairement recherché par les Américains avec les gouvernements alliés, dans un contexte de lutte contre le communisme, est de retirer aux mineurs leur pouvoir de nuisance. Les propriétés matérielles du pétrole en permettent un contrôle plus aisé de la circulation. Il est plus léger, moins concentré, circulant par bateaux qu’on peut dérouter à distance pour éviter des ports en conflits.

Par ailleurs, la construction du système monétaire international de Bretton Woods est étroitement articulée avec le pétrole conçu comme une ressource infinie. On assiste à un basculement de la conception de la valeur qui n'est plus marquée par les limites des ressources naturelles disponibles mais, dans une optique keynésienne, construite comme une addition de valeurs ajoutées obtenues par le commerce et les échanges (donc sur l'existence du pétrole comme énergie rendant possible les échanges - notamment internationaux): c'est le prix. La constitution de l'économie nationale devient un objet majeur de pilotage dans les démocraties occidentales. Ce faisant, se produisent une incorporation et une naturalisation au cœur de l'économie d'une représentation géopolitique : la division du monde en Etats-nations, faisant suite au temps des Empires. Initialement, au cœur des accords de Bretton Woods, figurait de nouveau l’idée de constituer le pétrole comme une ressource devant être placée sous une régulation internationale, afin d'éviter les spéculations. Mais le déclenchement de la guerre froide en Iran, dans un épisode perçu par le camp de l'Ouest comme une menace sur les ressources pétrolières iraniennes, conduit à surseoir à ce projet, pour le bénéfice des majors.

Les multinationales, appuyées sur les diplomaties anglaises et américaines, et leurs alliés locaux, cassent méthodiquement les tentatives des travaux locaux du secteur pétrolier de faire avancer leurs droits (PC irakiens, syndicats…). Paradoxalement, comme dans la période précédente, l'enjeu du marché pétrolier mondial est de contrôler la production plutôt que de l’étendre afin d'éviter des prix trop bas et de préserver les profits gigantesques de ces firmes. L'objectif des producteurs de pétrole a constamment été de produire et de maintenir une forme de pénurie, tout en empêchant d'autres acteurs de devenir producteurs et de faire baisser les prix. A partir des années 1950-60, on assiste à l’émancipation des pays producteurs qui parviennent à mieux maîtriser leur production nationale, dont les revenus servent dès lors non pas à garantir les droits démocratiques des travailleurs mais à consolider des régimes autoritaires (Irak, Arabie Saoudite). La nationalisation suivie par la constitution de l'OPEP conduit au déclenchement d'embargos sur le pétrole à destination des USA et des Occidentaux (70-73). Il s’agit d'obtenir un rééquilibrage des revenus versés aux pays (sinon affectés par l'inflation). Parallèlement, on observe l’utilisation de l'arme de l'embargo pour tenter de peser sur la résolution du conflit israélo-palestinien. Cette prise d'autonomie des Etats producteurs est compensée par le développement d'une course aux armements qui permet le recyclage des pétro-dollars.

Pétrole Période 3 : après la crise de 1973

1973 marque la fin du système monétaire international basé sur la parité dollar-or notamment en raison de l'inflation causée par le rôle de monnaie de paiement international du dollar, en particulier pour le pétrole. Un nouveau système de changes flottants lié à la "crise" pétrolière se met en place : il permet à la fois une hausse des rentrées fiscales pour le gouvernement US, une rentabilisation et une mise en exploitation des gisements US en Alaska au nom de la menace de la dépendance au pétrole du Moyen Orient (ce qui procure aux majors une nouvelle source de profit alors que leurs positions au Moyen Orient sont battues en brèche par les nationalisations), tout en pénalisant les coûts de production des concurrents européens et japonais par l'inflation des prix des carburants. Il s’agit d’un moment majeur de la remise en cause de la logique keynésienne et de l'interventionnisme étatique dans l'économie: le jeu du marché est alors présenté comme le meilleur moyen de faire face aux effets de la (pseudo)crise pétrolière de 1973 (en fait largement orchestrée par les compagnies). Le rôle des grandes fortunes pétrolières dans le financement des think tanks néolibéraux aux USA est central.

Le dernier épisode de la saga du pétrole telle que Mitchell la narre, à contrecourant des histoires officielles, consiste à rendre compte de l'alliance privilégiée des Etats-Unis avec la monarchie la plus rétrograde du Moyen-Orient, l'Arabie Saoudite. Pour Mitchell, cette alliance révèle la faiblesse structurelle du capitalisme mondial (et à son cœur, de la production pétrolière), obligé pour maintenir son contrôle des flux, et faute de pouvoir créer un ordre politique que l'industrie du pétrole maîtrise complètement, de "collaborer avec d'autres forces politiques" qui lui seraient à priori adverses, transformant ainsi l'islamisme wahhabite en un acteur à la fois essentiel et "disjonctif" de ce capitalisme, un acteur dont les énergies sociales sont particulièrement complexes à canaliser.  L'invasion de l'Irak et la tentative d'y construire une alliance avec les pouvoirs tribaux conservateurs ressortirait du même processus, que Mitchell dénomme "McJihad".

Les révolutions arabes, notamment le cas égyptien, illustreraient, en fin de course, un tournant de cette histoire pétrolière. Concomitantes  du pic pétrolier (c’est-à-dire d'une érosion de la production) dans plusieurs pays, notamment l'Egypte, ces révolutions exprimeraient selon Mitchell une diminution des moyens que les régimes peuvent consacrer à l'affaiblissement des contestations sociales par la redistribution de la rente.

 Sur la méthode : partir d’une géographie des ressources, des flux et des points de rupture de flux

A partir de ce résumé à grands traits, voici quelques réflexions transversales pour illustrer l’intérêt de son argumentation dans une perspective de géographe. L'originalité de Mitchell réside dans son approche latourienne de la société, impliquant d’analyser à la fois les propriétés physiques de l'énergie pétrolière, les réseaux dans lesquels elle circule, et les connexions établies entre des flux d'énergie, des flux financiers et d'autres objets. Cela permet de comprendre « comment les relations entre ces objets et ces forces se sont construites: connexions entre énergie et politique, matières et idées, humains et non humains, calculs et objets du calculs, représentations et formes de violence, le présent et le futur ». Il se dégage de cette approche une méthode consistant à « suivre des connexions (conduites, stations de pompage, raffineries, routes de navigation, systèmes routiers, cultures de l'automobile, circuit financier du dollar, savoir économique, experts en armement et militarisme), qui nous conduisent à identifier la fabrication de relations particulières entre pétrole, violence, finance, expertise et démocratie ».

Du rôle des travailleurs dans la géopolitique de l’énergie

Alors que les analyses du système énergétique mondial mettent en avant un systèmes d'acteurs se limitant aux multinationales énergétiques, aux Etats producteurs (et leurs bras armées les compagnies nationales) et aux Etats consommateurs, l'originalité de l'analyse de Mitchell est d'y introduire une dimension de classe, notamment autour des travailleurs du secteur de l'énergie, tant dans les pays consommateurs (occidentaux) que dans les pays producteurs (essentiellement le Moyen Orient), dans leurs luttes pour des droits démocratiques qui s'inscrivent naturellement d'abord dans un jeu national mais également de facto, dans un espace international. Cette orientation conduit à une vision renouvelée des rapports de force géopolitiques par rapport aux très nombreux travaux qui se limitent aux jeux entre Etats et à l'action des firmes pétrolières. Chez Yves Lacoste, le chef de file de la géopolitique française, la géopolitique du pétrole est certes conditionnée par l'inégale répartition des ressources, mais surtout par les jeux géopolitiques régionaux liés aux conflits territoriaux. Les propriétés spécifiques du pétrole sont ainsi mises au second plan de l’analyse.

Il convient de noter que Mitchell exclut de son analyse, notamment pour les années récentes, la question de la montée dans la consommation des pays émergents et de leurs propres compagnies pétrolières. On sait pourtant combien cette émergence bouleverse aujourd’hui la géopolitique énergétique mondiale.

Construction des rapports de force et vulnérabilité

Mitchell insiste beaucoup sur le concept de vulnérabilité. Cette vulnérabilité peut provenir des formes matérielles prises par le processus de production et de transport, et notamment de la capacité de certains de ces acteurs (travailleurs, concurrents) d'en prendre le contrôle pour faire avancer leurs droits ou revendications par la menace de la pénurie et du contrôle des flux ou du blocage (embargo). On comprend alors que les multinationales du pétrole n’ont eu de cesse de combattre, au cours du siècle, plusieurs projets politiques visant à réguler les formes d'appropriation violente de la ressource pétrolière, portés par des forces socialistes ou les réformateurs du système monétaire internationale. Mais ces projets été subvertis et renversés au bénéfice des acteurs dominants du capitalisme. Inversement, la trop grande disponibilité du pétrole est aussi une forme de vulnérabilité des producteurs dans la mesure où le marché est constamment sous la menace d'une diminution de sa rentabilité par la surproduction. La pénurie construite et auto-entretenue au bénéfice des multinationales (ou ultérieurement de l’OPEP), via l’indispensable contrôle du processus de production (gisements, conduites), est donc au cœur de cette vulnérabilité puisqu’elle repose sur une ingénierie politique toujours instable.

Sur l’économie

Une des dimensions les plus originales du livre est l'intrication étroite qui est décelée entre l'énergie dominante et le système monétaire et financier. Pour Mitchell, l’invention de l’économie comme objet et comme concept isolable date non pas du XIXe s. mais des années 1920-30. Il fait le lien avec l’émergence d’une conception keynésienne de l’économie comme circulation en même temps que sur l’invention d’instruments tels que la comptabilité nationale3

Mitchell évoque rapidement les transformations du système monétaire britannique au XIXe s. lorsque la mécanisation de la production de la monnaie a contribué directement et physiquement à la croissance de l'économie. Il s'attarde surtout beaucoup plus longuement sur la naissance de l'économie, qu'il voit comme une création inédite des années 1920-1930, liant une nouvelle géopolitique des Etats-Nations, une nouvelle conception de la valeur non plus indexée sur les ressources mais sur l'échange et l'énergie pétrolière, dont l'infinie disponibilité conditionne le mirage d'une croissance économique indéfinie. Dès les années 1975, le tournant néolibéral s’explique par la volonté de désétatisation poussée par des think tanks alimentés par des magnats américains du pétrole. On comprend alors que la perspective du pic pétrolier constitue un choc sérieux de notre condition actuelle, appelant à une remise à plat des mécanismes et des postulats de l'économie qui nous gouverne. C'est tout l'enjeu de la transition énergétique selon lui.

Concevoir les transitions énergétiques : déterminisme matérialiste et rapport de force

Le livre est, d’une certaine manière, une réflexion acérée sur la transition énergétique. Dans son livre, Mitchell évoque en fait trois « transitions » énergétiques :

  • du bois au charbon : d’une organisation spatiale décentralisée à une organisation centralisée
  • du charbon au pétrole
  • du pétrole/hydrocarbure aux énergies renouvelables ou aux hydrocarbures non conventionnels (dans la conclusion).

Notons en passant qu’il n’évoque guère le tournant gazier. On assiste pourtant à une explosion de la production gazière qui tend à prendre le relais de la consommation de pétrole pour nombre d'usage telle que l'électricité. De même, il n'évoque pas l'électricité et finalement tout l'aval des filières énergétiques carbonées4.

Ces transitions ne sont pas pensées comme dans la théorie des transitions socio-techniques comme le développement et l’arrivée à maturité d’innovations technologiques en lien avec des politiques publiques visant à les faire monter en généralité. Cette théorie est souvent critiquée pour son incapacité à prendre en compte la conflictualité et les enjeux politiques et sociaux. Au contraire, ces questions politiques sont directement au cœur de l’analyse de Mitchell.

A l'encontre de visions exprimées aujourd'hui tendant à lier de manière quelque peu déterministe l'émergence des énergies renouvelables et de nouvelles promesses démocratiques (cf. notamment Rifkin), il souligne que "l'énergie est un champ d'incertitude technique plus que de déterminisme et que la construction de solutions au futurs besoins énergétiques correspond à celle de nouvelles formes de vie collective"(p.238). Incertitude qu'il n'est guère difficile d'appréhender avec les controverses autour de l'évaluation des réserves pétrolières, qui illustrent l'intrication d'arguments scientifico-techniques, économiques et politiques et qui en fin de compte brouille la distinction nature / société en obligeant à prendre en considération des collectifs hybrides (dans un perspective très latourienne). Or, à l'inverse, l'économicisation de la nature, processus au cœur duquel nous trouvons le pétrole, maintient une telle distinction et ce faisant, reproduit une division politique majeure au cœur des inégalités de pouvoir de nos sociétés "démocratiques" entre citoyens et experts de la chose économique, apôtres du néolibéralisme. L'analyse des controverses technico-scientifiques sur l'évaluation des réserves et leur requalification comme "ressources non conventionnelles" (pétrole et gaz de schistes ou de sables) illustrent l'empire de l'économisme sur la gestion de l'énergie. C'est, en fin de compte, la remise en cause de cet empire qui conditionne selon lui l'émergence de formes d'organisation politique plus démocratiques.

Remarques sur l'intérêt de Mitchell pour les géographes, par Romain Garcier (notes de Laurence Rocher)

Il s’agit d’un livre composite dans la mesure où sont mêlées plusieurs approches :

  • celle inspirée de Latour et du dernier Callon (sur économie sociale des marchés) et de son pendant américain le sociologue D Mc Kenzie, utilisées notamment dans les chapitres qui traitent du rôle de l’économie comme science et expertise.
  • Une approche historique qui comporte des réminiscences marxistes (dans les chap 1, 2 et 8), se rapprochant d’analyses telles que celles de Noam Chomsky. Cette approche est moins originale mais l’intérêt est qu’elle n’est pas utilisée comme une grille d’analyse systématique ou une fin en soi. D’ailleurs, elle s’avère pertinente pour la période sur le charbon, mais pour le pétrole cette grille est plus difficile à utiliser.
  • Il se pose en opposition aux « grands récits ». par exemple à propos de la crise de 1973 : il fait une déconstruction du mythe de l'embargo.
  • Approche historique du pétrole en Moyen orient.

Les points d’intérêts du travail et son apport pour nos travaux.

  • Le 1er point important : c’est le parti-pris de Mitchell de faire reposer son propos sur la prise en considération sérieuse de la matérialité des choses. Il démontre avec finesse les agencements d’acteurs et de choses, à partir d’une analyse pragmatique. En cela il est proche de la géographie quand elle propose de prendre au sérieux la configuration concrète des choses. Mais cette approche apparaît en contrepoint, ou en décalage avec les autres approches (évoquées plus haut).
  • Un des grands intérêts de l’ouvrage est de mettre l’argent au cœur de la réflexion et de la démonstration, puisqu’il analyse sa circulation et la structure spatiale de la circulation de l’argent. Par exemple en montrant le lien entre pétrole et militarisation. Or cela est d’autant  stimulant que c’est par ailleurs sous-dévelopé dans la géographie actuelle. Il mène une interrogation fine sur la nature des agencements et des collectifs, sans être tributaire de l’épistémologie dominante de la géographie actuelle qui analyse les acteurs souvent en gommant  les rapports de domination (sur l’eau par exemple). Il traite ensemble acteurs humains et non humains, sans leur donner un caractère monolithique. Par exemple, il ne fait pas d’assimilation entre les Etats et les compagnies privées selon leur nationalité, mais au contraire montre les relations fines entre les uns et les autres.
  • On peut regretter le manque d’une analyse de l’émergence du marché mondial du pétrole, dans la période après 1970.

Questions diverses et discussion (notes de Laurence Rocher)

Lydia Coudroy de Lille : Mitchell semble faire débuter le lien entre besoin de contrôler les matières premières et les rapports de domination, notamment coloniaux, avec l’exploitation du charbon, mais pourtant cette domination s’est produite avant le charbon.

Romain Garcier : Il explique que le changement métabolique propre au charbon a nécessité une relance et un développement particulier de la colonisation dont les formes résultent des exigences de l’économie charbonnière. Par exemple, il démontre comment le modèle des concessions accordées à des compagnies privées a perduré pour compagnies pétrolières.

Anahita Grisoni soulève plusieurs questions relatives aux positionnements théoriques de Mitchell

-          Est ce qu’il se revendique de la théorie de la complexité ? Eric : non, au contraire il se refuse d’une approche englobante et marxiste.

-          Comment se situe son travail par rapport au courant de l’anthropologie économique ? à la rupture entre tradition et modernité ?

-          Quelle est sa spécificité méthodologique ?

  • EV : il s’agit d’une méthodologie très historienne.

-          Comment se situe-t-il par rapport à la théorie du choc des civilisations ? on sous-entend une référence aux thèses sur la vulnérabilité des Etats unis, dont la volonté de contrôle est transformée en menace.

  • Il ne faut pas allusion à cette théorie mais se situe très clairement hors de ce débat. Il n’y a aucun culturalisme chez Mitchell.

-          Il semble être question beaucoup des rapports USA ou pays occidentaux/moyen orient. Mais quid des alliances sud-sud ?

  • Ceci n’est pas abordé et ne s’inscrit pas dans son projet

Lydia Coudroy de Lille : aborde-t-il le rapport entre économie pétrolifère et fonctionnement de l’Etat américain ?

Oui, à travers notamment l’analyse de la répression des grèves sur les champs pétroliers au Texas en 1031 et plus largement en montrant l’interférence constante entre les intérêts pétroliers et la politique US. Un autre exemple concerne la fixation des normes sur la motorisation des voitures américaines, qui consomment beaucoup plus que les voitures européennes.

Laeticia Mongeard: Il semble être beaucoup question des Etats Unis et des pays producteurs de pétrole. Quid de l’Europe ?

Excepté l’analyse de l’après guerre sur le plan Marshall qui aurait permis aux américains d’organiser l’abandon du charbon en Europe et de lancer l’utilisation du pétrole, il est peu question de l’Europe dans les parties sur le pétrole comme énergie dominante.

Lydia Coudroy de Lille

Comment envisage-t-il l’après pétrole ? que dit-il de la reconfiguration des flux liés aux ENR, de leur matérialité, des rapports géopolitiques etc ?

Eric Verdeil-Romain Garcier : ce n’est pas le coeur de son propos. Mais l’intérêt de son approche et de son parti-pris quant à ces enjeux actuels, c’est justement de ne pas être déterministe quant aux formes que prennent chacun des  ‘systèmes énergétiques’, et notamment de leur caractère démocratique ou non. Or cela est particulièrement stimulant dans la mesure où l’on est souvent face à des discours qui font des liens (trop) rapides, en associant par exemple la production décentralisée ou autonomie d’énergie à des vertus démocratiques.

Elvan Arik : Evoque t-il la diminution du pétrole au regard des découvertes de nouveaux gisements de charbon qui viendraient modifier les équilibres de ressource énergétique ?

Non, en effet on peut le regretter.

Laurence Rocher : Comment la crise climatique et la construction d’un régime climatique international est-elle abordée, notamment du point de vue de la démocracie ?

Eric Verdeil : Elle c’est pas traitée directement, mais c’est à la fois un prétexte (C’est parce qu’il y a crise énergétique et climatique que cette analyse est possible) et un contexte (en matière d’incertitude).

Ressources complémentaires

Dans une perspective assez proche, on peut citer d'autres travaux, notamment ceux de Gabrielle Hecht sur le nucléaire français :

Hecht G., 2004, Le rayonnement de la France: énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde guerre mondiale, (Textes à l’appui. Anthropologie des sciences et des techniques, ISSN 0993-7226). Paris, France, la Découverte, 385 p.

Hecht G., 2012, Being nuclear: Africans and the global uranium trade, Cambridge, Mass., Etats-Unis, Royaume-Uni, 451 p.

par ailleurs, sur les nouvelles géographies de la matérialité, voir par exemple le dossier coordonné par Géraud Magrin et Laetitia Brulé :

Magrin G., Perrier-Bruslé L., 2011, Nouvelles géographies des activités extractives, EchoGéo, 6 octobre 2011, n°17, < http://echogeo.revues.org/12586 >

Quelques liens vers des recensions du livre Pétrocratia (2011) de T. Mitchell

Elie M., 2012, Les fondements énergétiques de la démocratie, in La Vie des idées, < http://www.laviedesidees.fr/Les-fondements-energetiques-de-la.html >

Fressoz J.-B., 2012, Le carburant de la démocratie, par Jean-Baptiste Fressoz, in La Revue des Livres, < http://www.revuedeslivres.fr/le-carburant-de-la-democratie-par-jean-baptiste-fressoz/ >

Villalba B., 2012, Mitchell Timothy, Petrocratia. La démocratie à l’âge du carbone, Alfortville, Edition Ere, 2011., Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, 5 juin 2012, Vol. 3, n°1, < http://developpementdurable.revues.org/9151 >

  1. voir la note de lecture rédigée au sujet de ce livre par Michel Callon []
  2. Notons ici qu’une version courte du propos de Mitchell est parue en français en 2011 : Mitchell T., Vincent J., 2011, Petrocratia : la démocratie à l’âge du carbone, (Collection Chercheurs d’Ère, ISSN 2116-4355). Alfortville, Ere, 113 p. Il s’agit en fait de la traduction de l’article Mitchell T., 2009, Carbon democracy, Economy and Society, 2009, vol. 38, n°3, p. 399. < http://dx.doi.org/10.1080/03085140903020598 >. Voir aussi sur ce sujet une première réflexion en lien avec l'actualité de l'automne 2010 : Verdeil E., 2010, Pénurie d’essence : le pétrole comme pouvoir, Rumor. 21 octobre 2010, < http://rumor.hypotheses.org/1186 > []
  3. cf. Rule of expert, op. cit. et Mitchell T., 2008, Rethinking economy, Geoforum, mai 2008, vol. 39, n°3, p. 1116‑1121. < http://dx.doi.org/10.1016/j.geoforum.2006.11.022 > []
  4. L’analyse en serait pourtant intéressante, car ce ne sont pas les mêmes collectifs de travail, ni les mêmes mécanismes de blocages. Par ex. le récent conflit libanais autour de la privatisation de la distribution illustre le pouvoir des collecteurs qui bloquent la remontée des factures pour s'opposer aux projets de privatisation (délégation contractuelle de la facturation et de la distribution à des entreprises privées). []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Lectures / Readings. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">